Night of the Demons
Genre: Horreur , Esprits
Année: 1988
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Kevin Tenney
Casting:
Amelia Kinkade, Linnea Quigley, Cathy Podewell, Alvin Alexis, Allison Barron, Billy Gallo, Hal Havins...
Aka: Halloween Party / Demon House
 

Un groupe de jeunes se réunit dans une maison funéraire abandonnée pour y fêter Halloween. Ils s'amusent à invoquer les esprits et sans le vouloir, vont libérer une terrible force démoniaque.

 



Le premier Night of the Demons ne fut pas comme Prom Night ou "Halloween", un succès colossal lors de sa sortie en salle (seulement 3 millions de dollars de recettes pour un budget de 1,5 million) mais il gagna au fil du temps un petit statut de classique grâce notamment à la vidéo, le support idéal pour ce genre de production. C'est d'ailleurs essentiellement pour le marché de la vidéo que deux suites tardives furent produites.

Il est rare dans les films d'horreur d'avoir un personnage récurrent féminin qui soit le méchant, c'est pourtant le cas ici grâce à Amelia Kinkade qui tient le rôle d'Angela dans chaque épisode. Cette actrice / danseuse va donner au personnage un look (pré gothique) et une certaine dimension qui n'est pas sans rappeler un dénommé Freddy Kruger. La série se rapproche d'ailleurs du canevas des "Freddy", basé en grande partie sur le bagout de son interprète et des effets spéciaux parfois surprenants (réalisés par le débutant Steve Johnson). Chaque épisode se doit alors d'avoir la scène qui le différenciera du précédent. Le premier opus fera d'ailleurs beaucoup parler de lui à cause de plusieurs scènes dont les photos firent les beaux jours des magazines spécialisés, en effet à l'époque (les années 80) l'internet n'existait pas encore, et l'on se tenait au courant par la lecture de revues comme Fangoria.

 

 

Si le personnage d'Angela est bien présent dans ce premier épisode et nous gratifie d'une danse à la chorégraphie des plus chaudes, la vraie star du film est sans conteste la "Scream Queen" Linnea Quigley qui interprète une nymphomane obsédée par son maquillage. Habillée d'une robe rose d'un goût typiquement américain, elle efface le reste du casting dans une série de scènes particulièrement réussies dont la plus marquante reste celle où elle s'enfonce un bâton de rouge à lèvres dans le téton. On retiendra aussi une autre scène d'une gratuité inouïe et absolument géniale : pour que sa copine Angela puisse à son aise voler ce dont elle a besoin pour sa petite fête, la brave Linnea se penche en avant, exhibant sa petite culotte (chose qu'elle répétera plus tard devant un feu ouvert) devant deux employés d'une superette qui n'en demandaient sûrement pas tant. Pendant ce temps sa copine remplit son sac et passe la porte incognito. Le film se complaît dans ce genre de scénettes graveleuses et gratuites (l'héroïne qui montre ses fesses, la foufoune de Linnea qui fait une apparition quasi subliminale, le string d'Angela, la poitrine de Linnea filmée sous tous les angles) et en même temps aime brouiller les pistes… En effet, le seul mâle survivant est un trouillard de premier ordre (qui passe une partie du film enfermé dans une voiture), le gendre idéal est un crétin fini et le loubard n'est pas si méchant que prévu. Le casting féminin reste plus standard avec la nymphomane, la gothique et la pure héroïne. Petit clin d'oeil, cette dernière a le même costume qu'"Alice aux pays des merveilles" sauf qu'ici Alice montre (furtivement) ses fesses et se trouve être moins stupide que prévu.

 

 

Une maison "possédée" remplie de jeunes, rien de vraiment innovant même pour l'époque (voir "Hellnight" ou Humungous) mais le maquilleur Steve Johnson ("Flic ou Zombie") nous réserve quelques gâteries de son cru : Angela qui arrache une langue lors d'un baiser fougueux, un bras sectionné qui reprend vie, une énucléation ou les métamorphoses de Quigley et d'Angela en démons. Bref, rien de bien innovant mais en tant que valeur sûre, Night of the Demons remplit son contrat, ajoutez à cela une musique de circonstance très métal (on est dans les années 80, bien avant le Rap) et voila le type de film d'horreur basique qui pullulait à l'époque.

The Omega Man



En rapport avec le film :

# La critique de Night of the Demons 2

# La critique de Night of the Demons 3

Vote:
 
7.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2131
0

Autres films Au hasard...