Super Inframan
Titre original: Jung-Gwok chiu-yan
Genre: Fantastique
Année: 1975
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Hua Shan.
Casting:
Danny Lee, Wang Hsia, Terry Liu, Yuan Man-Tzu...
 

Quand une terrible glaciation recouvrit la Terre d'une gangue aussi froide que mortelle il y a plusieurs millions d'années, les créatures de la surface s'enfoncèrent vers le coeur de la planète afin de tenter de survivre. Résultat aujourd'hui, en 1975, leurs descendants devenus des monstres sont bien décidés à casser la gueule à tout ce qui est humain afin de s'emparer du pouvoir et de dominer le monde, ah ah ah ah ah! (rire sardonique et cruel).
Voilà, en quelques mots simples un résumé des motivations de la terrible Reine des glaces, capable de se transformer en monstre-lézard et de provoquer des séismes et des catastrophes, entourée de ses sbires de base (les Squelettors) et d'une garde prétorienne de première bourre (les monstres à pouvoirs surnaturels !).
Mais les ressources humaines sont, c'est bien connu, inépuisables, et pour combattre les vils desseins de ces non moins viles créatures, un scientifique très savant (qui fume la pipe avec l'air inspiré, c'est tout dire !) a pourvu un de ses collaborateurs d'une super-armure et de super-pouvoirs lui permettant de devenir... Super Inframan !

 

 

En 10 minutes, tout est dit ou presque et l'action est lancée, les personnages posés et les enjeux déterminés. Les monstres passent leur temps à se gondoler à l'idée d'aller casser des humains, la Reine des glaces fulmine à chaque fois que l'un d'eux se fait ratatiner par Super Inframan et la menace qui pèse sur notre bonne vieille planète ne risque pas d'être prise très au sérieux par le spectateur de plus de 10 ans.
Il n'empêche ; réalisé au premier degré et sans complexe dans des décors kitsch à souhait, Super Inframan constitue un spectacle rafraîchissant. Au festival des baffes, les monstres franchement craignos en donnent autant qu'ils en reçoivent, dans des combats de kung fu où l'avantage est souvent pris grâce à un pouvoir surnaturel (Pieds photoniques ! Poings-éclairs ! J'en passe et des meilleurs).

 

 

Les effets spéciaux sont sommaires et renvoient parfois à des trucages antédiluviens : la géantisation (sic) d'un monstre par exemple, est clairement tablée sur une illusion d'optique, le personnage se rapprochant de l'objectif devenant automatiquement plus grand... Et ça marche ! Les costumes sont du même tonneau. Pour incarner les Squelettors, les comédiens ont enfilé... un casque de motard avec des cornes (logique, non ?), un masque "tête de mort", un costume noir et un sur-costume pour "faire squelette"... Et ça passe ! Tout étant du même ordre, on ne se pose pas de question et on suit l'action, doucement hilare et réjoui.
Incursion de la Shaw Brothers dans un domaine qui ne lui était pas familier, Super Inframan reste, 30 ans après, un film qui flirte avec les limites du ridicule mais sans jamais y sombrer, sauvé par sa naïveté et sa sincérité... Et par sa galerie de monstres rigolards tous plus beaux les uns que les autres, bien sûr !

 

 

Note : 7/10

 

Bigbonn
Vote:
 
6.40/10 ( 5 Votes )
Clics: 3220
0

Autres films Au hasard...