Dark Souls
Titre original: Morke sjeler
Genre: Zombie , Horreur , Thriller
Année: 2010
Pays d'origine: Norvège / France
Réalisateur: César Ducasse et Mathieu Peteul
Casting:
Morten Ruda, Johanna Gustavsson, Kyrre Haugen Sydness, Ida Elise Broch, Christopher Angus Campbell, Kristian Holter, Jan Harstad...
Aka: Zombie Driller Killer/ Drill Murders
 

Séparé de sa femme, Morten Ravn vit en compagnie de sa fille Johanna dans un quartier d'Oslo. Un matin, la jeune fille part faire son jogging. Dans un bois, elle est agressée par un homme portant un masque et une combinaison orange. Celui-ci, armé d'une perceuse, lui enfonce le foret jusqu'au cerveau. Lorsque la police arrive sur les lieux, Johanna est décédée. Son corps est rapatrié à la morgue.
Plus tard, Morten reçoit un appel téléphonique de l'inspecteur chargé de l'enquête, lui annonçant le décès de sa fille. Morten marque son étonnement, car Johanna est rentrée depuis peu à la maison. Celle-ci, silencieuse, est assise devant l'ordinateur, dans sa chambre. Vivante, oui... mais pas dans son état normal. Lorsqu'elle se met à vomir une étrange substance noire, Morten Ravn appelle les secours...

 

 

Le cinéma de genre fantastique français fait débat depuis des années, suscitant régulièrement critiques et controverses. Curieusement, on constate dans ce créneau la présence de jeunes réalisateurs travaillant en binôme. Le plus connu est le duo constitué par Alexandre Bustillo et Julien Maury ("A l'intérieur", "Livide"). Mais on a aussi le tandem François Gaillard/Christophe Robin, dont on a pu connaître les oeuvres (Blackaria et "Last Caress") grâce à l'éditeur indépendant Le Chat qui Fume. Et puis, désormais, il va falloir également compter avec la doublette César Ducasse/Mathieu Peteul. Avec force courage et ténacité, ils sont parvenus à sortir leur premier long métrage en commun, Dark Souls. Un parcours du combattant, comme pour tous les autres noms évoqués plus haut, car il faut bien avouer que dans notre pays, le mot "indépendant" fait peur, surtout quand il est question de cinéma horrifique, et aussi de jeunes gens talentueux mais inconnus ou presque.

 

 

César Ducasse (né en 1979) l'a bien compris, et il s'est installé en Norvège en 2003. Là-bas, il tourne son premier long métrage, "Links Inc.", qui reçoit un accueil mitigé. Il travaille déjà à cette époque avec Mathieu Peteul et celle qui deviendra son épouse, Maria Havig-Gjelseth. Au niveau du casting, Morten Ruda (qui tient le rôle de Morten Ravn dans Dark Souls) est également présent.
Loin de se décourager, le noyau dur articulé autour de Ducasse persévère et commence à dérouler de la pellicule pour un autre film, Dark Souls, dont les premières scènes débutent en 2007. Le tournage est constamment interrompu, pour diverses raisons, mais essentiellement parce que leur acteur principal (Morten Ruda) est occupé dans d'autres projets, et surtout à cause d'un manque récurrent de fonds financiers.

 

Résultat, Darks Souls n'est finalisé qu'en 2010. Quatre années d'efforts avec pour résultat de ne pas obtenir de sortie en salles (le film est boudé par les distributeurs). Reste alors la programmation dans les festivals. Dark Souls sera montré dans plusieurs pays, avec au total une quarantaine de festivals, et obtiendra sept récompenses. Des prix qui vont permettre au film d'être enfin distribué dans les cinémas norvégiens et d'être exportés dans plusieurs pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas, le Japon, l'Angleterre et les Etats-Unis. Enfin, la plupart des pays en question commercialiseront par la suite Dark Souls en dvd.

 

 

Le film est un mélange homogène de plusieurs genres, oscillant entre l'horreur et le drame, avec une pointe d'humour noir, noir comme cet étrange liquide que vomissent toutes les victimes de ce non moins mystérieux tueur à la perceuse. Noir comme le pétrole, et une plate-forme pétrolière d'où vient la source du mal. Avec ce vieil homme à la tête d'une armée de serial-killers décérébrés, cette substance noire semblable à un organisme vivant, et les hôtes de cette même substance transformés en zombies, on se croirait presque dans une nouvelle de Lovecraft. Même si pas mal de choses n'ont pu être développées dans le film (essentiellement à cause du budget étriqué) ou ont été évoquées en filigrane, Dark Souls, au-delà de son propos horrifique, transmet en parallèle un message écologique, la substance noire pouvant être perçue comme une métaphore sur le danger représenté par le pétrole pour notre planète.

 

 

A ce propos d'ailleurs, dans l'interview qui lui est consacrée dans les bonus (cf fiche dvd), Mathieu Peteul rappelle à juste titre que le pétrole est présent tout autour de nous au quotidien, qu'il s'agisse de carburant ou de matière plastique.
Au final, Dark souls est une excellente surprise. Le scénario est original et la réalisation tient la route malgré les difficultés rencontrées. Il bénéficie de surcroît de la présence de très bons comédiens, certains professionnels et d'autres débutant dans le métier (c'est le cas de Johanna Gustavsson, particulièrement convaincante).
Film sombre, nihiliste mais néanmoins touchant, Dark Souls fait constamment basculer le spectateur du rire (jaune) à l'horreur. C'est donc aussi une satire (allégorie sur la pollution), et une déclinaison originale du thème des zombies. La volonté de Morten (savoir ce qui est arrivé à sa fille, tout faire pour la sauver) est telle que le spectateur s'identifie sans peine à ce père de famille professeur de violoncelle, contraint de se transformer en détective et justicier.
Un vent frais salvateur nous est venu de Norvège, et deux jeunes réalisateurs français talentueux en sont la cause. On ne peut que leur souhaiter de poursuivre dans cette voie (Mathieu Peteul, qui vit à Paris, tourne actuellement son prochain film, "Limbo"). Les qualités démontrées dans Dark Souls sont en tout cas fort prometteuses.

 

 

Flint


En rapport avec le film :

# La fiche dvd Le Chat qui Fume de Dark Souls

Vote:
 
7.89/10 ( 9 Votes )
Clics: 2542
0

Autres films Au hasard...