Dernières News

À la recherche du Chat qui Fume

News image

En même temps que La Longue Nuit de l'Exorcisme, sortira À la recherche du plaisir, un giallo chaud chaud chaud et pas mal réussi...

Sorties Dvd | 27 Mars

Ecstasy for an American Re-Animator of New-York

News image

American Warrior 2, Re-Animator, La fiancée de Re-Animator ainsi L'éventreur de New-York sont annoncés pour cette année 2017 chez The Ecstasy of très bons Films...

Sorties Dvd | 25 Mars

Toutes les Couleurs de Dick Traci Lords

News image

Traci Lords, les gros cochons et les petits puceaux la connaissent tous. Mais vous la (re)découvrirez dans ce premier volume de Toutes les Couleurs du Bis qui lui est consacré, à travers une biographie allant de 1968 à 1987, de sublimes photos et 61 chroniques de films...

Zines | 25 Mars

La Longue Nuit du Chat qui Fume

News image

Les précommandes pour Non si sevizia un paperino débuteront bientôt. Le prix officiel sera de 30€ mais l'éditeur proposera un prix moins cher durant les précommandes de cet excellent giallo signé Lucio Fulci.

Sorties Dvd | 23 Mars

Propriété Privée chez Carlotta Films

News image

Cette rareté signée Leslies Stevens et mettant en scène Warren Oates dans son premier grand rôle au cinéma est disponible en dvd et blu-ray depuis début mars...

Sorties Dvd | 22 Mars

Bluff - histoire d'escroqueries et d'impostures

News image

Ce méconnu signé Sergio Corbucci avec Anthony Quinn et Adriano Celentano sort le 28 mars prochain chez ESC Editions dans la nouvelle collection "Edizione Maestro"...

Sorties Dvd | 16 Mars

Enter the Void
Écrit par Mallox   

C'est chez Wild Side que sort début décembre, ce nouvel ofni signé par l'empêcheur de filmer en rond, Gaspard Noé. Comme à sa sortie au cinéma, le film ne manquera pas de diviser.


Celui-ci sortira donc chez Wild Side en Edition Collector 2 dvd, en coffret édition ultime ainsi qu'en blu-ray.

Vous trouverez ci-joint en fin de News, un texte inédit signé du réalisateur !

 

 

Enter the void - 2010

Réalisé par Gaspard Noé
Avec Paz de la Huerta, Nathaniel Brown...

Synopsis :

Oscar et sa soeur Linda habitent depuis peu à Tokyo. Oscar survit de petits deals de drogue alors que Linda est strip-teaseuse dans une boîte de nuit. Un soir, lors d'une descente de police, Oscar est touché par une balle. Tandis qu'il agonise, son esprit, fidèle à la promesse faite à sa soeur de ne jamais l'abandonner, refuse de quitter le monde des vivants. Son esprit erre alors dans la ville et ses visions deviennent de plus en plus chaotiques et cauchemardesques. Passé, présent et futur se mélangent dans un maelstrom hallucinatoire.

 

 

Par l'éditeur :

Gaspar Noé (Seul contre tous, Irréversible) livre un nouveau film choc et propose une vision à nulle autre pareille de l'univers à la fois sombre mais pourtant coloré de Tokyo... Porté par un duo d'acteurs prometteurs et sublimé par la bande-son de Thomas Bangalter (Daft Punk), ENTER THE VOID est un voyage fascinant et éblouissant dont vous ne reviendrez sûrement pas indemne.
La prouesse esthétique et technologique est indéniable ; l'expérience cinématographique, inoubliable.

 

 

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DVD :

Format Image : 2.35, 16/9e comp. 4/3
Format son : Anglais DTS 5.1 et Dolby Digital Stéréo, Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français
Durée : 2h34 (version cinéma) – 2h19 (version alternative)

Prix public indicatif : 19,99 Euros l'Ed. 2DVD

 

 

CARACTERISTIQUES TECH. Blu-Ray :

Format Image : 2.35
Résolution film : 1080 / 24p
Format son : Anglais & Français DTS Master Audio 5.1 - Sous-titres : Français
Durée : 2h41 (version cinéma) – 2h23 (version alternative)

Prix public indicatif : 24,99 Euros le Blu-ray

 

 

COFFRET EDITION ULTIME :

le livre sur l'univers visuel de ENTER THE VOID
(44 pages, format A4 à l'italienne et couverture rigide) incluant :

• le DVD du film • le DVD des compléments
• le Blu-ray • l'affiche cinema 40x60 cm

Prix public indicatif : 49,99 euros



* Sortie le 1er décembre 2010


----------


ENTREZ DANS LE VIDE


un texte inédit signé Gaspar Noé, inclus dans le livre de l'Edition Ultime

Depuis le premier jour, vivre est un voyage initiatique. On ne sait pas pourquoi on est venus au monde. Mais on prend. On apprend. Au cours de ce voyage, certaines découvertes sont beaucoup plus déterminantes émotionnellement que d'autres.

