Fils unique
Titre original: Only Child
Genre: Horreur , Autres genres
Année: 2008
Pays d'origine: Etats-Unis
Editeur: Bragelonne
Collection: l'Ombre
Auteur: Jack Ketchum
Traducteur:
Benoit Domis
 

A chaque fois que je viens de terminer un nouveau livre de Jack Ketchum et que je dois m'attaquer à sa chronique, j'avoue me poser une question : ce livre doit-il être recommandé à tous les lecteurs ? D'un côté, je me dis que non, les âmes sensibles peuvent être à juste titre choquées par la violence des livres de ce génie de l'horreur urbaine et ultra réaliste, l'aspect insoutenable des situations mises en scène n'étant pas forcément la tasse de thé de tous les lecteurs. Mais d'un autre côté, et surtout pour ce livre-ci, je me dis que tout le monde devrait quand même lire ce roman (qui n'a d'ailleurs rien à voir avec l'imaginaire, loin de là ). Tout le monde devrait se frotter un jour à l'horreur la plus sombre, la plus insidieuse, celle qui est tapie au sein des foyers, celle qui fait que certains hommes battent à mort leur femme, qu'ils violent leurs propres enfants et que la justice ferme parfois les yeux sur les actes de ces criminels, par manque de preuve, par doute, ou alors à cause de pots-de vin judicieusement offerts. Juste pour faire réfléchir, pour faire ouvrir les yeux, pour réaliser à quel point c'est atroce et pour donner cet électrochoc que l'on ne ressent pas forcément tout le temps à la lecture du journal ou devant le journal de 20h... Suivre le calvaire de ce petit garçon et de sa mère, les suivre pas à pas, s'attacher à eux et réaliser toute l'horreur de la situation, viscéralement...

Oui, tout le monde devrait lire le récit que nous offre Fils unique, le combat d'une femme tout ce qu'il ya de plus banale tombée entre les griffes d'un monstre à apparence humaine, son combat désespéré pour sauver son fils, violé à répétition par un père incestueux et pédophile depuis son plus jeune âge. Ce livre est cru, terrible, horrible, mais en même temps il fait preuve d'une grande sobriété, ne sombrant jamais dans la délectation, le voyeurisme ou la gratuité. Non, aucune description malsaine, rien. Juste la vérité nue, le récit terrifiant et bouleversant d'un fait divers, une histoire s'étant véritablement déroulée dans ses grandes lignes comme nous l'indique l'auteur dans sa post-face. L'écriture de Jack Ketchum est terriblement efficace, le récit avance par courts chapitres, de manière elliptique au début, de l'enfance du père à la résolution du drame. Enfance, rencontre, naissance, révélations, procès, droit de visite, les grandes lignes de plusieurs vies gâchées, détruites, avec à côté la narration des crimes sadiques d'un tueur en série qui pourrait être relié à notre histoire.


Fils Unique est un livre à la fois cruel et bouleversant, un livre qui vous prend aux tripes et qui fait reconsidérer la notion d'humanité sous un autre jour... Mais il ya aussi et surtout la question de la justice dans ce livre. Je ne veux absolument pas généraliser, mais ici, elle est vraiment mise au banc des accusés et ce roman est un véritable brûlot contre les errements d'une justice frileuse, parfois corrompue, mais surtout trop lente et ignorante face aux violences domestiques et aux drames qui se jouent au sein d'un foyer en apparence heureux et uni. Comment des enjeux économiques peuvent-il entrer en ligne de compte quand on parle d'un enfant violé par son propre père ? Comment peut-on confier la garde de l'enfant aux grands-parents qui ont élevé cet homme violent et incestueux, qui ont fait de lui l'homme qu'il est et sachant que ces même parents feront tout pour que le père voit leur fils malgré l'injonction de la justice ? Et ce point n'est qu'un détail dans tout l'enchainement de drames, de déceptions et de désespoir qui mèneront ce livre à son dénouement. (Qui me donne d'ailleurs encore le frisson rien que d'y penser. La toute dernière page. Celle qui reste dans votre tête et qui vous donne la nausée....)

Fils Unique n'est pas un roman d'horreur comme on l'entend habituellement. Mais pourtant, il est bien plus horrible que n'importe quel roman qu'il m'ait été donné de lire. Plus éloigné de "Morte saison" et beaucoup plus proche de la violence et du malaise généré par la lecture d'"Une fille comme les autres" du même auteur, ce roman est une expérience traumatisante et viscérale, une plongée au coeur de l'horreur comme seul Jack Ketchum sait nous en offrir, une vision parfaitement terrible de nos contemporains et du pays dans lequel il vit. Mais l'auteur sait aussi nous peindre ces petits héros de tous les jours, ces braves gens qui ne paient pas de mine mais qui se battent pour une forme de justice, comme la figure du vieux flic persévérant et à bout de course, récurrente dans son oeuvre. Jack Ketchum sait peindre la psychologie humaine, il nous la fait gouter, sentir, et l'on n'en ressort pas indemnes. Fils Unique est un ouvrage hors-norme, un ovni, un ouvrage unique qui laisse un goût amer dans la bouche.

Alors oui, je crois que tout le monde devrait se procurer et lire ce livre car c'est une petite bombe qui trouve des échos constants dans notre monde actuel, ce monde un peu fou qui nous donne souvent honte d'être humain... Jack Ketchum est un maître, un grand maître de l'horreur, une sorte de chroniqueur des errances humaines qui nous offre des romans a la fois fascinants et révoltants, mais toujours passionnants.


Note : 9/10

Chaperon Rouge

 

A propos de ce livre:

 

- Site de l'éditeur: http://www.bragelonne.fr/

Vote:
 
7.22/10 ( 9 Votes )
Clics: 3450
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Ceux des eaux mortes 1 - L'or et la toise Ceux des eaux mortes 1 - L'or et la toise
Le grand mérite de "l'or et la toise" est d'être ancré dans un véritable univers de conte populaire. On y croise un ogre mangeur d'hommes, une paire de ba...
Zombie Story 1 – Zombie Island Zombie Story 1 – Zombie Island
Si l'on excepte "Un horizon de cendres" de Jean-Pierre Andrevon, le "Cellulaire" de Stephen King ou plus récemment  "World War Z" de Max Brooks, on ne peut ...
Noeud de la sorcière (Le) Noeud de la sorcière (Le)
"Le noeud de la sorcière" vient clore en beauté la trilogie du "livre perdu des sortilèges". Matthew et Diana, qui maitrise enfin à peu prés ses pouvoirs...

Autres films Au hasard...