Dernières News

Week-end sauvage - 1976

News image

Produit par Ivan Reitman, et réalisé par un William Fruet alors au début de sa carrière, Death weekend est un film démarrant comme un thriller et s'achevant en rape and revenge bien sanglant

Fast Reviews | 25 Mai

L'Enfer des Mandingos - 1976

News image

En 1976, après le détonnant Mandingo de Richard Fleischer qui plomba la carrière du réalisateur de Blind Terror, Steve Carver s'attelait à une suite...

Fast Reviews | 20 Mai

The Last Survivors - 2014

News image

Selon Princesse Rosebonbon, The Last Survivors, aka The Well, est un western post apocalyptique qui vaut le détour...

Fast Reviews | 14 Mai

L'Évadé de Yuma - 1968

News image

Dans la série "avis succincts des psychovisionautes, un petit spagh réalisé par Camillo Bazzoni, qui tournera ensuite Abus de pouvoir, en plus de scénariser certains films de son frangin Luigi...

Fast Reviews | 13 Mai

Lâchez les Monstres – 1970

News image

Scream and scream again est un thriller horrifique et science-fictionesque adapté d'un roman de Peter Saxon - The Disoriented Man - publié en 1966...

Fast Reviews | 12 Mai

Enquête dans l'impossible - 1974

News image

"Dayton, USA. 1968. Par un beau matin, Barbara Ann Butler disparait après avoir effectué ses courses dans une supérette. Son corps est retrouvé 25 heures plus tard...

Fast Reviews | 11 Mai

Du Rousseau, t'en veux ? En v'là
Écrit par Bigbonn   

Jean Jacques Rousseau, à lui seul, c'est tout un programme. Voici la liste des principaux événements liés à au filmeur iconoclaste et frondeur...

 

"Si j'avais eu les moyens de Spielberg, mes films auraient été différents. Si Spielberg avait eu mes moyens, il n'aurait jamais fait de film..." L'auteur de ces belles paroles n'est autre que Jean-Jacques Rousseau, l'inoubliable auteur du Diabolique Docteur Flak ou de L'amputeur wallon, sévissant toujours dans la région de Charleroi...


Films à budgets microscopiques, équipes non rémunérées la plupart du temps, tournages rapides ("un scénario rédigé est aussitôt tourné"), tout ce qui, chez d'autres, rendrait impossible le moindre tournage, apparaît comme un stimulant de plus pour le réalisateur masqué.


Le résultat n'est pas toujours à la hauteur de ses ambitions, c'est clair, et sent souvent l'amateurisme et le manque de moyens mais ses films baignent, la plupart du temps, dans une décontraction plaisante et une bonne humeur communicative. Dans la forme comme dans le fond, c'est souvent étonnant, détonant et réjouissant.

 

 

Pour qui est capable d'enlever ses oeillères et d'ouvrir grand ses mirettes pour tenter l'expérience, il y a du plaisir à prendre dans cet univers décalé...
Voici donc, pour les trois mois qui arrivent, quelques dates à retenir:

- Le jeudi 31 mars, dans le cadre de La nuit de la Belgique sauvage (cf.: http://www.cwb.fr/), à 20 heures : Fuyons les monstres (2007), présenté par Noël Godin.

 

 

- Le jeudi 7 avril 20h00 au Ciné Le Parc de Charleroi : Casanova Forever, L'Amputeur Wallon et Un Colonial chez les Celtes.

 

 

- Le samedi 9 avril à midi au BIFFF à Bruxelles : avant-première mondiale de Karminsky-Grad.


- Le samedi 7 mai à 20h à L'An vert à Liège (cf. ICI): Karminsky-Grad, L'Amputeur Wallon, Un Colonial chez les Celtes.


- Le jeudi 19 mai à 20h à Neufchâteau, au Moulin Klepper (cf. ICI) : Karminsky-Grad.


- mercredi 1 juin à 20h au Ciné Le Parc de Charleroi : Karminsky-Grad

 

 

- vendredi 3 juin à 14h à Dax, au cinéma Multiplex, dans le cadre du festival Satiradax : Karminsky-Grad, qui devrait être présenté par Noël Godin, Miss Ming et Jean-Pierre Bouyxou.


