Link
Genre: Horreur , Thriller , Agressions animales
Année: 1986
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Richard Franklin
Casting:
Elizabeth Shue, Terence Stamp, Steven Pinner, Richard Garnett, David O'Hara, Kevin Lloyd...
 

Jane (la belle Elizabeth Shue) est une étudiante qui s'apprête à devenir l'assistante au domicile d'un de ses professeurs, spécialisé en zoologie. D'ailleurs, à son domicile, une maison isolée au bord de l'océan, le prof possède un domestique en la personne de Link, un orang-outang à l'intelligence hors-norme. Or, le professeur veut se débarrasser de Link. Celui-ci comprend ce qui va lui arriver et se rebelle avec une violence de plus en plus accentuée... Il va empêcher toute sortie de la maison...

 

 

Excellent film que ce "Link", malheureusement assez inconnu du public. Pourtant, aucun défaut majeur n'est à signaler dans cette série B désignée pour les soirées télé... Le ton, s'il ne verse pas non plus dans des gags faciles qui auraient pu être commis en rapport avec la présence d'un singe comme personnage principal, est avant tout basé sur l'humour. Étrange que de voir ce singe tyranniser à ce point les humains. Juste retour des choses, presque. Du reste, l'orang-outang se comporte presque entièrement comme un humain. Jusqu'à aller mater Elizabeth Shue sous la douche ! Et il possède même une certaine classe et un sang-froid naturel contrastant avec l'habituelle hystérie des singes bondissants que l'on nous montre au cinéma.
Bref une sorte de boogeyman naturel aux fortes connotations comiques. Mais qui pourtant, à force de se comporter en humain, n'est pas sans mettre le spectateur et les protagonistes assez mal à l'aise... Sous ses dehors amicaux d'orang-outang (un animal qui inspire tout de suite la sympathie), Link cache quelque chose de violent, de radicalement opposé avec son apparente innocence. Il n'est donc pas non plus sans évoquer le Damien de "La Malédiction".

 

 

Mais pourtant, au-delà d'un film "de personnages", Link est aussi un modèle de réalisation. Limite hitchcockien pourrait-on dire (d'ailleurs ce n'est pas un hasard si le réalisateur s'était trois ans auparavant rendu coupable du pas si mauvais "Pyschose 2"). Ni tout à fait comique ni tout à fait sérieux, avec un huis-clos dans une maison reculée. Comme si celle-ci était assiégée de l'intérieur, en fait ! Pas de sortie possible pour les protagonistes, avec un singe menaçant et jaloux pour seule compagnie...
La lumière est également très belle, tributaire de la proximité de l'océan qui donne un charme très "Cornouailles" à l'ensemble. Du reste, Franklin, le réalisateur, ne se prive pas pour nous montrer l'environnement naturel de la maison. Un peu comme Hitchcock dans "Les Oiseaux", quelque part. Si l'on ajoute que Link représente un singe (donc une représentation de l'homme du temps où celui-ci n'était pas encore le citadin qu'il est devenu) se rebellant vis-à-vis de ses maîtres, on peut dès lors dire que "Link" est un film nous montrant avec une certaine légèreté ironique la nature reprenant ses droits sur l'homme...

 

 

Note : 7/10

 

Walter Paisley
 
A propos du film :
 
# Prix Spécial du Jury à Avoriaz en 1986.
Vote:
 
6.83/10 ( 6 Votes )
Clics: 5627

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...