Faune de l'espace, La
Titre original: The Voyage of the sapce beagle
Genre: Extraterrestres , Space-Opéra , Science-fiction
Année: 1952
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: J'ai Lu
Auteur: Alfred Elton Van Vogt
Traducteur:
Jean Rosenthal
 

 

AE Van Vogt fait partie des auteurs de l'âge d'or de la Science-fiction au côté d'Isaac Asimov, Arthur C. Clarke et donc des écrivains qui ont influencé le genre. Aujourd'hui encore, il a encore de nombreux fans, mais également quelques détracteurs. J'ai tendance à croire que je ne fait pour l'instant parti d'aucun des deux camps, n'ayant ni préjugé, ni admiration particulière pour cet écrivain.

Ma première rencontre avec lui doit maintenant dater d'une quinzaine d'année et d'"A a poursuite des Slans", roman d'aventures avec deux adolescents télépathes qui se retrouve poursuivi par des êtres humains, un ouvrage qui n'est pas pour rien dans mon amour de la SF puisqu'il doit faire partie des premiers romans que j'ai lus. Et plus récemment, j'ai lu son classique "Le Monde des non-A", roman qui m'a prodigieusement ennuyé avec ses théories politiques à rallonges.

 

Bref, j'ai pu récemment me lancer dans La Faune de l'espace, roman qui aurait la particularité d'avoir influencé Alien, le chef-d'oeuvre de Rydley Scott.

Dans ce roman, il est donc question du Fureteur, un vaisseau explorant la galaxie avec à son bord des scientifiques et des militaires. A travers leur aventures, ils vont découvrir des formes de vies primitives et hostiles d'autres plus avancés, mais pas mieux attentionné. Les scientifiques feront alors tout leur possible pour se sortir de la situation où ils ses ont empêtré. Il y aura également les conflits internes, car bien que possédant un système démocratique, certains semblent un peu trop convoité le pouvoir.

Leur première rencontre se passera sur une planète dépeuplé, dont la population semble avoir disparue après avoir atteint un haut-niveau de technologie. Un seul être vivant va croiser leur chemin, un félin avec des tentacules, qu'ils vont emmener à bord de leur vaisseau avant de se rendre compte que Minet, son surnom, bouffe les passagers.

Autant dire que l'on comprend tout de suite ce qui a pu influencer Ridley Scott dans cette histoire, bien que le traitement soit très différent, horrifique chez Scott, scientifique chez Van Vogt puisque psychologue, archéologue et autres vont unir leur talent pour se débarrasser de l'indésirable.

Et tout le roman est un peu de cet acabits avec de nouvelles menaces comme des messages subliminaux d'origine inconnue et une créature avançant dans l'espace et se nourrissant d'énergie. A chaque fois, les scientifiques essayeront de trouver le meilleur moyen de pouvoir continuer à voyager.

Il y a certes un petit côté désuet dans ces multiples péripéties, surtout lorsqu'un des scientifiques annonce qu'ils vont aller manger un morceau et faire un somme avant d'aller trouver comment faire partir Minet du vaisseau. D'ailleurs, les personnages sont un peu le point faible de ce roman, car ils n'ont aucun charisme, on retient bien quelques noms comme celui de Grosvenor ou de Mc Cann, mais pas forcément ce qu'ils font. Dur donc de rentrer dans l'histoire.

Il faut dire que ce qui semble le plus intéresser l'auteur, c'est la science et l'aspect scientifique de l'exploration spatiale, car plus que les scientifiques, c'est la science la véritable héroïne de « La faune de l'espace » ou plutôt les sciences toutes regroupées dans le Nexialisme.

AE Van Vogt imagine en effet ce nouveaux savoir qui n'en est pas vraiment un, puisqu'il consiste en fait à réunir toutes les capacités et les connaissances possédées pour les associées et ouvrir de nouvelles possibilités.

Plus qu'un space-op, cette faune est un roman de Hard Science et c'est donc cet aspect qui guide tout l'ouvrage et propose ainsi des concepts très intéressants.

 

Bref, les amateurs de Sciences y trouveront probablement leur plaisir, mais il faut bien admettre que tout le monde n'y gouttera pas, même s'il y a également un récit d'aventure spatial un peu pulp, héroïne à sauver en moins.

Bref, ce n'est pas plus le roman qui fera rejoindre les admirateurs de l'auteur que ses détracteurs. La faune de l'espace est un roman d'honnête facture, tout à fait lisible aujourd'hui, même si je n'ai jamais eu l'impression d'avoir à faire à un classique ou à un grand roman. En tout cas, plonger dans ce space-opéra à l'ancienne n'a pas été sans me procurer un petit plaisir de lecture.

 

Note : 8/10

 

Stegg

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.jailu.com/

Vote:
 
8.00/10 ( 2 Votes )
Clics: 3101
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Sumerki Sumerki
En manque de boulot, un traducteur accepte de traduire un manuscrit espagnol alors qu'il en maîtrise à peine la langue. Le manuscrit est celui d'une expédi...
Que la ténèbre soit ! Que la ténèbre soit !
Plus je lis d'ouvrages sortis chez l'éditeur La clef d'Argent et plus j'aime! C'est fou ce qu'ils sont capables de nous trouver! Des petites pépites en mati...
Warbreaker Warbreaker
Brandon Sanderson nous revient avec un nouvel univers, totalement inédit et des plus novateurs. Il nous présente une nouvelle forme de magie, à base de cou...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...