Effroyable secret du Docteur Hichcock, L'
Titre original: L'Orribile segreto del Dottor Hichcock
Genre: Fantastique , Gothique
Année: 1962
Pays d'origine: Italie / Grande Bretagne
Réalisateur: Riccardo Freda (Sous le pseudo de Robert Hampton)
Casting:
Robert Flemyng, Barbara Steele, Harriet Medin, Silvano Tranquilli, Maria Teresa Vianello...
 

Le Dr. Hichcock (sans "t" dedans, donc il est évident que le nom ne surfe pas sur la vague de popularité du cinéaste américain) est un médecin renommé pour son célèbre anesthésique qui provoque un ralentissement du rythme cardiaque.
Sauf que le bon docteur aime secrètement à injecter son invention à sa propre femme, Margueritte, afin que celle-ci soit le plus proche possible de la mort et puisse ainsi satisfaire les penchants nécrophiles de son mari. Bien sûr, un beau jour, c'est l'overdose et la mort de Margueritte. Hichcock décide de quitter son poste et sa résidence londonienne. Il y revient douze ans plus tard, avec sa nouvelle femme Cynthia, dans le but de reprendre ses "expériences", toujours en secret...

 

 

Réalisé tout au début de la vague gothique des 60's, ce film signé Riccardo Freda aborde donc le thème de la nécrophilie. Très bonne idée, qui se démarque du "Masque du Démon" de Mario Bava (1961), tout en gardant la volonté d'illustrer un tabou. Malheureusement, force est d'admettre que si les idées sont là, le traitement se fait quant à lui bien plus timoré. Ainsi, "l'effroyable secret" du titre trouve écho dans un scénario beaucoup trop chiche en matière de révélations pour véritablement fasciner le spectateur.
Certes, il faut toujours préserver une part d'ombre pour entretenir le mystère, surtout dans un film gothique... Mais ici, il s'agit davantage de pistes scénaristiques ne menant à rien, qu'on dirait presque délaissées faute d'avoir trouvé une solution pour les résoudre. Ainsi, beaucoup d'éléments restent très flous : le rôle de la gouvernante, la raison qui pousse le docteur à cacher des pièces et des choses à sa femme, et même la nécrophilie elle-même, vraiment très très discrète et desservie par la présence de l'anesthésique, qui n'explique pas grand chose quant à l'éventuel côté surnaturel du film.
Car à l'instar du personnage de Cynthia, on sait que quelque chose se déroule en coulisse, quelque chose qui sort du cadre de la science. Mais les maigres indices disséminés ici ou là dans le film ne font guère que nous renforcer dans cette idée, plutôt que d'établir une progression scénaristique notable. Bref, l'intrigue stagne et le spectateur s'ennuie. Mais peut-être que ce côté brouillon est dû à la version proposée du film que l'on regarde, car encore une fois, il existe plusieurs copies existantes, avec des versions plus ou moins longues... Quoi qu'il en soit, les enjeux sont multiples et ne sont pas résolus, si ce n'est vaguement dans une fin à twist qui constitue plus une fuite en avant.

 

 

Bien sûr, le film n'est pas dénué de toute qualité. Graphiquement, on est dans le gothisme et cela se ressent via les décors, l'éclairage, traditionnels de ce genre de cinéma. Tellement traditionnels, d'ailleurs, que certains pourront même reprocher un certain aspect stéréotypé. Mais enfin, il ne faut pas oublier l'époque du film : en 1962, le cinéma gothique venait à peine de renaître, Corman n'avait pas encore livré ses nombreuses adaptations de Poe, la Hammer commençait juste à prendre son envol, et Bava n'avait livré qu'un de ses principaux films gothiques. Et il n'avait pas non plus livré ses gialli. Car la mise en scène évoque également le giallo. Le talent de Freda est donc indéniable et fait office de précurseur, de même que le charisme de son actrice Barbara Steele (qui n'est pourtant pas très belle, ici, il faut bien admettre). Mais pourtant, cette atmosphère et le talent formel du réalisateur ne sont pas suffisants pour rehausser un film qui souffre trop de ses carences scénaristiques.

 

 

Walter Paisley

 

En rapport avec le film :

# La fiche dvd Artus Films de L'effroyable secret du Docteur Hichcock
Vote:
 
8.49/10 ( 35 Votes )
Clics: 5850
0

Autres films Au hasard...