Sindbad le voyageur
Genre: Fantasy , Littérature Jeunesse , Contes et Légendes
Année: 2009
Pays d'origine: France
Editeur: Mango
Collection: Royaumes Perdus
Auteur: Jonas Lenn
Illustrateur: Mark-Erwan Terrisse
 

Aujourd'hui, si l'on parle de Bagdad c'est surtout aux informations comme une ville pillée, en guerre civile et tous les soirs à vingt heures il nous revient les mêmes images... Pourtant se serait oublier que Bagdad, l'une des plus grandes villes du monde arabe, fut aussi un grand centre de vie, de culture et que la Mésopotamie (l'Irak pour faire simple) fut l'une des cultures les plus importantes et les plus en avance sur son temps. Un lieu qui pourrait être considéré comme l'un des plus grands bassins de l'humanité, avec ses propres croyances, ses propres dieux et ses propres contes, ce qui va plus particulièrement nous intéresser ici. En effet, Jonas Lenn, auteur que je découvre, nous plonge en plein cœur de cette culture et cela pour notre plus grand ravissement en nous rappelant par la même ce que fut Bagdad et l'Irak.


Sindbad est un jeune garçon, un orphelin. D'ailleurs, s'il se fait appeler Sindbad il faut savoir que ce n'est pas son vrai nom, car de nom il n'en a pas. Sa mère était muette et son père il ne l'a pas connu. Donc il n'a pas de nom sauf celui qu'il se donne lui-même, celui du plus grand des voyageurs, celui du plus grand des héros, Sindbad. Ce jeune orphelin est un cadis, le plus jeune cadis, c'est-à-dire un juge musulman. Et voilà, dès le début on est pris par l'histoire, par les descriptions richement documentées de l'auteur qui sont complétées par un riche lexique en fin d'ouvrage qui nous en apprend beaucoup sur cette culture merveilleuse. C'est l'une des grandes qualités de cette maison d'édition et de cette collection et c'est aussi ce qui fait que j'aime beaucoup ces livres, allier le plaisir à la culture. On est dans les premières pages avec ce jeune orphelin qui nous fait visiter par son errance le souk, la ville ronde comme on l'appelle, c'est-à-dire le cœur historique de Bagdad. Et ce qui est fabuleux avec le style de l'auteur, c'est qu'on y est, on sent les épices, on voit les marchands, on sent la chaleur qui se dégage du sable, on entend le muezzin appeler à la prière, bref on vit dans le vieux Bagdad, loin de l'image que l'on a malheureusement aujourd'hui de la ville.

Mais vous vous en doutez, on en reste pas là et bientôt le jeune Sindbad va enfin rencontrer son idole, le vieux Sindbad et c'est pour lui le début d'une aventure formidable, librement inspirée des contes arabes! En effet car aussi belle que soit Bagdad, le jeune garçon rêve d'aventures, de voyages, de mers lointaines. Il va être comblé puisque Sindbad va lui confier une mission la plus urgente qui soit et de la plus grande importance : apporter un tapis magique qui guérirait une princesse dans un pays lointain, Serendib (Sri Lanka). Et le jeune garçon part donc dans un fantastique voyage et où il devra prouver son intelligence et sa force.

Nous voilà donc emporté dans de folles aventures, où tous les archétypes de la mythologie arabe sont fabuleusement mis en scène par Jonas Lenn. On y voit de faux et vrais Djins, on prend notre envol sur le dos de créatures fantastiques, on aborde des îles étranges où la force et la bravoure sont autant mis à rude épreuve que l'intelligence et la loyauté.

Alors bien sûr, c'est une évidence, on sent nettement que Sindbad le voyageur a été écrit pour un jeune public, pas de violence, une certaine morale mais qui heureusement ne tombe jamais dans le côté moralisateur, un côté très simple mais jamais simpliste. Ce qui fait que ce roman, c'est le genre de livre que les parents peuvent acheter les yeux fermés et qu'ils prendront autant de plaisir à lire que leurs enfants. A chaque fois que je lis un roman pour la jeunesse de chez Mango, je suis stupéfait d'apprendre autant de choses et de prendre autant de plaisir à lire ces romans d'aventure qui nous plongent au cœur de la mythologie et de l'Histoire. Ici vous apprendrez beaucoup de choses sur Bagdad mais aussi sur la religion musulmane qui, malgré qu'elle soit la seconde religion du monde, reste criblée de préjugées et bien méconnue malgré tout... C'est là le principal intérêt et le principal tour de force de Jonas Lenn, faire sauter ces préjugés, montrer cette partie du monde arabe autrement et nous inviter à relire les contes des mille et une nuit entre autres.


Sindbad le voyageur, au final, est certes un livre destiné à la jeunesse mais je crois que tout le monde devrait le lire tant il est intéressant de découvrir par le biais du conte une culture passionnante et aussi une bien belle plume que celle de Jonas Lenn. Les aventures de Sindbad nouvelle génération sont bien sûr quelques peu épurées, livre tout public oblige, mais elles se lisent facilement, rapidement et elles proposent un beau voyage, un beau dépaysement. Et puis encore une fois n'hésitez surtout pas à vous jeter sur cette collection "Royaumes Perdus", collection dirigée par Xavier Mauméjean, c'est pour moi c'est un gage de qualité car elles sont superbement faites toujours avec un lexique permettant d'apprendre tout un tas de choses, toujours des auteurs de qualité qui ne prennent pas les jeunes lecteurs pour des imbéciles et des récits qui sont souvent époustouflants. Vous l'aurez compris, les éditons Mango ont tout mon soutien tant on trouve chez l'éditeur des qualités que n'ont malheureusement pas toutes les collections jeunesse. Alors jetez-vous sur ce Sindbad ou bien même sur les autres titres de la collection, vous pouvez y aller les yeux fermés, c'est que du bon!


Note : 8/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- Blog de l'auteur : http://lelivredejonas.free.fr/

- Site de l'éditeur : http://www.editions-mango.com/

Vote:
 
8.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 4925
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Narcogenèse Narcogenèse
Bon, il faut bien l'admettre, si l'on excepte la bit-lit, le fantastique est un genre qui semble avoir tendance à fuir les rayons de SFFF ces derniers temps ...
Traité de Sorcellerie Traité de Sorcellerie
Après son "Traité de Démonologie", son "Traité de Vampirologie" et son "Traité des Anges" Edouard Brasey poursuit son travail en nous présentant, avec p...
Confrérie de la dague noire 3, La - L’amant furieux Confrérie de la dague noire 3, La - L’amant furieux
Nous retrouvons dans ce troisième tome nos vampires, regroupés au sein de la mystérieuse confrérie de la dague noire afin de mieux se défendre contre les ...

Autres films Au hasard...