Guerriers de l'apocalypse, Les (Version intégrale)
Titre original: Sengoku Jieitai
Genre: Science fiction , Action , Chambara
Année: 1979
Pays d'origine: Japon
Réalisateur: Kôsei Saitô
Casting:
Sonny Chiba, Toshitaka Ito, Jun Eto, Koji Naka, Isao Natsuyagi, Haruki Kadokawa, Hitoshi Omae, Kentaro Kudo...
Aka: GI Samurai / Time Slip
 

Une unité des forces japonaises d'auto-défense se retrouve propulsée dans le passé à la suite d'une déformation de l'espace-temps. Équipés de jeeps, d'un char, d'un hélicoptère et d'un patrouilleur, les soldats atterrissent quatre cents ans en arrière, dans le Japon féodal du XVIème siècle dominé par les guerres de clans.

 

 

Inspiré d'un roman de science-fiction japonais, Les guerriers de l'apocalypse est sorti au Japon en 1979 mais, paradoxe savoureux, il fallut attendre 1982 pour que le film trouve le chemin des écrans français. Cette sortie tardive et inhabituelle fut sans aucun doute déterminée par un autre film au sujet similaire, Nimitz, retour vers l'enfer, sorti en 1980 et qui indéniablement s'inspire du film japonais, même si les deux productions empruntent des chemins différents.
De plus, en dehors de quelques films d'art martiaux et de cinéma d'auteur, il est plutôt rare à l'époque que des films japonais soient distribués en salles, même avec Sonny Chiba comme vedette. Il faut bien avouer que l'acteur est surtout populaire dans les pays anglo-saxons pour son rôle dans la trilogie des "Streetfighter", inédite en France (il faudra attendre le fameux coffret HK Vidéo pour combler cette lacune). Cette petite renommée a permis à certains films de l'acteur de sortir aux Etats-Unis et par hasard chez nous (voir "Super Express 109" alias "The Bullet Train"). C'est le cas de ce Sengoku Jieitai, qui va perdre au passage trente à quarante minutes selon les sources !

 

 

Le paradoxe temporel et le voyage dans le temps furent abordés dans pas mal de romans, dont le plus célèbre est sans doute celui de ce bon vieux H.G. Wells. Plus tard, l'idée fut reprise dans quelques œuvres de science-fiction ("Timerider", Nimitz, "C'était demain", "Star Trek 4", "Timecop"...) et même une série télé intitulée The Time Tunnel. Dans chaque cas l'approche fut plus ou moins la même : premièrement, confronter des personnes venant du futur ou du passé à une époque qui leur est étrangère ; et deuxièmement, évoquer les possibles altérations que pourrait provoquer cette présence impromptue (thème central de la fameuse trilogie Retour vers le futur).
C'est, bien sûr, le thème du roman de Ryo Hanmura, auteur nippon qui s'amuse à propulser une petite unité des forces d'auto-défense japonaise des siècles en arrière. Rappelons que le Japon, suite à la défaite de 1945, renonça constitutionnellement au droit souverain de faire la guerre et dissout son armée. Cependant, en 1952, suite à la guerre en Corée, une réinterprétation de cette interdiction permis au Japon d'avoir des troupes, exclusivement pour la défense de son territoire et le maintien de l'ordre, appelées forces japonaises d'autodéfense (Japan Self-Defense Forces). Une petite précision qui n'est pas inutile, et explique le comportement du Lt Yoshiaki (Sonny Chiba) qui préfère rester dans le passé où il pourra faire la guerre en toute impunité (à ce titre, avoir choisi l'époque féodale n'est pas innocente) que retourner vers son époque, où il ne pourrait jamais exprimer ses (bas) instincts guerriers.
Les militaires présentés dans le film sont d'ailleurs loin d'être exempts de toute critique (lâches, putschistes, fainéants), comme le montre le comportement des déserteurs qui, à bord du navire, s'amusent à piller et violer tout ce qu'ils rencontrent. Ils reflètent certains stéréotypes qui circulaient alors dans la population japonaise, qui avait peu de considération pour cette force d'auto-défense jugée inutile.
Ce parti pris aura comme conséquence le refus d'une quelconque aide logistique. La production dut alors se débrouiller avec les moyens du bords, ce qui explique le nombre assez réduit de bidasses envoyés dans le passé et le côté bricolage de certains équipements. Puisque l'on parle de défauts, ajoutons cette incroyable bande son totalement en décalage avec le sujet, et qui par moments devient carrément surréaliste.

 

 

Pour le reste, le film n'est pas mauvais et recèle même quelques belles scènes comme l'attaque du château en hélicoptère, ou le final dans un temple en ruines. Le gimmick reste néanmoins la fameuse bataille (arrivant quand même après une bonne heure de métrage) qui confronte nos bidasses à une armée semblant avoir un nombre de combattants illimité, ce qui rend la chose assez pénible car interminable. De plus, nos héros contemporains paraissent n'avoir qu'une conception assez rudimentaire de la stratégie militaire, se résumant à foncer dans le tas et accumuler les erreurs, ce qui leur fera perdre tout leur matériel.
Somme toute, le Lt Yoshiaki (excellent Sonny Chiba) et ses hommes auraient dû rester neutres dans cette guerre qui ne les concernaient pas, au lieu de sous-estimer leurs ennemis et de répéter sans cesse "On va prendre le pouvoir !", surtout lorsque l'on a un sens de la stratégie aussi basique ! En effet, il ne suffit pas d'avoir un matériel de haute technologie ; il faut aussi avoir un peu de jugeote.
De là à faire le rapprochement avec l'interventionnisme forcené d'un certain pays, il n'y a qu'un pas, que le cinéma japonais à souvent franchi (voir quelques Godzilla assez acerbes sur le fond).

Certain(e)s pourront aussi être surpris par le peu de cas de la condition féminine. Nos voyageurs envient cette époque sans tabous où la femme ne semble avoir que peu de valeur, comme le montre la coutume de la "veuve", ou le raid de l'équipage déserteur qui transforme son bateau en bordel ambulant.
En dehors de cela, les scènes d'action sont spectaculaires et la mise en scène soignée. Tout cela pourrait n'être qu'une version japonaise de "Un cosmonaute chez le roi Arthur", s'il n'y avait pas quelques décapitations, un zeste d'érotisme et un final assez piquant. Le résultat est un film hybride dans lequel se succèdent scènes de bataille sanglantes, drame et confrontation comique entre le passé et le présent... assez étonnant à (re)découvrir !

 

 

The Omega Man


A propos du film :

# Pour info, il existe un remake datant de 2005 intitulé "Commando Samurai Mission 1549", aka "Sengoku Jieitai 1549".

En rapport avec le film :

# La critique de la version courte

# La fiche dvd HK Video du film Les guerriers de l'apocalypse

(Version longue versus version courte incluse)

Vote:
 
7.64/10 ( 14 Votes )
Clics: 5780
0

Autres films Au hasard...