Fais-leur vivre l'enfer, Malone !
Titre original: Give 'em Hell, Malone
Genre: Polar , Policier
Année: 2009
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Russell Mulcahy
Casting:
Thomas Jane, Ving Rhames, Elsa Pataky, French Stewart, Leland Orser, Chris Yen, Gregory Harrison, Doug Hutchison, Eileen Ryan, Mark Hosack...
 

Après avoir abattu une bande de gangsters dans un hôtel, un détective privé, Malone, réussit à récupérer une mallette au contenu mystérieux. Blessé, il se réfugie momentanément auprès de sa mère qui vit dans une maison de retraite. Mais la mallette est aussi convoitée par un puissant chef de bande qui lance son homme de main aux trousses de Malone, désormais allié à une énigmatique femme fatale. Tandis que des truands tous plus louches les uns que les autres se jettent dans la mêlée, les souvenirs de jours heureux remontent dans l'esprit de Malone, faisant de lui une cible plus vulnérable.

 

 

L'australien Russell Mulcahy fait partie de ces réalisateurs qui surgirent dans les années 80 et dont on espérait beaucoup. Mais comme ses confrères Gary Sherman ou Robert Harmon, celui-ci ne sut pas exploiter pleinement son potentiel. Après deux premiers films cultes, Razorback et "Highlander", le réalisateur enchaîna diverses productions, parfois intéressantes comme "The Shadow", mais le plus souvent alimentaires (cf "Highlander 2") ; au point d'associer son nom à la franchise "Resident Evil" dont il réalisera l'opus trois, qui demeure à ce jour le meilleur de la série (pas difficile, diront certains). Alternant séries télés ("Teen Wolf", "Les contes de la crypte" ou "Les Prédateurs") et cinéma, le réalisateur réussit à rester présent et mène une petite carrière pénarde, adulé par quelques dangereux nostalgiques mal rasés qui se baladent en trench-coat, un sabre à la main.

 

 

C'est donc toujours plein de curiosité, mais sans illusion, que l'on aborde les nouveaux films du réalisateur. Le dernier en date est un mélange opportuniste entre le film noir et la nouvelle vague branchée inspirée par les adaptations BD live ("Sin City" & Co). En piochant allégrement à droite et à gauche, Mulcahy réalise un film peu inspiré et sans surprise, mais bizarrement agréable et jouissif.

Thomas Jane, qui fut un Punisher acceptable, joue le rôle de Malone, un croisement entre Mike Hammer et l'inspecteur Harry. Réputé invulnérable, le pauvre se fait blesser à chaque affrontement ou fusillade. Heureusement, il peut compter sur sa vieille maman pour l'opérer et le remettre sur pied. Le film commence par un mémorable "gunfight" qui rappelle le final de "A Better Tomorrow 2". La mission de Malone consiste à récupérer une valise protégée par une armée de porte-flingues. Une fois la tâche accomplie, notre brave flingueur va se retrouver avec une bande de tueurs aux trousses et une femme fatale dans les pattes.

 

 

La suite sera un peu nébuleuse mais hautement réjouissante, Malone échappant chaque fois aux pièges tendus par ses poursuivants. Ces derniers constituent une belle brochette de cinglés. En tête : un pyromane ravagé par le feu, une asiatique adepte de la fellation avec une lame de rasoir (Chris Yen, joyeusement dévergondée) et une armoire à glace indestructible (Ving Rhames, impeccable). N'oublions pas la voluptueuse Evelyn (la belle Elsa Pataky, aperçue en hôtesse de l'air dans "Des serpents dans l'avion"), une mythomane à la fois vénéneuse et attirante (certains appelleraient cela une salope, mais ce ne sont pas des gentlemen) qui est censée être une alliée. Avec tout ce beau monde, notre brave Malone a fort à faire, surtout que le contenu de la mallette a un rapport avec sa famille censée avoir disparu, ce qui donne au détective une motivation supplémentaire pour résoudre l'énigme.

Mulcahy intègre les conventions du polar noir (voix-off à la première personne) dans un cadre moderne. Il est vrai qu'il mélange les deux genres plus par raisons d'économie que par choix artistique, mais finalement cela donne au film un côté "retro imitation" qui n'est pas déplaisant. Néanmoins, cet amalgame entre le moderne (voir le flingue futuriste de Malone) et plus ancien (sa voiture, une vieille Mercury customisée) pourrait en agacer certains, allergiques au "style" Mulcahy. Les autres apprécieront ce film comme il se doit, c'est-à-dire un agréable divertissement violent et sans prétention, soutenu par un solide casting. Toutefois, ce n'est pas aujourd'hui que Mulcahy reviendra en état de grâce.

 

 

The Omega Man

Vote:
 
7.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 3642
0

Autres films Au hasard...