Killer must kill again, The
Titre original: L'Assassino e costretto ad uccidere ancora
Genre: Giallo
Année: 1975
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Luigi Cozzi
Casting:
George Hilton, Michel Antoine, Femi Benussi, Cristina Galbo, Teresa Velasquez, Alessio Orano, Eduardo Fajardo...
 

Giorgio Mainardi est un architecte d'une quarantaine d'années marié à une jolie femme, Norma, qui en plus est très riche. Mari volage, il a tendance à dilapider l'argent du ménage, ce qui a le don d'énerver sa conjointe. Celle-ci a d'ailleurs décidé, après une dispute orageuse, de lui couper les vivres. Giorgio ne peut accepter cette situation, trop soucieux qu'il est de tenir à sa réputation, celle d'un homme festif ne comptant pas à la dépense pour inviter ses amis à des réceptions et entretenir ses maîtresses.
Echaudé par la scène de ménage qu'il vient d'avoir, Giorgio sort en pleine nuit se rafraîchir les idées, et aussi pour passer un coup de fil à sa dernière maîtresse en date pour l'avertir de la situation. Alors qu'il se trouve dans une cabine téléphonique, il est témoin d'une scène pour le moins étrange. Devant lui, à quelques dizaines de mètres, un homme est en train de pousser une volkswagen rouge dans le canal, avec un cadavre de femme à son bord. Mainardi observe la scène, sans intervenir, puis vient à la rencontre de l'inconnu une fois que ce dernier a commis son forfait. Sans détour, il met l'inconnu au pied du mur, le menaçant de le dénoncer à la police s'il refuse de lui rendre un service. L'homme ne semble pas très impressionnable, et le chantage n'a pas l'air de l'inquiéter, mais il écoute Mainardi avec attention. En fait, Giorgio lui propose un marché, qui consiste à tuer sa femme en échange de 20 000 dollars. Le deal est conclu entre les deux hommes, il ne reste plus qu'à établir la façon dont vont se dérouler les opérations, sachant que la disparition de Norma doit passer pour un kidnapping.

 

 

Entre temps, les Mainardi se sont réconciliés sur l'oreiller, Giorgio se montrant particulièrement cynique lorsqu'il confie d'une voix doucereuse à Norma qu'il a trouvé une solution à leurs problèmes de couple.
Le soir du meurtre, Giorgio s'est constitué un alibi en béton, puisqu'il est invité à une soirée avec de nombreux amis. Le tueur élimine Norma et va déposer son corps dans le coffre de son véhicule, une Mercedes. Tandis qu'il retourne dans la maison des Mainardi afin d'effacer toute trace de son passage, survient un élément imprévu : la Mercedes du tueur a disparu ! Elle a été subtilisée par un couple de jeunes désireux de passer le week-end au bord de l'océan. Qu'importe, le tueur sans nom est décidé à aller jusqu'au bout de son contrat, il vole une autre voiture et s'en va traquer ceux qui sont partis avec sa voiture... avec le cadavre de Norma dans le coffre !

 

 

"The Killer must kill again" n'est pas un giallo conventionnel, d'ailleurs est-ce vraiment un giallo ? C'est dans tous les cas un thriller aux mécanismes parfaitement huilés, plus proche du roman noir, en fait, réalisé par un Luigi Cozzi inspiré, sous l'influence d'Hitchcock, et de Dario Argento, qu'il connaît très bien, les deux hommes ayant souvent collaboré dans le passé. Le fait de savoir d'entrée qui est l'assassin n'est certes pas inédit, on a déjà vu ce cas de figure dans "Une Hâche pour la Lune de Miel", par exemple. Mais le film de Cozzi n'a rien à voir avec celui de Mario Bava (le seul point commun étant la présence de Femi Benussi dans ces deux films, une habituée du genre).
Là, on a affaire à un tueur dont on ignore tout de son passé, de ses motivations... On sait seulement que c'est un maniaque sexuel (la scène du début montre le tueur en train de poser le cadavre de sa victime dans la volkswagen. Après l'avoir installé côté passager, il se met à l'observer, sans laisser paraître la moindre émotion, puis il lui caresse les cheveux, et lui palpe la poitrine, avant de mettre le moteur en route), probablement un tueur en séries. Il est aussi attiré par l'argent, puisqu'il accepte la proposition de Mainardi. On peut supposer que, dans le cas contraire, il aurait été en mesure d'éliminer le maître-chanteur potentiel sans coup férir.
Après le meurtre de Norma, le film bascule complètement, puisqu'on oublie presque le personnage de Giorgio Mainardi pour suivre les pérégrinations du tueur, et de ce fait celles des deux personnages ayant dérobé la Mercedes, un couple de jeunes gens : Laura et Luca, qui, on le devine très vite, ne seront pas en mesure de faire le poids face au tueur.

