Dernières News

Week-end sauvage - 1976

News image

Produit par Ivan Reitman, et réalisé par un William Fruet alors au début de sa carrière, Death weekend est un film démarrant comme un thriller et s'achevant en rape and revenge bien sanglant

Fast Reviews | 25 Mai

L'Enfer des Mandingos - 1976

News image

En 1976, après le détonnant Mandingo de Richard Fleischer qui plomba la carrière du réalisateur de Blind Terror, Steve Carver s'attelait à une suite...

Fast Reviews | 20 Mai

The Last Survivors - 2014

News image

Selon Princesse Rosebonbon, The Last Survivors, aka The Well, est un western post apocalyptique qui vaut le détour...

Fast Reviews | 14 Mai

L'Évadé de Yuma - 1968

News image

Dans la série "avis succincts des psychovisionautes, un petit spagh réalisé par Camillo Bazzoni, qui tournera ensuite Abus de pouvoir, en plus de scénariser certains films de son frangin Luigi...

Fast Reviews | 13 Mai

Lâchez les Monstres – 1970

News image

Scream and scream again est un thriller horrifique et science-fictionesque adapté d'un roman de Peter Saxon - The Disoriented Man - publié en 1966...

Fast Reviews | 12 Mai

Enquête dans l'impossible - 1974

News image

"Dayton, USA. 1968. Par un beau matin, Barbara Ann Butler disparait après avoir effectué ses courses dans une supérette. Son corps est retrouvé 25 heures plus tard...

Fast Reviews | 11 Mai

Sadique-Master festival : 4ème !
Écrit par Mallox   

L'édition 2018, récemment annoncée, se déroulera une fois encore au cinéma les 5 Caumartins, du 9 au 11 mars 2018...

 

 

Présentation par les organisateurs :

La programmation est finalisée. Nous avons décidé de reprendre les éléments clés des précédentes éditions qui furent un succès, et d'y ajouter une performance porno-gore en live. L'objectif étant de professionnaliser davantage l'événement afin de satisfaire un peu plus encore le public de plus en plus nombreux du "Sadique-Master festival".

 

 


LA PROGRAMMATION 2018 :


La programmation est à présent définie, et cette année encore promet de grands moments :

- Trauma (2017) (Lucio A. Rojas) (-18) (107 minutes) (Horreur/Rape and revenge/Gore) (Chilien) (Exclusivité Française) (VOSTFR).

- Visions of suffering – Final director's cut (2018) (Andrey Iskanov) (-18) (76 minutes) (Horreur) (Russe) (Exclusivité mondiale) (VOSTFR).

- Dead hands dig deep (2016) (Jai love) (-16)  (75 minutes) (Documentaire/Gore/Drame) (USA) (VOSTFR).

- Torment (2018) (Adam Ford) (-18) (74 minutes) (Horreur/Drame) (Italien) (Exclusivité Européenne) (muet)

- DIS (2017) Adrian Corona) (-16) (60 minutes) (Horreur/Drame) (USA/Argentin) (Exclusivité Française) (VOSTFR)

- Cat sick blues (2015) (Dave Jackson) (-16) (94 minutes) (Drame/Gore/Comédie) (Australie) (Exclusivité Française) (VOSTFR)

En annexe des projections :  - NOUVEAUTE ! Performance pornogore de Realistik fx : durée indéfinie, sexe et découpage simulés.


LES MEMBRES DU JURY 2018


- Eric Falardeau, Quebec : Peu exposé en France, Eric Falardeau compte parmi ce microcosme de cinéastes Québécois radicaux dont nous connaissons et avons déjà accueilli Frédérick Maheux. Obsédé par le corps et sa dégradation, il réalise en 2006 le court métrage "Purgatory" dans lequel le nihilisme de l'auto-mutilation nous a rarement paru aussi anxiogène et éprouvant. En 2007, il approfondit son sujet par l'intermédiaire de son mémoire consacré au gore, à la pornographie et aux fluides corporels. Durant sa filmographie, il aborde différents autres sujets singuliers pour revenir à ses fondamentaux en 2012 avec son premier long métrage "Thanatamorphose" dans lequel une femme se décompose autant physiquement que psychiquement durant l'intégralité de l'oeuvre. Désormais reconnu dans le milieu du cinéma underground extrême comme réalisateur, Eric Falardeau s'avère en plus de cela un parfait passionné de cet univers et un fin connaisseur. 

- Jérôme Vandewattyne, Belge : Après deux courts-métrages gores/potaches réalisés en hommage aux séances extrêmes et libres du BIFFF qui lui ont aussi permis de faire ses classes, Jérôme vient retourner le cinéma Belge avec l'intense "Split'n Split"  (mentionné au top 20 Sadique-master 2017)  dans lequel il joue du caractère ambiguë de la réalité dans un esprit rock'n roll complètement dément. Un jeune artiste à suivre assurément qui, en plus de nous livrer l'un des meilleurs films Belges, s'attelle à la réalisation de plusieurs clips dans le même esprit.

- Kasper Juhl, Danois : Réalisateur désormais imposant dans la scène underground extrême, Kasper Juhl s'est essentiellement fait connaitre lors de son passage à la seconde édition du Sadique-master festival, en présentant Gudsforladt et remportant le prix du jury. Alternant entre un cinéma urbain viscéral et un cinéma expérimental plus contemplatif, il démontre à la fois son talent, ses références et son amour inconsidéré pour ces univers que nous affectionnons tant.


LES STANDS 2018

Nous recevrons cette année quasiment les mêmes partenaires que l'année passée.

- "Uncut Movie" (www.uncutmovies.fr), tenu par les sympathiques Romuald et Patrice.

- "Oh'my gore" (www.ohmygore.com), vente de nombreux DVD difficilement trouvables dans le commerce.

- Les éditions "Camion noir" (www.camionnoir.com).

- Et enfin, un bar à disposition afin d'étancher la soif et la faim des festivaliers.



Les promo-vidéos :


LA PROMENADE 3 - Sadique-master festival (vidéo promo) (-18)



UNE FAMILLE EN BRONZE - Sadique-master festival (vidéo promo)

 

 

*** Sur le site du Festival