Thaw, The
Genre: Science fiction , Horreur , Agressions animales
Année: 2009
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Mark A. Lewis
Casting:
Val Kilmer, Martha MacIsaac, Kyle Schmid, Steph Song, Aaron Ashmore...
 

"The Thaw" (les puces en version française) est un film sorti en vidéo, à petit budget, qui mérite le détour.
Il doit sa renommée sur le fait que son casting compte une star, Val Kilmer, mais le film de Mark A.Lewis, dont c'est seulement la troisième réalisation, va bien plus loin que son statut de série B. Présentation d'un film qui mérite le détour.
"The Thaw" débute en Arctique. Une équipe de scientifiques, de seulement quatre personnes, observe un ours polaire. Elle remarque d'ailleurs que celui-ci est étrangement maigre pour cette période de l'année. L'ours est anesthésié pour être observé mais notre équipe fait une seconde découverte bien plus importante : la plaque de glace sur laquelle ils se trouvent, et qui a hélas bien fondu, laisse apparaître un mammouth âgé de plus de 10.000 ans !

 



Un peu plus tard, trois jeunes universitaires apprennent qu'ils sont sélectionnés pour se rendre dans l'expédition scientifique du fameux Dr Kruipen (Val Kilmer), le chef de l'équipe de la scène précédente.
Ils sont rejoints en route par la fille de Kruipen, qui rend visite à son père à contrecoeur. On apprend effectivement qu'elle a perdu sa mère il y a peu, et que son père n'est pas venu à l'enterrement de son ex-femme. Le pilote de l'hélicoptère, un black bien sympa, lui raconte que son père a réellement voulu se rendre à cet enterrement mais qu'une tempête de neige l'a immobilisé.
Sa fille ne croit pas la version du pilote mais ce dernier insiste : ce décès a réellement perturbé émotionnellement le Dr Kruipen.
Arrivés sur place, nos quatre jeunes et le pilote trouvent la base déserte, étrangement vide. Le dernier contact remonte à l'embarquement sur l'hélico, le Dr Kruipen a fait promettre au pilote de ne surtout pas embarquer sa fille, sous aucun prétexte.
Toujours est-il que la seule chose qu'ils trouvent est le cadavre de l'ours polaire, laissé là sans aucune explication.
Où sont les quatre membres de l'expédition du Dr Kruipen ?

 

 

Quel est cet étrange parasite qui a piqué, semble-t-il, notre pilote quand il a benoitement posé sur le cadavre de l'ours pour la photo ?
Enfin, que signifient les vidéos que les jeunes ont retrouvé, où le Dr Kruipen parle en boucle du sacrifice que l'humanité doit faire si la nature ne veut pas disparaître ?
Pas la peine d'en dire plus sur l'histoire de "The Thaw".
Il s'agit certes d'un petit film, avec peu de personnages et peu de décors, mais il s'agit clairement d'un film qui, à l'instar des Roger Corman de la grande époque, transcende son statut de petit film pour proposer une réflexion intéressante alliée à une histoire qui ne l'est pas moins, et où les personnages ont des réactions qui valent le détour.
Le premier d'entre eux est quand même le Dr Kruipen.
Il sait que le mammouth du début présente des problèmes, des anomalies graves et il laisse quand même venir l'équipe d'étudiants pilotée par un de ses copains. On voit d'ailleurs que l'une de ses assistantes est malade, et cette dernière parle de quarantaine.

 

 

L'autre personnage intéressant demeure paradoxalement le pilote d'hélicoptère qui est le premier à attraper, par inadvertance, ce mal si particulier. Il ne sera d'ailleurs pas le dernier. Toujours est-il que ses réactions donnent de la profondeur à son personnage.
Enfin, la nature du mal est assez passionnante.
Contrairement à une autre série B au sujet similaire, citons "The Ticks" de Tony Randel (1994), la menace n'appelle à aucun danger particulier au-delà du cercle des protagonistes. Ce n'est pas le cas de "The Thaw" puisque, à l'instar de "The Thing" de John Carpenter, il ne faut absolument pas que ce mal se répande hors de la base.
Il convient donc de ne pas en dévoiler davantage sur ce chouette petit film, qui peut même vous associer à la réflexion qu'il délivre. Il s'agit d'ailleurs d'une très bonne performance de la part de son jeune réalisateur, Mark A.Lewis, qui lui permet d'élever "The Thaw" bien au-delà de la petite série B. Une belle prestation qui en appelle d'autres.
D'ailleurs, si le réputé impétueux Val Kilmer a signé pour ce rôle, c'est parce qu'il en valait vraiment la peine. Première incursion dans le domaine (un peu trop facile du direct to vidéo) pour cet acteur star, dont le point d'orgue de la carrière semble être le très mauvais "Batman" de Joël Schumacher, réalisateur pourtant capable, qui a fait de ce film un gymkhana de l'anomalie scénaristique. "The Thaw" est son exact opposé !

 

 

Bastien

 

Vote:
 
5.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 4857
0

Autres films Au hasard...