Secret de Ji, Le
Genre: Fantasy
Année: 1996
Pays d'origine: France
Editeur: Mnémos
Auteur: Pierre Grimbert
 

Cycle intégrale comprenant :

 

Six héritiers (1997)

Le Serment Orphelin (1997)

L'Ombre des anciens (1997)

Le doyen éternel (1997)

 

Il y a bien longtemps de cela, plus d'un siècle, un homme mystérieux répondant au nom de Nol visita tous les rois du monde connu. Il demanda à chacun des monarques l'un de ses hommes les plus sages. Ils s'exécutèrent et Nol emmena les sages vers l'île de Ji. Ce qu'ils virent là -bas, personne ne le sait et aucun des survivants ne raconta son périple ni ce qui s'est dit, ni ce qui s'est vu. A leur mort, même leurs héritiers ne surent pas ce qui s'était passé et si des siècles après cela ils continuent de se réunir, le secret de l'île de Ji semble bien gardé. Pourtant, quelqu'un semble en vouloir aux héritiers au point de les faire assassiner un par un. Bientôt, c'est tout les zuul, secte d'assassins qui tue au nom de la morale et de leur déesse sanguinaire, qui semblent prendre pour cible les descendants des sages de Ji.

 

 

 

Ainsi commence le cycle du Secret de Ji de Pierre Grimbert, un cycle qui nous plonge en plein coeur d'une fantasy qui rime avec mystère et aventure. Quatre tomes palpitants, malgré quelques longueurs et quelques répétitions, quatre tomes que j'ai dévoré malgré leurs défauts. L'écriture de Pierre Grimbert est simple, voire par moment simpliste, et il est évident que ce cycle s'adresse avant tout à ceux qui n'auraient pas beaucoup lu de fantasy et qui voudraient découvrir cette littérature magnifique. L'avantage de cette écriture est d'être très visuelle et donc de prendre toute son ampleur à la moindre scène d'action.

Alors que les héritiers sont assassinés, certains d'entre eux vont se réunir et tenter de comprendre ce qui se passe. On a Grigan le guerrier peut bavard mais au grand coeur, Corenn la préteresse magicienne qui enseignera son art à Yan (jeune homme un peu embarqué malgré lui dans l'aventure), Rey le comique de la bande, toujours prêt à sortir une blague ou à taquiner ses collègues etc... Bref, comme vous pouvez le constater, les personnages sont de pures archétypes et on se croirait dans une partie de Donjons et dragons. La magie est élémentaire et on a le droit à des pages entières la décrivant lors de l'apprentissage de Yan, qui se voit donc lancé dans une quête initiatique, pauvre jeune homme qui devra tout apprendre en cours de route. Et bien malgré cela, l'alchimie entre les personnages fonctionne plutôt bien, même si encore une fois les amateurs de fantasy plus élaborée y trouveront à redire. Les taquineries de Rey envers le molosse qu'est Grigan sont plutôt drôles et les histoires d'amour qui se trament entre les héritiers sont intéressantes sans toutefois être vraiment novatrices. A noter au passage, un personnage nommé Bowbaq, pratiquant un art qui rappelle beaucoup le vif, magie "inventée" par Robin Hobb...

Le secret de Ji, comme je le disais, recèle parfois des moments d'une lenteur hallucinante et Pierre Grimbert se répète un peu, surtout quant il est question de magie. Cependant, on arrive quand même à être captivé par les aventures de nos personnages qui s'en vont vivre des choses fabuleuses, combattre des dieux, des créatures assoiffés de sang, des assassins sans aucun sentiment, des spectres particulièrement malicieux et plus on avance dans la quête et plus le mystère s'épaissit. Dans le dernier tome, on comprendra enfin qui est le méchant, qui se cache dans l'ombre, dans un final épique et guerrier.


La saga du secret de Ji est une oeuvre classique, basée sur les archétypes de la fantasy et lorgnant pas mal du côté du jeu de rôle ou du jeu vidéo, surtout dans sa construction. Difficile donc pour moi de dire qu'il s'agit d'une grande oeuvre de fantasy surtout quand on voit la qualité de certaines productions à l'heure actuelle. Un brin trop classique, Pierre Grimbert ennuiera sans doute les amateurs éclairés mais plaira à ceux qui ne sont pas des plus connaisseurs.

Pour ma part, j'ai passé un agréable moment malgré tout à la lecture de ce cycle, surtout car le style est simple, efficace et que certaines scènes d'actions sont de purs moments de bonheur et elles ont réussi à me faire oublier les nombreux défauts de l'histoire.

Je ne pense pas que j'irai plus loin dans l'univers de Ji, ou même dans celui de Pierre Grimbert, mais je crois que ce livre est une très bonne alternative pour ceux qui croient que la fantasy, c'est Harry Potter et point barre... C'est l'occasion de découvrir par le biais de l'aventure et de la simplicité un genre absolument génial que l'on appelle la fantasy !


Note: 7/10

Le Cimmerien

Vote:
 
7.20/10 ( 5 Votes )
Clics: 3338

1 commentaire(s) pour cette critique

Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Lombres Lombres
De plus en plus, on trouve en poche des romans publiés auparavant en jeunesse, sans même que ce ne soit signalé. Pour Lombres, chez Pocket, on le découvre...
Chimères de Mirinar 1, Les - Teliam Vore Chimères de Mirinar 1, Les - Teliam Vore
A l'origine du projet Les Chimères de Mirinar il y a trois personnes, les deux auteurs Raphaël Lafarge et Vincent Mondiot ainsi que l'illustrateur Matthieu Le...
Le Dit de Sargas Le Dit de Sargas
Comment chroniquer une mythologie imaginée ? D'après quels critères ? D'autres mythologies fictives ? Ou aux mythologies historiques ? Ce petit livre publié...

Autres films Au hasard...