Prisoner of Paradise
Genre: Porno , Nazisploitation
Année: 1980
Pays d'origine: États-Unis
Réalisateur: Bob Chinn & Gail Palmer
Casting:
John Holmes, Seka, Sue Carol, Jade Wong, Nikki Anderson, Elmo Lavino, Mai Lin...
Aka: Nazi Love Island
 

Marin dans l'US Navy, Joey Murray voit son navire torpillé par un sous-marin allemand, dans l'Océan Pacifique. Naufragé, il échoue sur l'une des nombreuses îles constituant l'archipel des Philippines.
Seul, sans eau potable ni nourriture, il part explorer l'île, s'enfonçant peu à peu dans les terres. Un jour, il aperçoit deux femmes qui se baignent dans un cours d'eau. Il décide de les suivre discrètement, et découvre l'existence d'un avant-poste nazi. A l'intérieur de celui-ci, deux infirmières américaines y sont retenues prisonnières. Murray échafaude un plan afin de les délivrer.

 

 

John Curtis Holmes (1944-1988) demeurera à jamais comme l'un des représentants emblématiques du porno, l'un de ses membres actifs (sans jeu de mots) parmi les plus mémorables. Pour beaucoup, cette notoriété tient surtout en raison de la taille de son sexe, qui avoisinait les 25 centimètres (et non 35 comme il le prétendait), en tenant compte du fait qu'une érection totale lui était impossible, non seulement en raison de sa longueur mais également de sa circonférence.
Un paradoxe anatomique que ce John Holmes, qui ne fut pas à une contradiction près, car dans la vie il était capable de frayer avec la pègre aussi bien qu'avec des organismes de bienfaisance. Mais c'est son addiction à la drogue qui le conduira à sa perte. Sa dépendance à la cocaïne le poussera ainsi à se mêler à des activités criminelles qui le conduiront en prison puis, peu à peu, à la déchéance. Atteint du SIDA, il mourra à l'âge de 43 ans.

 

 

Quelles que furent les raisons de sa notoriété, il n'en demeure pas moins que John Holmes n'était pas un mauvais acteur, du moins quand il était bien dirigé. Dans une filmographie aussi longue que son phallus, on retiendra notamment son rôle de détective qu'il jouera en plusieurs occasions dans la série des Johnny Wadd. On le vit également dans quelques curiosités comme Aphrodisiac ! The Sexual Secret of Majijuana ou des classiques, du genre Aunt Peg ou Insatiable. Quant à sa prestation dans Prisoner of Paradise, elle est tout à fait honorable (de même que ses partenaires sont quasiment toutes honorées). Il est le seul acteur hard dans le film, et par conséquent fort sollicité.

L'autre mâle du film, interprété par Elmo Lavino, se charge de jouer un chef nazi dans la démesure, usant des clichés inhérents à ce genre de personnage. Ainsi vibre-t-il à l'écoute d'une oeuvre de Wagner sur son gramophone, et s'émeut devant une photo du Führer en compagnie de Mussolini. Tout cela n'est guère subtil mais les ficelles sont tellement grosses qu'on a parfois l'impression d'être replongé dans un nazisploitation de la firme Eurociné. D'autant que Prisoner of Paradise est particulièrement fauché au niveau du budget, les scènes les plus réalistes étant des stock-shots "empruntés" au "Tora ! Tora ! Tora !" du trio Fleischer/Fukasaku/Masuda. Pour le reste, l'équipe de tournage s'est installée dans un joli coin de Hawaï avec en tout et pour tout huit acteurs, dont six charmantes demoiselles.

