Fleur empoisonnée
Titre original: Shôwa erotica : bara no kifujin
Genre: Drame , Roman Porno
Année: 1972
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Katsuhiko Fujii
Casting:
Erina Miyai, Yûko Asuka, Junko Asabuki, Hiroshi Ichimura, Junko Mabuki, Minoru Ôkôchi...
 

On connaît Katsuhiko Fujii pour "L'épouse, l'amante et la secrétaire", une espèce de vaudeville rose assez passable mais somme toute honnête. Il appartient à cette première génération de réalisateurs que connut le roman porno - genre auquel il doit quand même près d'une cinquantaine de titres - et a sévi dans le domaine à l'ombre des grands noms (Chosei Sone, Noboru Tanaka...). Des titres tels que "Fleur empoisonnée" mériteraient toutefois que l'on porte, à l'avenir, un autre regard sur son oeuvre.

 

 

L'histoire est celle de Kinuko, une aristocrate, qu'il nous présente comme soumise à son mari le vicomte. En effet, le film s'ouvre sur une fausse scène d'adieu à son amant - Akimoto - où elle avoue être contrainte de partir avec son époux en plein coeur des montagnes Nagano. Mais notre intrépide rival, peintre à ses heures, est déjà tombé amoureux ; et ce en l'espace de quelques coups de pinceau !
Une fois retirés du monde, Kinuko et son époux aspirent à une vie paisible où les punitions (une fessée, oui, une fessée !) et autres parties d'échecs rythment leur journée. Mais voilà qu'arrive à leur villa le jeune artiste, venu offrir le portrait de Kinuko à son mari ; reconnaissant et amical, ce dernier lui offre l'hospitalité. Au fur et à mesure que l'action progresse, tel un "jeu de rôle érotique", la fille d'un héros japonais à tendance "fétichiste du régime fasciste", accompagnée de ses deux sbires, apparaissent, suivies, plus tard, d'un médecin et une infirmière, ainsi que deux soldats japonais à la recherche d'un espion russe. Une ambiance SM et perverse va dès-lors s'emparer des lieux.

Si l'on doit reconnaître un talent à Katsuhiko Fujii, c'est celui de savoir manier les cordages ; autrement dit, il gratifie le spectateur d'une scène de bondage SM absolument savoureuse où, soupçonnée d'avoir dérobé la bague sertie de diamants de Kinuko, l'infirmière soi-disant "ingénue" est humiliée devant le vicomte en compagnie de ses hôtes. La sentence est infligée par la jeune fétichiste et ses deux bourreaux : si elle est innocente, elle doit se mettre nue devant l'assemblée. Forcée, elle s'exécutera...

 

 

Il n'y a malheureusement qu'une seule scène de cette trempe dans "Fleur empoisonnée", le reste du film s'entichant d'un érotisme sadique bien amené mais aux scènes un peu courtes, toujours, et qui, de ce fait, font du climat sexuel "source de psychose" une ambiance un peu surfaite. Remarquons néanmoins que le "twist" final mérite le détour (et encore fallait-il se douter, vraiment, qu'il y allait en avoir un !) et qu'en dépit des apparences, il ne sombre pas dans la facilité : il est révélé avec un tel humour que, la gratuité de certaines précédentes scènes nous sautant soudainement aux yeux, l'on en vient à excuser le réalisateur de tels excès. En fait, le tour de force de Fujii réside dans le fait qu'il révèle à chacun sa propre perversité. Et rien que pour ça, "Fleur empoisonnée" est un roman porno hautement recommandable.
Le film se voit aussi doté de magnifiques décors où la couleur emboîte le pas sur les dialogues : que ce soit ces tons rose/rouge assimilés à Kinoko, ou encore l'ambiance endeuillée de la première scène, la photographie obtient ici une valeur métaphorique et narrative certaine.
Sorte de huis-clos à l'intrigue étrange, certes, mais pas si loin de celle de "Graine de Prostituée" de Chosei Sone, "Fleur empoisonnée" est piquant à souhait et divertira tout en nous présentant une Erina Miyai au jeu un peu limité, mais charmante.

 

 

The Hard


En rapport avec le film :

# La fiche dvd Wild Side du film "Fleur empoisonnée"

Vote:
 
5.67/10 ( 6 Votes )
Clics: 5236
0

Autres films Au hasard...