Pages galantes et scandaleuses, Les
Titre original: Le notti peccaminose di Pietro l'Aretino
Genre: Erotique , Comédie
Année: 1972
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Manlio Scarpelli
Casting:
Adriana Asti, Elena Veronese, Gianni Musy, Lucia Modugno, Belinda Bron, Melù Valente, Salvatore Baccaro, Piero Vida, Luciana Turina...
Aka: Les pages galantes de l'Aretin / La grosse gauloise
 

Sur le chemin la conduisant au Palais d'un noble, Nana (Adriana Asti) raconte à sa fille Prudence (Elena Veronese) des contes grivois...

Parent délaissé du cinéma bis, le décamérotique italien compte pourtant en son sein moult bons films dont ce Les pages galantes et scandaleuses. Une franche réussite du genre commise par le timide Manlio Scarpelli (2 réalisations ; une faible poignée de scénarios), assisté ici d'un Lamberto Bava débutant. Qui, et c'est la véritable bonne surprise à mettre à leur actif, n'hésitent pas à faire basculer à intervalle régulier leur film dans le fantastique. Un peu à la manière des "Mille et une nuits érotiques" de Margheriti, chacun (ou presque) des racontars, ici au nombre de cinq, emploie un élément surnaturel, épaulant à merveille un érotisme garanti.

 

 

Dans le premier récit, un couvent de soeurs cède à la débauche auprès d'un Frère diabolique et partisan de la prise d'hostie à la chapelle, surnommé le Serpent. En effet, ce dernier s'annonce auprès de ces dames par un jeu d'ombres chinoises prenant forme reptilienne et sifflante !
Une mise en bouche honorable suivie de l'un des meilleurs segments : un forgeron soupçonne sa ribaude de femme de le cocufier auprès d'un paysan. À raison car il finit par les surprendre dans le lit conjugal. Sa vengeance, digne d'une chute des "Contes de la crypte", consistera à les "unir à jamais" en répandant de la chaux vive sur leurs corps nus. Gagné par la démence, le cornu s'en ira sonner les cloches du village pour signer son geste. Un enrobage macabre inhabituel pour ce type de bande mais dont on ne se plaindra nullement.

Plus commun, le chapitre suivant s'intéresse à un couple d'amoureux dont la femme terminera besognée dans une auberge par un acteur de théâtre foireux et ses compères tandis que Monsieur, séparé de sa moitié par un simple rideau n'y verra que du feu. Bof.

 

 

Nettement plus réjouissant, le pénultième racontar s'enfonce dans le délire le plus total avec cette troupe de gueux concluant dans les profondeurs d'une tour un pacte avec Satan (composé par nul autre que Salvatore Baccaro !) avant leur départ pour la guerre : le Malin leur offre la possibilité de littéralement "dévisser" leur "robinet", dans le but de s'assurer que leurs chères tendres accaparées par ces sex-toys plus vrais que nature ne brisent leur voeu de fidélité pendant que leurs hommes s'agitent sur un lointain champ de bataille.
Là encore, l'histoire, décidément très tirée par la queue, se conclura par une pirouette amusante qu'on conservera secrète.

Le dernier sketch, quant à lui, repose sur un quiproquo monstre : un noble, d'une générosité sans faille propose à son parterre d'amis de la haute de passer sur la bonne du château. Au seigneur des lieux de découvrir que sa moitié s'est substituée à la servante.

 

 

Enfin, le livre, déjà, se referme. L'occasion de retrouver Nana et Prudence arrivées à l'étape finale de leur périple salace, le palais d'un châtelain local, potentiel mari de Nana, qui y laissera au passage sa virginité.
C'est là l'ultime rebondissement d'un programme décidément bien sympathique, inventif en diable.
Techniquement, la qualité répond aussi présent, bénéficiant du savoir-faire photographique d'un Joe d'Amato, signant encore à cette époque son boulot sous sa véritable identité d'Aristide Massaccesi.

 

 

Throma

 

 

En rapport avec le film :

 

# Manlio Scarpelli est le frère de Furio, du duo Age et Scarpelli, les coscénaristes des plus célèbres comédies de Risi et Monicelli.

 

# Une autre affiche :

 

Vote:
 
8.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 1418
0

Autres films Au hasard...