Fascination
Genre: Vampirisme
Année: 1979
Pays d'origine: France
Réalisateur: Jean Rollin
Casting:
Franca Mai, Brigitte Lahaie, Jean-Marie Lemaire, Fanny Magier, Muriel Montossé, Sophie Noël, Evelyne Thomas, Agnès Bert, Cyril Val, Myriam Watteau, Joe De Lara, Jacques Sansoul....
 

Au début du siècle, on soignait l'anémie en faisant boire aux malades un verre de sang frais de boeuf. Les abattoirs étaient devenus des endroits à la mode où les belles dames venaient rencontrer les messieurs. Le goût du sang devint vite une passion perverse, plusieurs d'entre-elles formèrent aussitôt une secte secrète.

 

 

Nul n'est prophète en son pays, telle sera peut être l'épitaphe de Jean Rollin, en effet si le réalisateur a acquis une certaine renommée hors de France, il n'a jamais été pleinement reconnu chez lui, même par la presse spécialisée. Une notoriété que Rollin doit surtout à ses films de vampires saphiques produits par l'américain Sam Selski où son sens de l'esthétique associé à un érotisme prononcé et un certain sens de la recherche visuelle, en ont fait une référence au delà des frontières. Une des rares réussites où le commercial (le nudie) rencontre une certaine forme d'originalité.
Cinéaste poétique et baroque pour les uns, barbant et prétentieux pour les autres, oeuvrant à la fois dans le porno (sous le pseudo de Michel Gentil il a coréalisé notamment "Le Parfum de Mathilde" pour Marc Dorcel ) et le cinéma de genre, Rollin alterne il est vrai le meilleur et le pire et c'est malheureusement ce dernier que l'on retient le plus souvent (ex : Le Lac des morts vivants). Techniquement les défauts sont souvent les mêmes d'un film à l'autre, budget étriqué (à cause des difficultés pour le réalisateur de rassembler des fonds), acteurs parfois "trop" amateurs, montage chaotique, image floue. Mais cela est toujours rattrapé par quelques éclairs de génie, en effet chez Rollin ce qui compte avant tout c'est l'image : spécialiste du long travelling, il sacrifie souvent la narration et le reste au profit d'une belle image. L'influence de la peinture est d'ailleurs prédominante dans son oeuvre avec une préférence pour le surréalisme et Max Ernst en particulier, il arrive souvent qu'il soit "inspiré" par un détail qu'il a pu observer sur une toile et qu'il l'intègre dans son film (pas toujours avec bonheur d'ailleurs !).

Fascination est considéré comme son film le plus réussi, graphiquement en tout cas, et surtout le plus abordable. C'est aussi celui où les recherches visuelles et esthétiques du réalisateur s'intègrent le mieux à l'histoire. Rollin y aborde de nouveau son thème de prédilection le vampirisme, mais d'une manière différente, plus proche du mythe de la comtesse Bathory que du vampire traditionnel. Le vampirisme est plus ici un effet de mode plus qu'une réelle nécessité, une sorte de drogue qui permettrait de garder l'illusion d'une éternelle jeunesse.

 

 

Inspiré par un fait réel (le traitement de l'anémie à base de sang) et de deux romans ("Le verre de sang" et "Une histoire épouvantable"), le film nous présente deux jeunes femmes vivant dans un château, dont la tranquillité apparente va être troublée par l'irruption d'une bande de voleurs. En fait les deux jeunes femmes servent de "rabatteuses" afin de fournir en sang une mystérieuse secte uniquement composée de femmes, les proies vont bientôt devenir les chasseresses.
Avec un sujet pareil le réalisateur nous livre une oeuvre éthérée et sensuelle où l'érotisme et la nudité sont naturels et jamais vulgaires. Très inspiré par la présence de sa muse Brigitte Lahaie (on le serait à moins !), Rollin met en image la scène la plus belle et la plus réussie de son oeuvre. Une mise en scène et un découpage habile, fluide et efficace où l'on voit la belle Brigitte surgir sur un pont armée d'une faux et uniquement vêtue d'une cape et d'une paire de bottes, une vision à la fois poétique, érotique et doucettement morbide qui résume parfaitement l'oeuvre de Rollin. Le film ne manque pas d'autres moments du même genre, comme la séquence d'ouverture se déroulant dans un abattoir, ou la mort de Brigitte blessée et "dévorée" par ses compagnes. De plus et c'est presque une constante dans son oeuvre, Rollin ne cède jamais au classique "happy end", lui préférant une fin moins consensuelle et plus poétique.


On ne présente plus la sémillante Brigitte Lahaie superbe actrice porno qui connaît encore une vraie notoriété alors qu'elle a arrêté de tourner depuis des années, une actrice qui a aussi beaucoup oeuvré dans le bis (Les Prédateurs de la nuit, "L'Executrice", Brigade des moeurs, ...). Sa rencontre avec Rollin remonte au seul film X qu'il tournèrent ensemble ("Vibrations Sexuelles" en 1977), le réalisateur lui offrit son premier rôle non pornographique dans "Les Raisins de la Mort" (1978), par la suite elle tourna dans plusieurs autres de ses films ("La Nuit des traquées", "La fille de Dracula", ...). Les deux complices devaient tourner ensemble un film de loup-garou intitulé "Bestialité", mais le projet n'aboutit jamais faute de financement ! Son jeu retenu voire inexpressif fait merveille et s'intègre parfaitement dans l'oeuvre de Rollin.

 

 

A force de persévérance l'estimable Jean Rollin s'est construit un univers érotico-fantastique bien à part dans le paysage cinématographique français. Il réalise avec Fascination un film plein de charme, qui ne tombe jamais dans la vulgarité et qui constitue une excellente entrée en matière pour celui qui voudrait découvrir son oeuvre et son univers si particulier.

 

The Omega Man

 

A propos du film :


# Le tournage ne fut pas de tout repos pour la pauvre Brigitte, non seulement elle dut faire face aux avances empressées d'un producteur indélicat et libidineux. Mais en plus certain(e)s comédien(ne)s du film exigèrent que l'actrice prenne un pseudo : ils ne voulaient pas que leurs noms apparaissent sur une affiche à coté de celui d'une actrice porno, Rollin leur répondit que si cela les dérangeait autant, c'était eux qui devaient changer de nom. Gentleman !

# Pas de problème pour se procurer les films de Rollin ceux-ci sont disponibles dans de nombreuses versions en Allemagne, Angleterre, Japon, Etats-Unis et aussi en France et sur tous les supports vhs et dvd, quelquefois dans des éditions collectors splendides.

Vote:
 
6.38/10 ( 21 Votes )
Clics: 5469
0

Autres films Au hasard...