- mercredi 8 juin à 20h30 au ciné-club Le vecteur, à Charleroi : projection de court-métrages de Jean-Jacques Rousseau.

 

 

----


La voie du maitre (de l'absurde) : Le Zine


Tous les trois mois, JJ Rousseau et ses acolytes (Cimon, Evelyne Scrève, Vincent Bastin) mettent en ligne quelques écrits mêlant courrier des lecteurs azymutés (ici, une collectionneuse de cierges), des pensées profondes du réalisateur et autres textes à la teneur souvent humoristique.

Le numéro 5 (mars-avril-mai) vient de paraître sur le site officiel de Rousseau :

 

 

Cliquez sur l'image pour accéder au site


----


Nous avions annoncé la projection en avant-premère de L'amputeur Wallon en date du 26 mars 2011 à Trazegnies (voir News).


Bigbonn y est allé et nous livre un petit compte rendu de la soirée de samedi :


D'abord arrivé à Charleroi pour y retrouver l'infâme Boris, mon comparse de Namur toujours pas sur le web hélas (sinon, il y a longtemps que je l'aurais rameuté par ici aussi), j'ai pu constater de visu que la réputation de furoncle urbain de la cité carolo n'était pas usurpée... pour un peu t'as l'impression qu'il n'y a que du quart-monde là-bas, et de compétition encore !

De là, nous primes ma voiture pour nous rendre à Trazegnies, petit village paisible du Hainaut belge et probablement le village le plus poli de Wallonie.
Je m'explique: on va boire une chope "chez Marie" et on lance un simple bonjour à la cantonade avant de s'installer.
Et, à chaque fois que quelqu'un entrait dans le bistrot, il faisait le tour de toutes les tables pour serrer les mains ou faire la bise, y compris à nous ! (le premier qui vient te serrer la main, t'es poli, tu la serres aussi et tu te dis: tiens, un excentrique ; le second, t'es un peu surpris ; au cinquième t'as compris qu'en fait ici ils se disent tous bonjour !)
Il y a même un type qui nous avait juste salué de la tête en nous disant bonjour, sans plus, parce que visiblement il ne nous connaissait pas, et qui est revenu ensuite nous serrer la louche en s'excusant de ne pas nous avoir dit bonjour, ce qu'il avait pourtant fait ! J'avais pas vu ça depuis au moins une vingtaine d'années et un autre bistrot belge du Hainaut, du côté d'Ellouges...

Après 3 bières, on se rend à la salle des fêtes, une sympathique bâtisse et je dis à la dame à l'accueil que j'ai réservé deux places ce à quoi elle me répond: "bof, de toutes façons, moi je n'ai que les noms des participants au film, vu qu'eux ne payent pas. Mais ça ne va pas tarder commencer, Jean-Jacques est en train de faire les derniers réglages."
Le temps de ces derniers réglages, je suis quand même allé pisser trois fois parce que la bière ça me fait pisser et que je voulais pas avoir à y aller pendant la projection.

Dans la salle, le monde était assez mélangé: jeunes (mais pas d'enfants), moins jeunes et vieux, de tous genres mais bon enfant.


- Premier film : Les immortels. Légèrement mortel, en fait.

- Second film : Rock Mendès : sympa jusqu'au moment où l'image se fige, tressaute, se refige, puis recommence avant de se refiger quelques temps plus tard, problème de dvd et film interrompu... dommage, il me plaisait bien !

- Troisième film : L'amputeur wallon, dans lequel on retrouve pas mal de trognes du public dont celle qui lance chaque film, une sorte de bobonne d'une cinquantaine d'années bien frappées, qui fait ça très sérieusement et tourne tout aussi sérieusement la guide touristique qui envoie ses vicitmes à l'amputeur !


on sort de la salle, un vin d'honneur était organisé, un verre de l'amitié.
bon, par contre, j'ai pas vraiment discuté avec grand-monde vu qu'ils se connaissaient tous et j'ai plutôt discuté avec mon pote.

En tout cas, la soirée était bonne et c'était assez sympa, les films sont un peu à cette image, fauchés mais sympas.

J'irai donc au BIFFF samedi en huit ! (Voir News en relation)