Cycle des âmes déchues 1, Le - Le mal en la demeure
Genre: Novella , Horreur , Fantastique , Vampirisme , Gothique
Année: 2010
Pays d'origine: France
Editeur: Les Editions du Petit Caveau
Collection: Collection Sang d'âme
Auteur: Stéphane Soutoul
Illustrateur: Cécile Guillot
 

Il y a peu de temps, je découvrais la plume de Stéphane Soutoul dans l'excellente Anthologie "Sorcières et Sortilèges". Une plume raffinée, puisant son inspiration chez les plus grands écrivains fantastiques du XIXème siècle. Sa nouvelle m'avait subjugué et j'avais donc extrêmement hâte de lire sa novella. Le mal en la demeure est une histoire de vampire comme on peut s'en douter, les éditions du Petit Caveau ne publiant qu'exclusivement dans ce genre. La figure du vampire est à la mode, pour le meilleur comme pour le pire, et je me demande souvent comment les auteurs arrivent encore à écrire sur le sujet. Stéphane Soutoul nous offre ici une œuvre classique, très classique, trop classique. Ce terme est à double tranchant. Si comme moi vous avez lu et relu certaines œuvres telles que bien sûr Dracula, ou bien encore La morte amoureuse, Carmilla, vous avancez en des terres bien trop connues pour vraiment vous faire plaisir. Si par contre pour vous vampires riment avec Edward Cullen, alors vous allez pour le coup découvrir ce qu'est la vraie littérature vampirique!

Gerald de Lacarme est appelé au domaine de Kreusburg en Allemagne. Le maître de maison a en effet demandé à l'un des membres de la famille Lacarme de venir, sachant que ces derniers sont spécialisés dans tout ce qui touche l'étrange et plus particulièrement tout ce qui a un rapport avec les buveurs de sang. Pour Gerald c'est sa première affaire et il va avoir du mal à s'en remettre. Dès le début l'auteur nous plonge dans une ambiance absolument géniale, toujours XIXème, sombre, qui devrait ravir le cœur des "gothiques" ou bien les amateurs d'ambiance à la Hammer et l'on pense parfois notamment au film Wolfman avec Benicio Del Torro. C'est vous dire la classe de cette écriture!
Ainsi Gerald arrive au domaine, dans une ambiance sombre qui me semble très clairement inspirée par Dracula. Un majordome, digne de la famille Adams, l'accueille. Déjà là on voit poindre les clichés et dès le début on avance trop en terre connue pour être vraiment surpris. C'est bien écrit, c'est beau, mais c'est pour ma part du déjà lu. Mais bientôt, il fait la rencontre d'une belle, très belle femme. Ce n'est pas "spoiler" que de vous le dire, c'est elle la vampire. Et là, on voit poindre le spectre de Carmilla, l'érotisme lesbien en moins… C'est trop classique pour moi, même si c'est superbement écrit et même si son personnage de vampire est admirablement réussi. Oui, elle charme cette vampire qui se prénomme Marion, oui elle est belle, mais elle n'est pas surprenante. Ceci dit, bien sûr, Gérald va avoir du fil à retordre avec elle et l'histoire plonge alors tantôt dans la beauté la plus noire, jusqu'à l'horreur la plus sanglante, qui n'est pas sans rappeler Resident Evil. C'est vous dire le grand écart et ça c'est une belle réussite!
Mais alors le vampire, ou plus tôt la vampire ici, qu'en est-il? Les vampires, ont le sait, du moins dans la littérature classique, sont des monstres. Oui, ils ne sont pas tous de beaux dandys, ils sont avant tout ceux qui viennent la nuit, qui entrent dans votre chambre sans que vous n'y preniez garde, surtout dans les chambres de jeunes femmes, et en ce sens ils sont à la fois des violeurs et aussi la maladie. Une maladie qui vous pénètre dans les heures les plus sombres de la nuit. C'est un peu ce que l'on retrouve ici et en ce sens Stéphane Soutoul reprend une version classique du vampire. Son vampire est double, et même doublement double! Marion est à la fois belle, ravissante, j'oserais même dire érotique, mais elle est aussi un monstre qui boit du sang, qui promet des choses mais qui ne tient pas ses promesses et qui s'entoure de personnes douteuses. Alors donc Marion n'aurait que faire de la vie?! Faux, car Marion a un but, sauver son double… Si elle est un monstre c'est par amour et qui plus est, par amour pour une autre femme… Je ne peux pas vous en dire plus, pour ne pas gâcher votre plaisir de lecture et votre découverte même si je trouve qu'on le devine assez vite.
Ainsi, Stéphane Soutoul reprend ici le mythe du vampire amoureux, ou du moins aimant, tel le Nosferatu de Murnau qui se sacrifie par amour, ce qui fait d'ailleurs de ce film le plus beau film de vampires de tous les temps! Alors bien sûr tout cela est beau, très beau et admirablement écrit. Le problème c'est qu'à chaque page j'avais l'impression de savoir ce qui allait se passer à la suivante. Sans doute car j'ai lu beaucoup de romans sur les vampires (et oui, chacun ses passions...) et donc qu'encore une fois ça manque de surprises.
Mais attention, pour autant Le mal en la demeure s'avère une bonne novella, une superbe introduction au monde des vampires et qui a un final absolument époustouflant. Si vous n'avez pas encore lu Dracula, que la littérature XIXème siècle (la meilleur à mon sens) vous ennuie, mais que pourtant vous voulez aller plus loin, ce livre est fait pour vous ! Stéphane Soutoul a parfaitement compris ce qu'était le mythe du vampire, parfaitement compris ce qu'était la damnation de l'immortalité et au final il nous livre non pas un roman d'amour, mais un roman sur l'Amour! Ce qui est sans doute la thématique principale du vampire, cette dernière pouvant se résumer ainsi : les monstres peuvent-ils aimer?

Dire que j'ai adoré la novella de Stéphane Soutoul serait un bien grand mot. Disons que je l'ai lu avec plaisir mais j'aurais aimé qu'il aille un peu plus loin, qu'il aborde certains thèmes peut-être plus de front. Mais son écriture est quant à elle absolument fantastique, presque d'un autre temps, sans toutefois être coupée du nôtre. Ca c'est un exploit! Et surtout son final est grandiose et quand on sait que ce court récit est le début d'un cycle, j'ai hâte de découvrir la suite qui devrait s'avérer passionnante, croyez-moi.
Alors même si bien sûr il ne va pas révolutionner le genre, Le mal en la demeure est un récit aussi bref qu'il est émouvant, aussi sombre qu'il est beau, même si Stéphane Soutoul doit encore imposer sa patte sur son propre récit. Mais pour ma part je suis sûr que la suite sera un vrai bijou.

 

Note : 7/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.editionsdupetitcaveau.com/
- Site de l'auteur : http://www.stephanesoutoul.com/

Vote:
 
7.88/10 ( 49 Votes )
Clics: 6758
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Fée de la mousse, La Fée de la mousse, La
Depuis "Princess bride" les contes de fées détournés à la mode fantasy ou  simplement revisités deviennent monnaie courante et il est parfois difficile ...
Chemin des Fées, Le Chemin des Fées, Le
En Irlande, le jeune Rory O'Donnell est torturé par son existence, il n'a pas vraiment envie d'hériter de la vie de son père et de reprendre son affaire et...
Nocturne, les Charmes de l'effroi 2 Nocturne, les Charmes de l'effroi 2
Le second numéro de la revue Nocturne, les charmes de l'effroi, est donc sorti. Le premier ayant constitué une lecture agréable, c'est avec plaisir que j'a...

Autres films Au hasard...