 

 

Luigi Cozzi s'intéresse peu à l'enquête policière, il préfère se concentrer sur ses personnages, notamment ceux du tueur, campé par un extraordinaire Michel Antoine (connu aussi sous le nom d'Antoine St John) et d'une formidable Cristina Galbo (vue dans "Mais qu'avez-vous fait à Solange ?"). A leurs côtés, George Hilton, dans le rôle de Giorgio Mainardi, n'a pas un personnage aussi étoffé que dans les gialli de Sergio Martino. Il était aussi plus convaincant dans "Folie Meurtrière" ou "Les Rendez-vous de Satan". Eduardo Fajardo, grand habitué des westerns spaghetti, joue ici l'inspecteur de police. Un flic plutôt suffisant, sûr de lui, sourire constant aux lèvres, et somme toute transparent. Alessio Orano (Luca) s'en sort plutôt bien avec son physique de jeune premier. Il n'en rajoute pas, et sa sobriété plaide en sa faveur. Evidemment, il ne résiste pas à la tentation de tromper sa petite amie, encore vierge, avec une femme que le sexe n'effraie pas. C'est une fois de plus Femi Benussi qui interprète la femme fatale, la fille facile, toujours prête pour une partie de jambes en l'air. Jolie Femi, qui, comme d'habitude, subit les affres du tueur...
"The killer must kill again" est assurément un bon film, qui ne déçoit que dans son dénouement, quelque peu téléphoné. En effet, la manière dont Giorgio va se faire finalement piéger par la police est à la fois simpliste et peu crédible. Mais comme je l'ai souligné plus haut, Cozzi n'est guère motivé par l'intrigue policière dans cet unique giallo qu'il aura réalisé.
Deux scènes marquent particulièrement les esprits, construites sur un schéma identique. La première est celle où Norma est agressée dans son appartement par le tueur. La scène est mise en parallèle avec une autre qui se déroule au même moment, dans un autre lieu, montrant Giorgio festoyant dans une soirée BCBG, plaisantant, et trinquant avec ses amis, tout sourire, à l'instant même où sa femme succombe aux coups de son agresseur.
Toute aussi saisissante, la scène où Laura est agressée puis violée par le tueur dans la maison abandonnée, alors que pendant ce temps, Luca se paie du bon temps dans un coin de nature avec une jolie blonde rencontrée en chemin.

 

 

Enfin, signalons un dernier meurtre particulièrement "saignant", d'une sauvagerie totale, et qui va déclencher chez le tueur un changement dans sa psychologie. En cela, on peut dire que Cozzi s'est attaché à faire une étude comportementale particulièrement intéressante des principaux protagonistes, ce qui donne au final un giallo qui se démarque du lot, effaçant en partie les quelques faiblesses du scénario.

 

Note : 7,5/10

 

Flint
 
A propos du film :
 
# Au rang des anecdotes, le rôle dévolu à Femi Benussi était à l'origine prévu pour Gloria Guida. Mais il faut croire qu'il était écrit que la jolie blonde ne tournerait jamais dans un giallo. Ce qui ne l'empêchera pas de tourner plus tard dans des films de qualité, comme le "Avere vent'anni" de Fernando Di Leo.

# Quant au film, il devait s'appeler en premier lieu "Il Ragno" (L'araignée). Egalement, Luigi Cozzi fait preuve d'humour en deux occasions. Premier clin d'oeil lorsque Giorgio et le tueur se donnent rendez-vous dans un cinéma. Le film projeté sur les écrans est "Il tunello sotto il mondo", le premier film réalisé par Cozzi, en 1969. Second clin d'oeil, le briquet du tueur porte des initiales : D.A. Une façon pour le metteur en scène de remercier son ami Dario Argento...
 
En rapport avec le film :
 
Vote:
 
8.00/10 ( 21 Votes )
Clics: 3919

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...