Symptoms
Genre: Horreur , Thriller
Année: 1974
Pays d'origine: Angleterre / Belgique / Espagne
Réalisateur: José Ramon Larraz
Casting:
Angela Pleasence, Peter Vaughan, Lorna Heilbron, Ronald O'Neil, Marie-Paule Mailleux...
Aka: The Blood Virgin / Sintomas / Symptoms l'incubo dei sensi
 

Helen est une jeune femme vivant dans un vaste manoir perdu au coeur de la campagne anglaise, dans une forêt traversée par une rivière. Elle invite une amie écrivain, Anne Weston, qui a besoin d'un cadre propice pour l'écriture et se changer les idées, venant juste de se séparer de son compagnon, un dénommé John.
Helen, qui sort rarement dans la ville la plus proche, ne voit finalement que très peu de monde en dehors de la femme de ménage qui vient de temps à autres, et de Brady, le garde-forestier qui occupe les dépendances du manoir, un homme d'âge mur que Helen semble détester. Et puis, il y a Cora Appleby, une autre jeune femme, censée habiter dans la propriété. Mais Anne, les jours passant, ne la voit jamais, si ce n'est par le biais d'une photo.
Dans ce lieu idyllique, presque hors du temps, Anne constate que son amie paraît secrète, renfermée. Si les journées se passent tranquillement, les nuits sont plus agitées. Helen entend des voix, des murmures. Anne écoute à son tour des plaintes, et des pas provenant du grenier. Pourtant, Helen réfute la présence d'une autre personne dans la demeure. Peu après, John rend visite à Anne de manière impromptue, avec pour but de renouer leur relation. Une perspective qui déplaît fortement à Helen.

 

 

José Ramon Larraz, avant de devenir cinéaste, fut dessinateur de comics et photographe. Né en Espagne, il partit à la fin des années soixante en Angleterre, après une escale à Paris. Larraz va y tourner ses premiers films, cinq au total, entre 1969 et 1974. Ce sont, dans l'ordre, "L'enfer de l'érotisme" (Whirlpool, 1969), "Deviation", 1971 - inédit en France), Crie et meurs (Scream and Die, 1973), Symptoms (1974) et Vampyres (1974). Au cours de cette période, le metteur en scène quittera l'Albion en deux occasions, se rendant en Italie pour "La muerte incierta" (1973) et retournant en Espagne pour y filmer "Emma, puertas oscuras" (1973), tous deux n'ayant pas connu de distribution chez nous.

 

 

Symptoms, comme tous les films de la période anglaise du cinéaste, a pour cadre principal la campagne, une nature magnifique dissimulant des actes sordides perpétrés par des hommes ou des femmes passablement tourmentés. Ici, il s'agit de Helen (campée magistralement par Angela Pleasence), une jeune femme perturbée par son homosexualité refoulée. On devine assez vite qu'elle était amoureuse de Cora, qui a mystérieusement disparu, tout comme elle est ensuite éprise d'Anne. Si l'intrigue est relativement basique et sans surprises (la seule interrogation que l'on pourra se poser est de savoir si Helen est folle ou victime d'une machination, voire les deux), Symptoms se rattrape en partie par l'ambiance qui s'en dégage, à la fois malsaine et irréelle. En partie seulement, car le film manque cruellement de rythme pendant près d'une heure, et la beauté des décors extérieurs comme intérieurs (la maison est magnifique, le travail sur la photographie en tous points remarquable) ne parviennent pas à masquer le fait que le scénario traîne malheureusement en longueur durant les deux tiers du métrage, avant que l'on assiste durant la dernière partie à trois meurtres au couteau d'une violence inouïe.

 

 

Auparavant, on aura "subi" une structure narrative répétitive, avec des séquences de jour sans incident notable (on parle, on se promène...) et des séquences de nuit rythmées par la pluie, l'orage, des bruits étranges (plaintes, gémissements), des pas semblant provenir du grenier, etc. La maison cache un mystère, mais on l'aura compris assez vite, en réalité, si bien que Larraz dévoile l'identité de l'assassin plus d'une demi-heure avant la fin du film.

Ajoutons à cela qu'il y a dans ce huis-clos trois personnages principaux en tout et pour tout. Fort heureusement, chacun d'entre eux parvient à "tenir la baraque", qu'il s'agisse du personnage d'Anne, interprété par Lorna Heilbron ("La chair du diable"), ou celui de Brady, incarné par Peter Vaughan, acteur remarquable à la filmographie impressionnante ("Le village des damnés", "Die ! Die ! My Darling !", "Les chiens de paille") et encore actif à quatre-vingt-dix ans passés puisqu'on l'a vu récemment encore dans la série "Game of Thrones".

 

 

Et puis, enfin, il faut souligner la performance démentielle d'Angela Pleasence, qui a hérité du talent de son père, avec qui elle jouait d'ailleurs la même année dans le film à sketches "Frissons d'outre-tombe" produit par Amicus. On pourrait quasiment affirmer qu'elle porte le film sur ses "frêles" épaules et que sans elle, Symptoms aurait perdu une bonne partie de son intérêt.
Présenté au Festival de Cannes en 1974, Symptoms connut une distribution discrète dans les salles de cinéma françaises deux ans plus tard. Il fut longtemps considéré comme perdu (du moins, le négatif original), jusqu'à l'intervention récente du British Film Institute, à qui l'on doit de pouvoir redécouvrir l’oeuvre de Larraz dans toute sa splendeur esthétique, à défaut d'autres choses. Après sa longue escapade au Royaume-Uni, José Ramon Larraz poursuivra quant à lui sa carrière dans son pays natal, dans lequel il tournera essentiellement des oeuvres à forte teneur érotique, parmi lesquels Black Candles. Il est décédé en 2013, à l'âge respectable de quatre-vingt quatre ans.

 

 

Flint

Vote:
 
6.00/10 ( 2 Votes )
Clics: 1723
0

Autres films Au hasard...