Affaire de la fille au pyjama jaune, L'
Titre original: La ragazza dal pigiama giallo
Genre: Giallo , Polar
Année: 1977
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Flavio Mogherini
Casting:
Dalila Di Lazzaro, Ray Milland, Michele Placido, Howard Ross, Mel Ferrer, Ramiro Oliveros...
Aka: The Pyjama Girl Case / La chica del pijama amarillo / The Girl in the Yellow Pajamas
 

A Sydney, dans les années '70 – Nous suivons les destins croisés de deux personnes qui ne seront jamais amenées à se rencontrer. L'une, Thompson (Ray Milland) est un inspecteur de police à la retraite incapable de supporter l'inactivité. L'autre, Glenda Blythe (Dalila Di Lazzaro), est une jolie jeune femme partageant sa vie avec trois hommes, et qui finira par en épouser un tout en continuant d'entretenir une liaison avec les deux autres.
Lorsque le cadavre d'une femme est retrouvé dans une carcasse de voiture abandonnée sur une plage, la police de Sydney, dirigée par l'inspecteur Ramsey (Ramiro Oliveros), accepte l'aide de Thompson afin de résoudre une affaire qui s'annonce compliquée. Car le visage de la défunte est brûlé à un point tel que toute identification paraît impossible. Et mis à part le pyjama de couleur jaune qu'elle portait sur elle, les policiers ne trouvent pas le moindre indice. L'enquête pourrait s'avérer longue.
Quant à Glenda, son emploi de serveuse sur une péniche et sa sexualité exacerbée ne suffisent pas à son bonheur. Elle n'est pas épanouie, et son mariage avec Antonio (Michele Placido) est un échec. D'où son besoin de se retrouver dans les bras d'autres hommes : Henry Douglas (Mel Ferrer), dont le poste de directeur d'une clinique symbolise le confort matériel ; et Roy Conner (Howard Ross), employé dans une usine, archétype du macho dont la virilité permet à Glenda d'oublier temporairement son mal être.

 

 

Tourné en 1977, L'affaire de la fille au pyjama jaune appartient en partie au genre alors déclinant du giallo. En partie seulement car dans son traitement, le film emprunte plus au polar traditionnel qu'au thriller italien tel que Mario Bava, Dario Argento et bien d'autres en avaient établi les codes durant une dizaine d'années (depuis Six femmes pour l'assassin jusqu'à Profondo rosso, pourrait-on dire).
Le film a été réalisé par Flavio Mogherini (1922-1994), qui se fit connaître dans le métier après la Seconde Guerre mondiale en tant que chef décorateur et directeur artistique. Il passera à la réalisation en 1972 et signera jusqu'à sa mort une quinzaine de longs métrages, parmi lesquels deux seulement seront distribués en France : "Pour aimer Ophélie" (1974) et "Les Poids lourds" (1982).

 

 

La ragazza dal pigiama giallo demeure son unique incursion dans le thriller à l'italienne, et pour ce faire il s'est inspiré d'un fait divers qui se déroula en septembre 1934 près d'Albury, en Nouvelle-Galles du Sud (d'où le cadre du film en Australie). Ce fait divers fut connu sous le nom de L'affaire de la fille au pyjama, après que le cadavre d'une femme fut retrouvé au bord d'une route, le visage brûlé enveloppé dans une serviette. Elle s'appelait Linda Agostini, une citoyenne britannique âgée de vingt-neuf ans qui menait une vie dissolue à Sydney malgré son mariage avec un ressortissant italien. On ne retrouva son cadavre qu'une semaine après sa disparition, et il fallut attendre 1944 (après une réouverture du dossier) pour qu'elle soit identifiée, grâce à ses empreintes dentaires. Antonio Agostini, son mari, reconnut être l'auteur du meurtre. Cependant, des doutes ont toujours demeuré quant à l'identité réelle de La fille au pyjama (un pyjama de soie jaune), les yeux du cadavre étant marron et ceux de Linda bleus.

 

 

C'est donc sans surprise que cette étrange affaire fut adaptée au cinéma. D'abord en 1939 avec "The Pyjama Girl Murder Case", un court métrage de dix minutes mis en scène (sous forme de documentaire) par l'Australien Rupert Kathner, puis en 1977 avec le film de Flavio Mogherini. Ensuite, un autre court-métrage vit le jour en 1998 sous le titre "Roadside", toujours en Australie, suivi d'une pièce de théâtre ("The Pyjama Girl") en 2013.