Ma première rencontre visuelle avec une autre dimension, mon premier voyage hallucinogène, est aussi un des moments les plus marquants de ma vie. Il s'agit de 2001, l'Odyssée de l'Espace ; j'avais alors 7 ans. Je suis encore surpris aujourd'hui de réaliser à quel point ce film a modifié mon avenir. C'est ce film qui, dix ans plus tard, m'a donné envie de fumer des joints, goûter à d'autres produits ou plantes pour traverser d'autres "portes de l'infini". C'est ce film qui, enfant, m'a fait visualiser le futur devant moi, un futur qui serait de plus en plus technologique et que j ‘aurai toutes les chances de connaître. Enfin, c'est ce film qui m'a poussé à faire des études de cinéma en espérant devenir à mon tour un magicien d'Oz.

Le présent, grand mystère, se déploie inexorablement sous nos yeux. Le passé meurt à chaque instant. Au mieux, il nous reste des images et des émotions de plus en plus floues. Ou des objets. Etrangement, l'avenir parait plus réel, concret. Et un projet de film peut alors focaliser presque chacun de nos actes pendant des années, des décennies. Le mien était simple, faire un film pour mettre en images certains états altérés de conscience que j'avais pu connaître mais aussi pour m'amuser à illustrer ces mythes très populaires de décorporation et de survie après la mort. Les années se sont écoulées avec toutes sortes d'expériences plus ou moins enrichissantes.

J'ai lu des récits de gens qui prétendent avoir eu des visions au cours d'une mort clinique (ou NDE : Near Death Experience), j'ai lu Le Livre des Morts Tibétain dont la structure du film est inspirée. Et un soir, j'ai vu La Dame du Lac sous psilocybine qui m'a convaincu que ce projet encore embryonnaire devait être fait en perception subjective.
Entretemps, j'ai réalisé d'autres films qu'au fond j'ai toujours considérés comme secondaires malgré l'amour que j'ai eu pour eux. Enfin un jour j'ai fini par rencontrer les bonnes personnes qui m'ont enfin permis de réaliser mon rêve d'adolescent. L'idée n'était pas du tout de faire un autre 2001 mais un autre "ultimate trip". Kubrick avait fait son film "religieux athée" comme il se plaisait à le décrire. Dans mon cas, l'idée était de faire un mélodrame psychédélique faussement religieux qui puisse à la fois refléter une partie de ma vie, mais aussi mes peurs et désirs, ainsi que des oeuvres que j'ai aimées.
Le projet s'est d'abord appelé Le Souffle, puis Le Livre des Morts en référence au livre tibétain, puis longtemps Soudain, le Vide avant d'être renommé ENTER THE VOID lorsqu'il a été clair que le film pourrait être tourné en anglais. Ne croyant pas à une quelconque forme d'au-delà, "Le Vide" est le terme le plus  simple pour décrire ce qui a précédé notre fécondation et succédera à notre mort cérébrale, pour décrire la non-vie. Mais "Le Vide" désigne aussi la courte vie du personnage qui, comme la plupart des gens, sera venu, aura traversé un court chemin sans grand intérêt avant de repartir sans laisser de traces. Et c'est pour cela que le titre est placé à la toute fin du film, après la séquence montrant sa seule et unique naissance.

De multiples réécritures du scénario se sont déroulées sur vingt ans. Au départ, le film devait être un court-métrage. Puis un moyen et enfin un long-métrage, d'abord écrit pour se dérouler en France, puis à New York et enfin à Tokyo.
Les différentes versions ont beaucoup circulé auprès de multiples producteurs avant qu'en 2006 Vincent Maraval convainque ses associés de Wild Bunch et ses partenaires de Fidélité de se lancer dans la production de ce film risqué. Et ma rencontre avec Pierre Buffin, superviseur des effets visuels et coproducteur, permette de mettre en images ces 2h35 de perceptions altérées et de visions mentales.

Le tournage a été long et plein d'embûches. Après des années de travail presque solitaire, je me trouvai soudain au coeur d'une grande bataille collective de 4 mois de réflexion ininterrompue, 7 jours sur 7, 14 heures par jour. Contrairement à ce que l'on peut penser toute drogue, aussi douce soit elle, était interdite sur ou en dehors du plateau. L'état d'épuisement général était suffisant pour provoquer des hallucinations à l'équipe. Le résultat de ces mois acharnés était bien plus beau que ce à quoi je m'attendais, et cela en grande partie grâce aux idées apportées par mes collaborateurs artistiques Benoît Debie, Marc Caro, Kikuo Ohta ou les autres membres du plateau. Ce tournage japonais a été suivi d'un tournage plus calme à Montréal pour les scènes de l'enfance, où j'ai découvert le plaisir de travailler avec des enfants.

Quant à la post-production, elle a elle aussi été épuisante en raison de sa durée d'un an et demi, constamment partagée entre la salle de montage et Buf, la société responsable des effets visuels où l'équipe est montée jusqu'à 60 personnes.

Les images de ce livre résument un peu le film telle une bande dessinée. Mais un film ce sont des images en mouvement, et une durée. Il vaut mieux regarder le film. Et si possible en version anglaise sans sous-titres ou en version française, les petites lettres blanches tuant le concept du film qui est de suivre la perception subjective du personnage principal. Certaines personnes seront peut-être curieuses de découvrir le film dans sa version alternative raccourcie (avec un segment de 17 minutes en moins) tel qu'il a été commercialisé dans certains pays.

Bon visionnage,

Gaspar Noé