Oeil du calamar, L'
Genre: Anticipation , Science-fiction
Année: 2009
Pays d'origine: France
Editeur: Editions Atria
Auteur: Gilles Warembourg
 

En 2065 l'humanité est en train de disparaître, les naissances se faisant de plus en plus rares, les femmes étant toute devenues stériles et les populations vieillissant de plus en plus. En 2100 le genre humain a donc quasiment disparu, vivant ses derniers instants sur une planète qu'il a dévasté durant toute son existence.

Encore un futur apocalyptique donc, très pessimiste, qui n'est pas sans rappeler " Les fils de l'homme ", le roman de P.D. James ayant inspiré le superbe film d'Alfonso Cuaron, et qui nous montrait également un monde sans nouvelle génération. Mais on va cette fois bien plus loin dans cette anticipation, dans ses tous derniers soubresauts.

Entre Catherine Dufour et son "Goût de l'immortalité", Pierre Bordage et "L'Ange de l'abime" et pas mal d'autres auteurs, Gilles Warembourg décrit un futur sombre, nous prévenant des risques que l'on prend à trop détruire la nature, donnant un ton alarmiste à son roman et nous expliquant qu'on doit respecter notre planète si on ne veut pas disparaître.


Et pour cela, il va nous raconter une histoire, celle de Stone, l'un des derniers hommes à être né, qui va essayer de comprendre ce qui a bien pu se passer. Son enquête va l'emmener un siècle plus tôt sur un baleinier qui va harponner un énorme calamar, calamar qui va cracher son encre à la face du capitaine. Ce dernier, puis son équipage, vont tomber malade, une simple fièvre qui va durer 24 h. De retour en Australie, ils vont contaminer le continent puis la terre entière, ce qui ne sera pas sans conséquence...

De l'autre coté, on suit les aventures du turbulent professeur Edwards, un misanthrope qui ne pense qu'à sauver les espèces en voie de disparition. Une île qui a été mise en quarantaine suite à un désastre sanitaire pourrait bien être en mesure de lui en faire sauver plusieurs, une aubaine inattendue pour cette homme qui n'attendait plus rien.

La suite concernera principalement le virus mais surtout ses effets. Quelques années plus tard, la baisse des naissances, d'abord en Afrique, va inquiéter les médecins et les scientifiques qui vont essayer de comprendre ce qui passe. Surtout que ce phénomène risque de toucher l'humanité entière, rendant les nations plus belliqueuses, toutes persuadées d'un complot et de l'utilisation d'une arme bactériologique. Mais la vérité est tout autre...


Ce genre de situation a souvent été évoqué dans la science-fiction, dans "les enfants de Darwin" de Greg Bear par exemple, même si la menace était toute autre. Si la partie scientifique est plutôt intéressante et semble crédible (vu mes faibles connaissances en sciences), tout ceci semble malgré tout un peu rebattu et peu original, mais arrive cependant a être tout de même captivant.

Il y a aussi un petite touche de mysticisme inspiré des aborigènes d'Australie. Cette partie est plutôt originale mais malheureusement trop peu exploitée. L'approfondissement à ce niveau aurait pu être un peu plus poussé.

"L'oeil du calamar" est donc au final une lecture agréable bien qu'utilisant des stéréotypes un peu trop utilisés pour la dénonciation de notre monde consumériste, mais un peu trop prévisible car on voit venir d'assez loin les rebondissements cruciaux de l'histoire.

 

Note: 5/10

Stegg

 

A propos de ce livre:

 

- Site de l'éditeur

Vote:
 
5.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 3071
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Chasse sauvage du colonel Rels, La Chasse sauvage du colonel Rels, La
"Lorsque la fantasy se perd dans les méandres de l'histoire" nous dit le quatrième de couverture, un petit peu fabulateur, car s'il est bien question d'hist...
Bal des Iguanes, Le Bal des Iguanes, Le
Coincé au milieu de nulle part, un château abrite une maison de retraite. Les pensionnaires sont évidement des vieillard atteint de tous les maux possibles...
Coup du Cavalier, Le Coup du Cavalier, Le
"The Man Who Sold The World" chantaient il y a quelques années David Bowie et Kurt Cobain. Et bien cet homme pourrait très bien être Doran Falkner, le hér...

Autres films Au hasard...