Vampire de l'espace, Le
Titre original: Not of this earth
Genre: Science fiction , Comédie
Année: 1988
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Jim Wynorski
Casting:
Traci Lords, Arthur Roberts, Lenny Juliano, Ace Mask, Roger Lodge...
 

Le premier grand rôle de Traci Lord au cinéma ! Telle est donc l'accroche de ce film qui pue à plein nez la grosse poilade.
Et de grosse plaisanterie, il en est question, produite par l'infatigable Roger Corman, cette truculente nanardise nous plonge dans l'univers absurde de vampires télépathes venus de Davana, planète lointaine mais oh combien hostile.

 

 

Les vampires de l'espace sont reconnaissables à leurs lunettes de soleil, qu'ils ne quittent pas; pas qu'ils soient gênés par les rayons UV ou par une quelconque luminosité, que nenni, leur problème est qu'ils se nourrissent par les yeux ! Dès qu'ils ôtent leurs beliques, leurs yeux deviennent luminescents et crachent une sorte de rayon lumineux bleuté qui vide de son sang instantanément la victime innocente qui passe dans le coin. Bien entendu, d'apparence, rien ne distingue un suceur de sang spatial d'un simple mortel.

 


Dans le grand n'importe quoi qui emporte le métrage sur les rives foldingues de la ringardise absolue, il y a Traci Lord, qui à l'époque était sacrément bien gaulée et qui le montrait volontiers. Faut dire qu'à part secouer des nibards, pour le reste elle repassera la belle, dans la série soit bonne et tais-toi, elle se place en first position de la potiche au beau cul. Mais elle n'est pas la seule à dévoiler ses atouts sans pudeur, et on a ainsi droit à une sublime foire de la nichonnaille...
Le grotesque est franchement de mise, les effets spéciaux sont d'une pauvreté incroyable, ce qui n'est pas étonnant quand on constate la misère tsunamiesque de la mise en scène. Ainsi, les aliens télépathes discutent pendant de longues minutes entre eux. Et comme ils discutent par la pensée, ben il ne se passe rien, juste deux pauvres acteurs ridicules qui se regardent tandis qu'une voix off s'occupe des dialogues... Consternant, mais tellement drôle.
En fait, on s'enfonce tellement dans le portnawak sidéral que le film en devient plaisant, on va de catastrophe en catastrophe, d'anachronisme en faute de raccord, de sorte qu'il est quasiment impossible de quitter l'écran des yeux.

 


Finalement un film indispensable, pas pour ses qualités, parce qu'il n'en a pas, mais bien tellement il est mauvais et atteint un tel pic de ringardise.
Amateur de séries B frôlant le Z, drôles et débiles, faites chauffer les magnétos...

 

Nickbur
Vote:
 
4.63/10 ( 8 Votes )
Clics: 3734
0

Autres films Au hasard...