Lorsque l'on a vu La ragazza dal pigiama giallo, on a la confirmation que l'âge d'or du giallo est déjà loin, mais que tout n'est pas à jeter dans les thrillers transalpins produits durant la seconde partie des années '70 jusqu'à la fin des années '80. Le film de Mogherini est partagé entre le bon et le médiocre, tout comme l'histoire est scindée en deux parties. L’oeuvre souffre d'un rythme très inégal, l'enquête en elle-même n'étant guère palpitante et se posant sur un schéma classique, à savoir l'opposition de deux styles dans les rangs de la police, celui de la vieille école effectuant un travail de fond tel un privé, et le flic moderne s'arrêtant sur ce qui paraît être une évidence, comme considérer que le suspect idéal est forcément le coupable. Quant à la romance de Glenda, elle tourne un peu en rond durant une bonne partie de l'intrigue, avant de changer du tout au tout durant le dernier quart d'heure.

 

 

Le scénario, un peu à l'image des montagnes russes, est accompagné d'ailleurs d'un score musical de Riz Ortolani également inégal, bien qu'en adéquation avec la mode du moment, le disco (il y a d'ailleurs dans le film deux chansons interprétées par Amanda Lear). Les synthétiseurs sont donc omniprésents, parfois pour le meilleur (on pense à Giorgio Moroder), parfois pour le pire (là, on pense plutôt à Marcello Giombini).
On ne peut pas enlever à Flavio Mogherini, par contre, un savoir faire indéniable pour surprendre le spectateur avec l'arrivée inattendue de scènes-choc entre deux passages plus conventionnels. Les deux exemples les plus frappants sont l'exposition du cadavre au public dans un musée afin de permettre l'identification (idée reprise à la réalité, puisque c'est ce qu'avait fait la police de Sydney en 1934 avec le corps de Linda Agostini), et la séquence où Glenda vend son corps à deux types libidineux dans un motel perdu, sous le regard d'un adolescent mal à l'aise (sentiment partagé par le spectateur).
Enfin, le metteur en scène parvient à bluffer son monde en faisant croire à son public que les deux histoires se déroulent dans le temps présent, ce qui n'est pas le cas et s'avère être au final un stratagème efficace.

 

 

En ce qui concerne le casting, les deux principaux protagonistes sont interprétés par des acteurs qui sont pour l'un en fin de carrière et l'autre au début. Ray Milland, âgé alors de soixante-dix ans, vit son crépuscule devant la caméra après une filmographie pléthorique qui débuta réellement au début des années '30. Il fut le héros de "La falaise mystérieuse" ("The Uninvited", 1944) et du "Crime était presque parfait" de Hitchcock. Plus tard, il participa à quelques œuvres fantastiques notables parmi lesquelles L'enterré vivant et L'horrible cas du Dr X, tous deux de Roger Corman. A partir des années '70, on ne lui proposera guère que des rôles dans des séries B souvent horrifiques ("Frogs", La chose à deux têtes), comme hélas bien des acteurs emblématiques de l'après-guerre.
Pour Dalila Di Lazzaro, c'est au contraire l'aube de sa carrière, entamée cinq ans plus tôt dans le giallo de Sergio Martino Ton vice est une chambre close dont moi seul ai la clé (elle jouait la fille qui effectuait un strip-tease sur la table au tout début du film). En 1973, elle se fait remarquer dans "Chair pour Frankenstein", et quelques années plus tard dans Phenomena. Elle donne ici la réplique à trois acteurs renommés, respectivement Mel Ferrer ("Scaramouche", Le monde, la chair et le diable, "Les mains d'Orlac"...), Howard Ross ("L'île de l'épouvante", L'assassino ha riservato nove poltrone, L'immoralità) et Michele Placido (E tanta paura, "Arrivederci amore, ciao").

 

 

Dans l'ensemble, les cinq acteurs mentionnés ci-dessus ainsi que les seconds rôles effectuent des prestations convaincantes, suffisamment en tout cas pour susciter l'intérêt de l'intrigue chez le spectateur jusqu'au dénouement. Malgré ses défauts, L'affaire de la fille au pyjama jaune reste un thriller honorable avec notamment quelques scènes particulièrement réussies.


Flint



En rapport avec le film :

# La fiche dvd du Chat qui fume de L'affaire de la fille au pyjama jaune

Vote:
 
6.63/10 ( 19 Votes )
Clics: 3938
0

Autres films Au hasard...