Echanges de partenaires
Genre: Erotique , Porno , Drame
Année: 1976
Pays d'origine: France
Réalisateur: Claude Mulot
Casting:
Moanie Munier (Olivia Florès), Dawn Cummings, Karine Gambier, Thierry de Brem, Guy Royer, Jack Gatteau...
Aka: Un homme et deux femmes / Come in Blue Movie / Change of Partners
 

D'un côté, Martine (Dawn Cummings) et Bob (Thierry de Brem), qui viennent juste de se marier ; de l'autre, Joëlle (Karine Gambier) et Eric (Guy Royer), couple en rupture au bord de la séparation. Joëlle et Martine étant amies, c'est en toute logique que les jeunes mariés se voient invités à passer des vacances estivales à Deauville dans la belle propriété d'Eric et Joëlle.

 

 

C'est dans ce contexte particulier que se retrouvent les deux amies et que les deux hommes font connaissance. Eric et Joëlle ont convenu de cacher à leurs hôtes que leur couple bat de l'aile. Ils tiennent à sauvegarder les apparences et à ne pas gâcher les vacances de Bob et Martine.
Tout se passe bien jusqu'à l'arrivée inopinée d'Ange, la jeune soeur de Joëlle. Une fille délurée, provocante, allumeuse professionnelle. Son jeu favori : détruire les couples. C'est ainsi qu'elle a anéanti celui de sa soeur, commençant par séduire Eric au point qu'il ne résiste pas à coucher avec elle. Bien sûr, Joëlle va surprendre les amants dans le lit conjugal. Pour se faire pardonner, Ange l'invite à une soirée chez des amis. En fait, Joëlle tombe dans un traquenard organisé par sa frangine qui la livre à ses trois potes motards dans une piaule sordide.
Ainsi est Ange, aguicheuse, mais surtout dangereuse. Une lolita perverse dont le prénom ne reflète pas le caractère et dont les lunettes en forme de coeur dissimulent un regard de prédatrice. Ange est insatiable, que ce soit pour le sexe ou faire le mal. Ses prochaines proies ont pour nom Bob et Martine.

 

 

La carrière hélas trop courte de Claude Mulot a déjà été évoquée sur Psychovision à l'occasion de plusieurs critiques de ses films (La rose écorchée, Les Charnelles, Le Sexe qui parle, Belles d'un soir), il n'est donc pas utile de revenir dessus, pas plus que sur celle de ses fidèles collaborateurs, cette glorieuse génération du cinéma érotique et pornographique français composée de Francis Leroi (ici producteur), Didier Philippe-Gérard et Roger Fellous (brillant chef opérateur), sans oublier Gérard Kikoïne qui travailla en tant que monteur sur plusieurs films de Claude Mulot. Une génération dorée, pour lesquels certains éditeurs rendent parfois hommage en la remettant sous le feu de l'actualité grâce au dvd.


Echanges de partenaires est un drame de facture classique mettant en lice deux couples réunis pour des vacances qui pourraient être idylliques. Classique... en apparence. Parce que la "partie carrée" à laquelle on serait en droit de s'attendre va être contrariée par l'intrusion d'un cinquième personnage qui va s'avérer être le pivot de l'histoire. Ange est belle, et terriblement perverse. Avec la complicité d'une bande de petits voyous, elle prend un malin plaisir à mettre en pièces le bonheur d'autrui, surtout à briser les mariages.

 

 

Au niveau de sa structure, Echanges de partenaires marque par ses contrastes. L'un des couples est sur le point de divorcer, l'autre vient tout juste de se marier. Claude Mulot joue aussi du contraste dans les scènes de sexe, tantôt saines, tantôt glauques. Parfois douces, mais aussi parfois brutales (Joëlle et Martine victimes des amis d'Ange, le passage de l'ascenseur où Bob paraît violer son épouse). Les drames se succèdent dans un décor presque idyllique, celui de Deauville, en plein été.


En ce qui concerne le casting, il est peu nombreux mais composé d'habitués du genre (ou alors de futurs habitués). Thierry de Brem, par exemple, commence sa carrière de hardeur en 1976 et Echanges de partenaires fait donc partie des premiers films dans lesquels il ait tourné. On le verra dans une soixante de films jusqu'au début des années '80. Guy Royer, lui aussi, débute la même année, avec "La Comtesse X" de Jean Rollin (déjà avec Karine Gambier). Sa carrière sera encore plus prolifique, jouant notamment dans le fameux "James Bande 00 sexe". Karine Gambier, on ne la présente plus. Les amateurs de Jesus Franco ont pu admirer sa très belle plastique dans "Le cri d'amour de la déesse blonde", "Deux soeurs vicieuses" et Des femmes pour le block 9. On se rappelle également de sa performance en gardienne de pénitencier dans Les prisonnières de l'île aux rats, d'Erwin C. Dietrich. Seule Dawn Cummings aura été peu présente sur les écrans, ayant tourné seulement dans une demi-douzaine de films, dont deux de Claude Mulot, le second étant "Mes nuits avec... Alice, Pénélope, Arnold, Maud et Richard".

 

 

Enfin, dans le rôle d'Ange, c'est la peu connue Olivia Florès qui, on peut le dire, compose une salope de premier ordre. On comprend facilement pourquoi les mâles ne lui résistent pas, surtout lorsqu'elle exhibe sans la moindre pudeur ses parties intimes prouvant, comme le dit le dicton, qu'il n'y a pas loin de la croupe aux lèvres. Curieusement, la carrière d'Olivia Florès s'arrête après ce film, pour ne reprendre qu'au début des années '80, dans une oeuvre au titre évocateur de Michel Caputo : "L'aubergine est bien farcie". Quoi qu'il en soit, sa prestation dans Echanges de partenaires demeure remarquable. Rien que pour elle, le film vaut largement le détour.

Flint


En rapport avec le film :

# La fiche dvd Bach Films de Echanges de partenaires

Vote:
 
2.86/10 ( 7 Votes )
Clics: 5809
0

Autres films Au hasard...