Alfred le grand, vainqueur des Vikings
Titre original: Alfred the Great
Genre: Drame , Historique , Action , Aventures , Guerre
Année: 1969
Pays d'origine: Grande-Bretagne
Réalisateur: Clive Donner
Casting:
David Hemmings, Michael York, Prunella Ransome, Colin blakely, Ian McKellen, des moutons cornus...
 

Alfred, jeune prince saxon du 9e S dont la vocation ecclésiastique a été contrariée, accède au trône du Wessex, unifie l'Angleterre, et sauve le pays en défaisant les envahisseurs danois (qui lui avaient piqué sa femme).
Ce "biopic" d'Alfred le grand, 1er roi d'Angleterre "unifié", se limite en fait au début de son règne : en gros de son accession au trône jusqu'à l'issue victorieuse du premier conflit l'opposant aux Vikings danois (de 871 à 878). Peu connu hors des îles britanniques, Alfred 1er fut une sorte de Charlemagne miniature, roi guerrier et législateur, protecteur de l'église et des sciences et traducteur de St Augustin (il sera canonisé après sa mort).

 

 

Le titre français fait rêver : Un héros au nom charismatique et des Vikings que l'on imagine ravager la campagne anglaise en poursuivant de jeunes vierges dénudées aux seins menus.
Las, la déception est à la mesure des espérances générées par ce titre. La faute à un Clive Donner encore moins doué dans le style épique que dans la comédie et incapable d'insuffler le moindre rythme à son film, la faute aussi à un scénario hésitant entre le drame psychologique et la fresque historique et se vautrant sur les 2 tableaux.
Pourtant, le film bénéficie d'un gros budget (MGM ?) pour un film anglais des sixties et d'une reconstitution historique soignée - des décors et costumes - pour reproduire fidèlement cette époque dite "des âges sombres" outre manche. En gros un paquet de fric a été dépensé pour faire pauvre, et de ce point de vue là (le seul), c'est réussi ; le film fait pauvre (on voit là toute l'efficacité anglo-saxonne... dire qu'à Cinecita ils auraient fait pauvre avec un budget de pauvre ces médiocres !).
Un détail qui symbolise à lui seul toutes les limites du film et le décalage entre ses ambitions et le résultat final : les guerriers vikings ont une tenue historiquement réaliste (pas de casque à cornes façon "Pathfinder") mais... ils ont tous la même (à part 2-3 individualités), ce qui leur donne un uniforme, concept parfaitement ridicule pour l'époque.

 

 

Par ailleurs on devine rapidement, que le scénario est très loin de la véracité historique. Et là je ne parle même pas de la schématisation et de la simplification nécessaire pour faire tenir le récit dans la durée du métrage (2 heures que l'on a le temps de voir passer), mais d'invention totale de la part des scénaristes. En effet son épouse ne fut jamais prisonnière des Vikings et donc encore moins la maîtresse de leur chef ; Ivar Ragnarson, "le sans os", a vraiment existé ; il était avec ses 2 frères, le chef de la grande armée païenne (entre 500 et 1000 Vikings en fait) mais mourut bien avant la bataille d'Ethandun qui clôt le film ; quant au dénommé Guthrum, qu'Alfred vainquit lors de cette même bataille, il ne commandait en fait qu'une fraction des Vikings d'Angleterre, ceux qui tentèrent d'envahir le Wessex. Quant à "l'exil intérieur" d'Alfred parmi les Brigands et les "marginaux" c'est bien entendu n'importe quoi... un n'importe quoi sans doute inspiré d'un épisode picaresque de ses déboires militaires (après une piteuse défaite face aux danois, il dut fuir seul déguisé en vagabond, et fut pris pour un voleur par des villageois).
Toutes ces "approximations" historiques ne seraient pas graves, tant le cinéma nous a habitué à pire, si le film n'était pas si "clichetonesque" avec sa psychologie de bazar. Passons sur la personnalité de ce brave Alfred dont le déchirement entre ses aspirations de pureté et les réalités du quotidien semble sorti d'un roman de gare, pour ne garder que le plus ridicule :
la relation amour-haine entre Alfred et son épouse (qui lui préfèrera un temps les assauts virils du chef des Vikings) suite à la défloraison un peu brutale (du moins on le suppose) d'icelle, relation aussi peu crédible que mal jouée par la terne Prunella Ransome.

 

 

David Hemmings dans le rôle titre, n'est pas un mauvais acteur, mais avec ses airs d'adolescent il manque de prestance pour être crédible en chef de guerre (c'est triste à dire mais chaque fois que je le vois, je ne peux pas m'empêcher de penser qu'il a été engagé parce que Terence Stamp n'était pas disponible). Prunella Ransome ("Les révoltés de l'an 2000") qui incarne son épouse est jolie mais fade et inexpressive. Michael York en chef Viking ne s'en sort pas trop mal, mais il ne ressort de son visage - totalement mangé par sa barbe blonde - que son nez franchement impossible. Colin Blakely et un Ian Mc Kellen jeune ne jouent que les utilités.
Les combats sont eux plutôt ternes et mal fichus et la bataille finale sombre franchement dans le ridicule.
Inutile de dire que, le film étant tout public, dans leurs pires exactions les Vikings se limitent à saigner quelques moutons et à secouer les épaules de figurantes toutes habillées quand celles ci sont censées subir les pires outrages.
Bref c'est mou et ennuyeux et on se fout bien vite des malheurs d'Alfred qui de toute façon gagnera à la fin en nous donnant le bonjour.

 

 

Note : 5/10


Sigtuna

 

Vote:
 
6.33/10 ( 6 Votes )
Clics: 8373
0

Autres films Au hasard...