Waterpower
Genre: Porno , Horreur , Thriller
Année: 1977
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Shaun Costello (attribué à Gerard Damiano par les producteurs)
Casting:
Jamie Gillis, Sharon Mitchell, C.J. Laing, Barbara Belkin, Joan Beattie, Gloria Leonard, Valerie Morgenstern...
 

Burt est un jeune homme à la curiosité sexuelle exacerbée.
Cette même curiosité qui le pousse à écumer quotidiennement les sex-shop de sa ville et à épier à la lunette sa voisine d'en face un brin exhibitionniste.
Frustré qu'il est de la voir s'envoyer en l'air avec son fiancé devant son télescope raide et impuissant, Burt part à la recherche de nouvelles sensations.
Au coeur d'un peep-show, il va assister à un spectacle qui va définitivement chambouler son existence : un "médecin" érotomane prodigue un "lavement" à une jeune dévergondée par voie anale.
Une révélation pour Burt qui s'empresse de s'équiper du matériel nécessaire. Armé de ses tuyaux et poires, il va pas arrêter de retirer le caca et le pipi des fifilles en faisant plouf plouf et pfouit pfouit dans leurs fefesses.

 

 

Pardonnez cet écart de bonne conduite mais en panne d'inspiration, mon petit cousin de huit ans (fervent adepte des super-pouvoirs d'Ondin) m'a soufflé la suite de ce résumé ô combien haut en eaux. Et je dois admettre qu'il a parfaitement réussi son coup. Plus précis que cela, tu meurs.
Longtemps attribué à Gérard Damiano, pornocrate adulé coupable des légendaires Devil in Miss Jones, ou bien encore de Gorge Profonde, Waterpower a bel et bien été réalisé par Shaun Costello (Forced Entry, Dracula Exotica) et s'inspire de l'affaire "Michael Kenyon" qui avait défrayé la chronique quelques années plus tôt dans le pays de Sammy.
Cet étudiant, misogyne perturbé qui a terrorisé l'Université de l'Illinois en administrant à ses proies féminines des lavements destinés à les purifier de leur "saleté intérieure".
Frank Zappa, le plus talentueux des musiciens à bacantes, composera d'ailleurs une chanson à la gloire du bonhomme : "The Illinois Enema Bandit". Dans le film de Damiano, le serial-washer se prénommant Burt est campé par Jamie Gillis, acteur-star dans une foultitude de classiques du hard. Malgré un jeu relativement restreint, Gillis parvient à être crédible. Ses monologues haineux sont là pour rappeler ceux de De Niro dans "Taxi Driver" même si les sombres pensées de Burt se mordent plus rapidement la queue, si je puis m'exprimer ainsi. En gros, il répète toutes les dix secondes que "vous, les femmes, vous êtes toutes des salopes" et que "je vais te purifier salope !".


Ce qui rend si exceptionnel Waterpower, ce sont bien entendu les fameuses séquences de lavement, sans concession, crues et fétides.
La pisse et la merde s'accouplent pour se changer en cascades de liquide crasseux, évacuées en catastrophe des derrières barbouillés. Excité par tant d'impureté expulsée, Burt va même jusqu'à sodomiser ses victimes alors en plein relâchement gastrique ou bien leur urine dessus. Curieusement, la copie française parue chez "Vidéorama" en VHS est allégée, non pas de ses débordements scatologiques mais de quelques minutes plus superficielles (des dialogues, pas de générique de début ni de fin, etc...).

 

 

Waterpower, de par son spectacle unique en son genre, se hisse sans trop de peine au panthéon des meilleurs hard de la belle époque, malgré une accumulation d'absurdités scénaristiques dans les dernières minutes : une femme-flic en civil chargée de séduire Burt pour mieux le faire coffrer trouve le moyen de laisser son sac en évidence contenant badge et pistolet; le fiancé de la gourdasse, officier de police également, frappe plus fort encore : en pleine course effrénée contre la montre pour atteindre le domicile de sa chère et tendre livrée aux poires lubrifiées de Burt, le lascar décide de faire une halte dans un snack-bar, jugeant sans doute le moment fort approprié pour casser la croûte.

NB : Une version superbement restaurée de Waterpower (mais hélas censurée de quelques scènes) a été éditée par Alpha France en 2007 en DVD double programme avec Femmes de Sade.

Throma
Vote:
 
7.55/10 ( 11 Votes )
Clics: 9075

2 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...