Invasion of the blood farmers
Genre: Trash
Année: 1972
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Ed Adlum
Casting:
Norman Kelley, Tanna Hunter, Jack Neubeck...
 

Une paisible bourgade de ploucs non loin de New-York. Un bar-restaurant. Des ploucs autour du comptoir du bar-restaurant. Un homme couvert de sang qui fait irruption dans le bar-restaurant avec le comptoir et les ploucs autour. Le mal en point meurt après avoir craché une bonne quantité de sang baveux.
Après une enquête approfondie, deux... "scientifiques" (nommons-les ainsi) constatent une dégénérescence dans le flux sanguin du fraîchement mort.
Bref, de fil en aiguille et de filet de bave en aiguille de bile, tout ce beau monde de ploucs va s'apercevoir qu'une communauté de druides sataniques séjourne à proximité de chez eux et s'affaire à kidnapper des habitants de la bourgade de ploucs pour leur pomper tout leur sang. Ceci dans l'espoir de ressusciter le cadavre de leur déesse.

 

 

Bien avant (deux années en fait) cette grosse farce Z à base de bigfoot de pacotille qui avait pour nom "Shriek of the Mutilated", la même petite équipe de tournage, emmenée par les époux Findlay (spécialistes de la sexploitation trash des seventies) accouche d'un autre mini-classique du Z fauché, le sus-nommé "Invasion de les fermiers con sanguins", ou un truc dans le genre.
Si, dans un premier temps, cette histoire de Panoramix vilains a de quoi attirer l'attention, cette même attention repart aussitôt d'où elle était venue lorsque, ébahi, on s'aperçoit très rapidement qu'il ne se passe pas grand chose de captivant à l'écran. Beaucoup de parlotte, peu d'action, et encore moins de gore ou bien d'activité sexuelle pour se rincer un fond d'oeil à sec.
Inconsolables, on se rattrape tant bien que mal aux quelques séquences trash parsemées maladroitement ça et là : le malheureux du début qui ne se lasse pas de vomir son sang, les séquences de pompages douloureux de sang à travers des tuyaux craspec, et ce clébard touffu, bouffé puis pendu devant la maison de sa maîtresse.
Après une lutte pas du tout acharnée entre le couple de héros et les méchants druides qui meurent d'ailleurs tous d'un coup sans raison après que leur déesse finalement ressuscitée "remeure" elle aussi sans raison, la conclusion enterre définitivement le spectateur/zombie avec un "Happy-end" pathétique dévoilant le gentil couple tout sourire devant le gentil ami professeur du héros gentil qui brandit devant leur gentil faciès un gentil caniche qui saura remplacer dignement, on l'espère, l'ancien compagnon poilu de la gentille fiancée du héros qui je le rappelle, est gentil.

 

 

Throma
Vote:
 
7.38/10 ( 13 Votes )
Clics: 4672
0

Autres films Au hasard...