 

 

Parmi celles-ci, la blonde Seka (Plato's the Movie, F, "Ultra Flesh") et la moins connue Sue Carol, respectivement dans les rôles de... Ilsa et Greta, deux gretchen avides de sexe et de sang (surtout de sexe) dont les noms renvoient évidemment à Dyanne Thorne et ses prestations inoubliables dans Ilsa la louve, Ilsa, gardienne du harem, Ilsa, la tigresse du goulag et Greta la tortionnaire. Nos deux gardiennes perverses voient l'arrivée d'un prisonnier fortement membré comme providentielle, elles qui étaient jusque là cantonnées à des "jeux lesbiens" avec les infirmières. Ces dernières sont interprétées par Nikki Anderson et Brenda Vargo, l'une comme l'autre n'ayant eu qu'une carrière éphémère dans le X.

 

 

Afin de compléter le casting du film, n'oublions pas de citer les deux ravissantes Asiatiques ayant pour nom Mai Lin et Jade Wong. La première n'intervient que dans deux longs flashbacks durant la première partie du film, où l'on apprend que Murray s'était amouraché d'une prostituée (Sue Lee) dans la ville où il était basé. Il lui avait promis de revenir quand la guerre serait terminée pour l'épouser lorsqu'un raid de zéros japonais détruisit la maison où vivait Sue Lee, cette dernière périssant dans les décombres. Mai Lin a fait une assez longue carrière dans le cinéma pornographique, depuis les heures glorieuses du 35mm jusqu'à l'avènement de la vidéo. Quant à Jade Wong, ici dans le rôle d'une militaire japonaise aux ordres des nazis, sa carrière est beaucoup plus restreinte et se résume à une dizaine de longs métrages, dont plus de la moitié en compagnie de Mai Lin.

 

 

A la réalisation on retrouve un duo composé de Gail Palmer et Bob Chinn. Gail Palmer (de son vrai nom Parmentier) fut mannequin pour le magazine Playboy et produisit, travailla en tant que scénariste et réalisa une demi-douzaine de films hardcore. Bob Chinn a quant à lui démarré sa carrière dans le cinéma érotique dès le début des seventies. Il a fait jouer John Holmes à partir de 1971, notamment dans le premier "Johnny Wadd". Il finira sa carrière dans la vidéo (comme tous ses confrères du milieu) avec la série des "Nick Fuerte", un personnage de détective à la Johnny Wadd, histoire de boucler la boucle. Bob Chinn a pris sa retraite en 2003.

D'abord sorti chez Something Weird Video en support VHS sous le titre Nazi Love Island, Prisoner of Paradise fut ensuite commercialisé en dvd chez VCX, puis récemment édité par Vinegar Syndrome avec un master restauré. Si le film a été tourné avec un budget réduit, il bénéficie néanmoins d'un cadre magnifique, notamment dans la première partie du métrage voyant John Holmes essayer de survivre à la manière d'un Robinson Crusoé. La suite dans la cabane en bois transformée en avant-poste nazi prête plutôt à sourire mais le cocktail sexe/humour fonctionne dans l'ensemble très bien. On prendra comme exemple la fouille corporelle de Murray par Ilsa et Greta quand il est neutralisé. Lorsque l'une d'entre elles s'arrête au niveau de son entrejambe, elle s'exclame : "Il a une arme !" Pour constater ensuite qu'il s'agit de tout autre chose...

 

Du coup, vous imaginez sans mal que notre héros sera "contraint" de culbuter ses gardiennes, tout cela sur l'air de "La Chevauchée des Walkyries", un titre qui résume très bien ce qu'il nous est alors donné de voir à l'écran. A croire que Wagner inspire nos protagonistes. Pas d'Ouverture en ré mineur ici, mais en raie majeure, et en turlute plutôt qu'en simple ut. Le thermomètre à moustaches de John Holmes carbure à plein régime ; et malgré sa taille imposante, on ne verra pas notre verge effaroucher ces demoiselles. Quant à nous les hommes, à défaut d'être complexés, on en viendrait presque à regretter que John Holmes n'ait pas joué dans "Dard l'Invincible".

 

 

Flint

Vote:
 
7.00/10 ( 3 Votes )
Clics: 598
0
Écrire un commentaire pour ce film Écrire un commentaire pour ce film
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous enregistrer...

Autres films Au hasard...