Mort à l'arrivée
Titre original: D.O.A.
Genre: Film noir
Année: 1949
Pays d'origine: Etats-Unis
Réalisateur: Rudolph Mate
Casting:
Edmond O'Brien, Luther Adler, Pamela Britton...
 

 

Frank Bigelow entre dans un commissariat pour signaler un meurtre.
"Et qui a été assassiné ?" lui demande-t-on.
"Moi".
C'est sur ce brillant point de départ que débute D.O.A., c'est-à-dire Dead on Arrival (Mort à l'arrivée en français), course contre la mort perdue d'avance pour un petit homme d'affaires empoisonné à son insu lors d'un voyage de détente à San Francisco.
Surmené par son boulot, un peu fatigué de sa secrétaire, Paula, à l'amour envahissant, c'est seul qu'il quitte sa petite ville pour ce qu'il croit être une semaine de détente et sera finalement sa dernière semaine à vivre. D'abord enchanté par son séjour, l'hôtel débordant de jolies femmes, il passe un coup de fil à Paula qui l'informe qu'elle a reçu l'appel d'un certain Eugene Philips qui demande que Frank le rappelle au plus vite, "avant qu'il ne soit trop tard". Ce nom ne lui disant rien, il ne s'en préoccupe pas et continue sa virée, faisant la rencontre d'une joyeuse bande d'hommes et de femmes d'affaires en goguette, fêtant la fin d'une grande foire commerciale. Dans un bar, le Fisherman, il offre aussi un verre à un oiseau de nuit de la plus charmante espèce, féminine, une amatrice de jazz raffinée et noctambule. Son verre, entre-temps, a été changé par un homme que l'on a vu de dos, chapeauté et écharpe autour du cou, et c'est le début de la fin pour Frank. Quelques heures plus tard, il sera effectivement trop tard...

 

 

La méchante gueule de bois qu'il se paye le lendemain, il l'attribue d'abord à ses libations et à ses excès alcoolisés. Mais, au fil de la journée, se sentant de plus en plus mal, il se rend dans un centre médical pour passer quelques examens. Coeur, poumons, organes, tout semble en parfait état sauf... sauf que des analyses un peu plus poussées révèlent la présence d'un poison, un produit toxique luminescent qui va le tuer prochainement, dans deux jours, une semaine peut-être, pas plus en tout cas. Et contre ce poison, pas de remède, pas d'antidote, rien que la certitude de la mort assurée. Et cette autre certitude, tout aussi lancinante : celle qu'il a été assassiné.
Pour Bigelow, il ne reste qu'une chose à faire : découvrir qui l'a empoisonné, et pourquoi. Retrouver les hommes d'affaires de la veille, retourner au Fisherman pour y chercher une piste éventuelle, rappeler Paula pour retrouver la trace d'Eugene Philips, rattraper le fil, le remonter jusqu'à celui qui est au bout et le mettre hors d'état de nuire. Rapidement, il apprend qu'Eugene Philips est mort...

 

 

Film noir sans temps mort, D.O.A. brille par son rythme soutenu, celui de la course de fond d'un homme perdu dans les ténèbres du doute, à la recherche de son meurtrier, allant de rencontres en rencontres, sans entrevoir le bout du tunnel, risquant même sa peau, pourtant condamnée, que l'on cherche à trouer de quelques coups de feu, roulant dans un univers de coups bas quand ils ne sont pas tordus, juste éclairé par l'amour de Paula qu'il partage de plus en plus à présent que la fin approche... Jusqu'à un dénouement qui rejoint le début de cette critique que je vous invite donc à relire. La boucle est bouclée, la mort est à l'arrivée.

 

Bigbonn

 

 

A propos du film :


# D.O.A. à fait l'objet d'un remake en 1988 de la part de Rocky Morton et Annebel Jankel, avec Dennis Quaid.

 

En rapport avec le film :


# La fiche dvd Bach Films de Mort à l'arrivée

Vote:
 
7.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 4386
0

Autres films Au hasard...