Des filles pour un Vampire
Titre original: L'ultima preda del vampiro
Genre: Vampirisme , Horreur
Année: 1960
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Piero Regnoli
Casting:
Walter Brandi, Lila Rocco, Maria Giovannini, Corinne Fontaine, Alfredo Rizzo, Tilde Damiani, Antonio Nicos...
Aka: The Playgirls and the Vampire / Last victim of the Vampire / Daughters of the Vampire
 

Un car transportant cinq danseuses, leur impresario et un pianiste se retrouve en rade dans une contrée pour le moins déserte. Un paysan guide tout ce petit monde vers l'unique lieu habité dans les environs : un château habité par le Comte Gabor Kernassy (Walter Brandi). Mais il s'avère que les étrangers ne sont pas les bienvenus en ces lieux. Tour à tour, le jardinier, puis la gouvernante leur somment de faire demi-tour, affirmant qu'il est impossible de les héberger. Puis, le Comte en personne fait son apparition et ne se montre pas plus affable. Jusqu'à ce qu'il aperçoive, parmi les danseuses, la jolie Vera (Lila Rocco) qui ressemble étrangement à l'une de ses ancêtres ayant vécu dans la seconde partie du XVIIIe siècle.
Changement de programme, donc, et Kernassy, troublé par la jeune femme, convie la troupe à rester. Vera, elle aussi, est perturbée, et en observant les pièces du château elle a un sentiment de "déjà vu". Plus tard dans la soirée, alors que chacun a regagné sa chambre respective, Vera sort faire un tour et tombe nez-à-nez avec le Comte. Ce dernier la met en garde d'un danger, tout en restant évasif.
Mais le lendemain, on retrouve le corps sans vie de l'une des danseuses, Katia (Maria Giovannini). D'après le châtelain, elle aurait fait une chute accidentelle depuis la fenêtre de sa chambre. Pour corser la situation, il s'avère impossible de prévenir les autorités, le téléphone ne fonctionnant plus ; le pont reliant l'unique route s'est écroulé ; et les domestiques semblent cacher un terrible secret. En effet, il se passe des choses bien étranges dans les sous-sols du château, à la nuit tombée, où se trouve le caveau familial dans lequel reposent les ancêtres du Comte Kernassy.

 

 

Assistant réalisateur de Riccardo Freda sur le tournage des "Vampires", en 1957, Piero Regnoli n'a mis en scène que très peu de films dans sa carrière. Tout juste se rappellera-t-on du peplum "Maciste dans les mines du Roi Salomon". Par contre, l'homme présente un CV bien plus conséquent en tant que scénariste, flirtant allègrement avec le bis dans des oeuvres coquines comme "Les Nuits chaudes de Caligula", "Malabimba" ou "Malombra" ; des films d'horreur cultes tels "Le Manoir de la Terreur" et "Patrick still lives" ; sans oublier de l'heroic-spaghetti avec le duo "Sangraal" et "L'Epée de Feu".
Trois ans après le film de Freda qui annonça donc le courant gothique italien, plusieurs oeuvres virent le jour. La plus célèbre demeure évidemment "Le Masque du Démon", de Mario Bava. Mais en dehors de ce courant classique, dont les meilleurs artisans furent, en dehors de Bava, Riccardo Freda et Antonio Margheriti, se développa en parallèle un cinéma gothique un peu plus "déviant", s'appuyant autant sur l'aspect horrifique qu'érotique. Un érotisme très soft, cela va de soi, étant donnée l'époque. L'année 1960 vit apparaître deux films présentant de fortes similitudes : une troupe de danseuses pour le moins sexy et délurées confrontées à un vampire dans un château lugubre. Le premier est "L'amante del vampiro", de Renato Polselli, et l'autre "Des Filles pour un Vampire", de Piero Regnoli.

 

 

Point commun de ces deux films : Walter Brandi, qui va jusqu'à cumuler deux rôles dans le Regnoli : celui du châtelain, et celui de son ancêtre devenu une créature de la nuit. On retrouvera Brandi par la suite dans des films du même acabit : "Slaughter of the Vampires" et "Vierges pour le Bourreau", et dans le plus sérieux "Cimetière pour Morts-Vivants", aux côtés de Barbara Steele. Dans le rôle de Lucas, l'impresario-chorégraphe, on aura reconnu une autre figure emblématique de ce courant "kitscho-gothique" : Alfredo Rizzo. Complice de Walter Brandi dans "Cimetière pour Morts-Vivants" et "Vierges pour le Bourreau", l'homme fut aussi le réalisateur de "L'Insatiable Samantha" et "Carnalita", dont les intrigues policières étaient agrémentées d'un érotisme très marqué.

 

 

"Des Filles pour un Vampire", presque un demi-siècle plus tard, n'apparaît pas comme un chef-d'oeuvre, loin s'en faut. Mais cette oeuvre mineure n'en est pas moins amusante, et distrayante. Le film mélange les ingrédients du cinéma d'horreur classique : serviteurs inquiétants, secret ancestral, laboratoire secret, héroïne ressemblant à l'être aimé du vampire, etc... et ceux du film d'exploitation des sixties : "scream girls", striptease, nudité soft...
Il a été tourné dans la région d'Artena, dans le fameux Château Borghese que l'on voit également dans "L'amante del vampiro" et "Vierges pour le Bourreau", notamment. A titre d'anecdote, le blason des Kernassy (un bouclier frappé de la lettre "K") sera à nouveau utilisé dans "La Crypte du Vampire", de Camillo Mastrocinque", où Christopher Lee incarne un châtelain nommé Karnstein (le film s'inspirant du "Carmilla" de Sheridan Le Fanu).
Contrairement au film de Polselli qui a été diffusé sur une chaîne satellite (en version italienne sous-titrée), "Des Filles pour un Vampire" n'est actuellement visible actuellement que par le dvd américain de Image Entertainment, sous le titre "Playgirls and the Vampire". Bien qu'étant en anglais sans sous-titres, il n'est pas trop difficile d'accès pour les anglophiles, et seule la doublure de Rizzo est dure à suivre. Et puis, bon, l'intrigue n'est pas très compliquée, n'est-ce-pas ?

 

Note : 6/10

 

Flint

 

En rapport avec le film :

 

# La fiche dvd Artus Films du film "Des filles pour un vampire"

Vote:
 
6.13/10 ( 15 Votes )
Clics: 6133
0

Autres films Au hasard...