Mort Caresse à Minuit, La
Titre original: La Morte accarezza a mezzanotte
Genre: Giallo
Année: 1972
Pays d'origine: Italie
Réalisateur: Luciano Ercoli
Casting:
Nieves Navarro, Simon Andreu, Peter Martell (Pietro Martellanza), Carlo Gentili, Claudie Lange, Luciano Rossi, Claudio Pellegrini...
Aka: Death Walks at Midnight
 

Valentina travaille dans une agence de mannequins, où elle fait figure de top model réputé. Toujours en manque d'argent, la jeune femme s'est portée volontaire pour tester une nouvelle drogue hallucinogène aux effets inconnus : le H.D.S. L'expérience a lieu au domicile de Valentina, en présence d'un médecin, d'une infirmière, et surtout de Gio Baldi, l'instigateur de cette expérience, et rédacteur en chef de "Novella 2000", un magazine à ranger du côté de la presse à sensations. Au début, le psychotrope produit des effets euphorisants. Puis, après une sensation d'ivresse pas désagréable, les choses se compliquent et Valentina devient victime d'hallucinations, dans lesquelles elle est témoin du meurtre d'une femme. Une mort horrible, l'assassin étant un homme dont le visage est en partie dissimulé par une énorme paire de lunettes de soleil, mais qui surtout porte à une main un gant d'acier serti de pointes, avec lequel il va défigurer à maintes reprises sa victime. La scène paraît se dérouler dans le couloir d'un bâtiment moderne.
Le lendemain, encore secouée par cette vision, Valentina a la désagréable surprise de constater que Gio s'est servi de son image pour vendre sa revue, alors que l'identité de la jeune femme devait rester secrète. De plus, elle apprend que le prétendu médecin est en fait un employé de "Novella 2000". En plus d'avoir été abusée, Valentina subit les railleries de son entourage, notamment de son amant Stefano, pensant que ce meurtre n'est que pure affabulation, et en aucun cas une forme de clairvoyance. Mais pour le top model, cet assassinat a vraiment eu lieu. Et elle va en avoir très vite la confirmation, tandis qu'elle se rend dans un immeuble pour un rendez-vous. L'appartement où elle doit aller est étrangement désert, et se trouve être situé en face de son propre appartement, de l'autre côté de la rue. C'est alors qu'elle aperçoit le tueur au gant d'acier. Ce dernier la poursuit, mais la jeune femme parvient à s'échapper.
Un peu plus tard, elle apprend que l'immeuble du rendez-vous fut six mois plus tôt le théâtre d'un crime, qui s'est déroulé en tous points comme dans le cauchemar hallucinatoire de Valentina. A deux détails près : l'assassin n'était pas l'homme aux grosses lunettes, mais un musicien drogué jusqu'à l'os depuis lors interné dans un asile ; et la victime n'était pas non plus la même femme.

 

 

"La Mort caresse à Minuit" est le troisième et dernier giallo réalisé par Luciano Ercoli, après "Photo Interdite d'une Bourgeoise" en 1970, et "Nuits d'Amour et d'Epouvante" en 1971. Ercoli sera aussi responsable d'un très bon polar en 1974, "La Police a les Mains Liées", avec l'excellent et regretté Claudio Cassinelli.
Les trois gialli d'Ercoli mettent en vedette Susan Scott, pour deux raisons. L'actrice est douée dans le genre, avec un talent inné pour la comédie, et cette "Mort caresse à Minuit" est le quatrième giallo tourné par l'actrice en cette année 1972, après "L'Alliance Invisible", "Devil Blade" et "La Peur au Ventre". Et puis, surtout, Susan Scott est à la ville Madame Ercoli, ce qui facilite bien les choses.
"La Mort caresse à Minuit" est un film assez inégal mais fort divertissant. En dehors des vingt premières minutes très réussies et d'un dernier quart d'heure fertile en rebondissements (coïncidant avec l'arrivée du génial Luciano Rossi), le reste du film comporte de sérieuses chutes de rythme, compensées par un jeu convaincant des acteurs, et une musique très "easy listening" composée par le talentueux Gianni Ferrio. Et puis, si la réalisation lâche un peu de mou au milieu du métrage, le scénario tient quand même la route, grâce à l'apport de deux pointures du cinéma italien : Ernesto Gastaldi et Sergio Corbucci.

 

 

On a ici affaire à un giallo qui s'impose plusieurs temps morts entre les scènes d'action, un thriller horrifique intégrant des scènes de comédie, des passages plus "légers", dans lesquels Susan Scott excelle, et de ce fait le spectateur ne relâche pas complètement son attention. Aux côtés de l'actrice, on retrouve des acteurs ancrés dans le cinéma de genre, tels Simon Andreu ("La Mariée Sanglante"), Peter Martell ("Ciakmull") et l'incontournable Luciano Rossi, campant ici un tueur ricanant et lanceur de couteaux, parfaitement allumé, et dont on peut regretter qu'il n'apparaisse que dans le dernier quart d'heure. L'autre rôle féminin est dévolu à Claudie Lange, pas forcément connue, mais qui a tourné dans "Flashman contre les Hommes Invisibles" et "La Punition".
Même si l'on peut regretter qu'Ercoli ne prenne pas le genre giallesque complètement au sérieux, il n'en demeure pas moins que ce voyage "hallucinatoire" est fort sympathique, et au passage le metteur en scène ne manque pas d'égratigner notamment la presse à scandales et l'art moderne. Si l'érotisme est curieusement absent (Susan Scott est ici bien plus chaste que dans ses précédents gialli), on se rattrapera avec quelques meurtres bien ficelés, celui avec le gant serti de pointes, évidemment, mais aussi la chute d'un bad-guy depuis le toit d'un immeuble, qui verra l'inspecteur de police échapper de peu à une projection de cervelle.
Au final, on obtient un giallo sortant des sentiers battus, non exempt de défauts, mais fort recommandable.

 

 

Note : 7/10

 

Flint
 
En rapport avec le film :
 
 
Vote:
 
6.60/10 ( 15 Votes )
Clics: 4996
0

Autres films Au hasard...