Fahrenheit 451
Titre original: Fahrenheit 451
Genre: Classiques , Anticipation , Dystopie
Année: 1953
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Gallimard
Collection: Folio SF
Auteur: Ray Bradbury
Traducteur:
Jacques Chambon et Henri Robillot
 

Il est presque inutile de présenter le fabuleux roman d'anticipation qu'est Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Un pilier de la littérature moderne, un roman culte et fondateur à la réputation amplement méritée et jamais désavouée. Un ouvrage essentiel qui doit être lu absolument... Inutile de le présenter, certes, mais toujours agréable d'en parler !
451 degrés Fahrenheit, c'est la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Car dans cette société future que nous propose Bradbury, la lecture et prohibée et la possession de livres est un acte résolument antisocial, un crime dont il faut absolument purifier ceux qui s'y sont adonnés. Et quoi de mieux que le feu pour purifier les contrevenants, pour empêcher l'accès à la connaissance et à la réflexion que génère la lecture ? Alors de gigantesques autodafés jalonnent les rues, et des pompiers d'un genre nouveau, une brigade spéciale de pompiers pyromanes, sillonnent les villes et les rues à la recherche de détenteurs de livres pour brûler les objets maudits et parfois même les maisons et les gens eux-mêmes. Une société totalitaire et sinistre, une société abrutie et abêtie par la télévision et les gentilles "familles" policées et politiquement correctes. Une société terrible et inhumaine où l'imaginaire et la culture sont annihilés au profit d'une consommation directe et insipide, d'un bonheur de pacotille, factice et inconsistant. Une société qui fait froid dans le dos mais qui n'est peut-être pas si éloignée de la nôtre sur certains points...
Guy Montag est l'un de ces pompiers d'élite. Il fait son travail sans rechigner, sans jamais se poser de questions et mène une existence étriquée, superficielle et illusoire aux côté de Mildred, une jeune femme obnubilée par ses écrans géants qui diffusent dans une cacophonie totalement abrutissante les échos d'une vie rêvée, une existence parallèle au sein d'une "famille" virtuelle qui est son seul intérêt, son seul échappatoire dans cette vie de carton plâtre.
Mais Montag va un jour fait la connaissance de Clarisse McClellan, une jeune fille de 17 ans excentrique et impulsive, une amoureuse de la vie et de la beauté des choses et des êtres, une contrevenante qui va peu à peu l'obliger par sa joie de vivre à porter un autre regard sur la vie et sur l'existence qu'il menait jusqu'alors. Cela va être pour Montag le début d'un bouleversement profond et l'émergence de la question depuis longtemps enfouie au plus profond de lui : Qu'est-ce qui peut donc bien se cacher au coeur des livres qu'il brûle avec indifférence pour que certaines personnes décident de mourir brûlée vives avec eux plutôt que de les abandonner ? Un bouleversement qui va le conduire sur une voie qui n'acceptera jamais de retour possible. La voie de la libération et de la connaissance...

Cette vision d'une société aseptisée et dégagée de tout sentiment humain où tout est ignifugé et où les pompiers exécutent de troublants autodafés est vraiment impressionnante de cruauté et de réalisme. Ce roman est l'un des grands classiques de la dystopie, cette vision d'un futur angoissant, la plupart du temps totalitaire, et où les libertés individuelles sont prohibées. Avec 1984 d'Orwell et le Meilleur des mondes d'Huxley, Fahrenheit 451 nous offre le tableau le plus sombre de nos sociétés et de nos vies. Très certainement l'un des meilleurs de ce triptyque, pour moi à niveau égal avec 1984.
Un roman poignant qui fait froid dans le dos, éminemment visionnaire, mais aussi l'expression d'un talent littéraire inouï, celui de Ray Bradbury. Ici, l'anéantissement des mots a été remplacé par l'omniprésence de l'image. A une époque où la télévision ne faisait encore que ces premiers pas, cette vision a de quoi faire frémir et réfléchir... Ray Bradbury aurait-il été extralucide ?
Ne surtout pas penser par soi-même, ne surtout pas être en mesure de formuler la moindre objection contre la vie menée, voici le programme proposé par le gouvernement. Le pouvoir des mots et de la littérature est tout puissant et libérateur, on ne le répétera jamais assez. Alors comme dans tout régime totalitaire, les livres brûlent, la littérature est diabolisée et mise au ban de la société. C'est le règne de la censure.
Alors quand le sursaut se produit, quand survient l'éveil de la conscience individuelle et que l'humain prend conscience des chaînes qui l'entravent et des barrières qu'on lui impose, c'est toute son existence qui est amenée à changer. Au risque même de compromettre ses proches et de réaliser le gouffre qui les sépare désormais. Car ce qui attend Montag, c'est la délation, la surveillance, la traque, la terreur et surtout la trahison. Plus rien ne pourra plus être comme avant et un précipice va s'ouvrir entre lui et ses contemporains qui n'ont pas pris conscience du travail de sape qui est réalisé sur leurs consciences.
Fahrenheit 451 est un pur chef-d'oeuvre. Cela ne vous apprendra rien que je vous le dise, vous le savez sans doute aussi bien que moi, mais il est pourtant bon de le répéter encore et encore. Ce livre est à lire absolument car il nous plonge dans un abîme de réflexion et nous propose un retour sur nous-mêmes, sur nos comportements et sur notre société propre à nous glacer le sang. Le plus difficile à admettre, c'est peut-être à quel point il est proche de nous et combien il stigmatise les points noirs de nos existences actuelles.
Mais ce roman est aussi un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance et au pouvoir de la littérature. Nous ne brûlons pas encore les livres, mais la force des mots n'est plus ce qu'elle était. La littérature est peu à peu privée de son antique pouvoir et Fahrenheit 451 sonne comme un avertissement à nos oreilles. Oublions un peu la téléréalité et l'illusoire pouvoir de la consommation à outrance et portons enfin un regard neuf sur la vie et sur les mots. Merci Monsieur Bradbury de nous rappeler cette leçon à chaque lecture et merci pour ce chef-d'oeuvre atemporel...

Note : 9/10

 

Chaperon Rouge

 

A propos de ce livre :

 

- François Truffaut a signé en 1967 une très belle adaptation cinématographique éponyme du roman de Ray Bradbury.

Vote:
 
8.30/10 ( 20 Votes )
Clics: 9594

1 commentaire(s) pour cette critique

Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Fils-Des-Brumes 1 - L'Empire Ultime Fils-Des-Brumes 1 - L'Empire Ultime
Depuis plusieurs siècles, le Seigneur Maître règne par la terreur sur l'Empire-Ultime, un monde recouvert par des brumes que le soleil peine à traverser. ...
Panopticon Panopticon
En ce premier semestre 2013, Nicolas Bouchard est un auteur très présent en librairie que ce soit pour la réédition de sa saga de fantasy "L'empire de Pous...
22/11/63 22/11/63
  Après un très bon moment de lecture passé avec les deux tomes de "Dôme", qui viennent de sortir en poche, j'attendais beaucoup de ce nouveau Stephen Kin...

Autres films Au hasard...