Vue sur ténèbres
Genre: Horreur , Fantastique , Recueils de nouvelles
Année: 2011
Pays d'origine: France
Editeur: Chloé des Lys
Auteur: Romano Vlad Janulewicz
 

Après "petits papiers meurtris", voici donc le second recueil de nouvelles de Romano Vlad Janulewicz qui se nomme donc Vue sur ténèbres. On y trouve des textes plus ou moins long, principalement des nouvelles à chute, mais toujours du fantastique, de l'horreur et du thriller. Pas grand-chose de neuf à se mettre sous la dent, mais un recueil qui apporte tout de même son lot de surprise et de suspens.

Peut-on être père de famille et encore avoir peur du noir ? En tout cas, c'est le cas du héros de "Fiat Lux !" qui reste paralysé par la peur du monstre sous le lit et imagine le pire à chaque craquement nocturne de sa maison. Mais il n'a peut-être pas tort. On retrouve dans ce texte ce qui faisait la patte de l'auteur avec son quotidien qui bascule dans l'horreur sans prévenir.
Dans "messagerie express", un coursier fan d'une star américaine doit aller porter un colis durant son temps de pause... Un texte plus cynique qu'effrayant où l'auteur lâche vraiment trop d'hémoglobine dans le final. La chute est ici un peu gratuite et ne se justifie que par la volonté de l'auteur de donner dans la violence.
Dans "Frères de sang", des adolescent se retrouve après la mort de l'un d'entre eux, à devoir accomplir un mystérieux pacte. Une tension qui monte doucement, mais se retrouve brutalement interrompu par sa chute. Dommage, car le potentiel horrifique était là, même s'il reste une histoire d'amitié un brin morbide qui pimente un peu l'ambiance.
Dans "Gourmandise", un enfant raffole des oeufs en chocolat, mais sa grand-mère a décidé de le mettre au régime et de déguster elle-même quelques friandises... Mais elle aurait dû se méfier des surprises bien plus dangereuses que le chocolat pour la santé. Un texte fantastique où la gourmandise est un vilain défaut et l'envie est un péché mortel. Au sens propre.
De nourriture, il en sera aussi question dans le "Grand art du Sashimi"ou un jeune prodige réveille le sens des gourmets avec ses sushis et dans Délice des îles où un repas de fête est préparé. Deux textes où la cuisine est autant une culture qu'un héritage, même si la nourriture n'y est pas la même. Dans le premier, les conséquences seront assez étonnante, prenant un peu trop premier degré un célèbre dicton tandis que le deuxième nous rappelle que les coutumes n'ont pas que du bon.
Dans " Saveur vengeance", il ne sera pas question de nourriture malgré le titre, mais de vengeance tout de même, celle d'une femme et de son fils traquant les meurtriers de leur mari et père dans une étrange histoire de fantôme. Mafia russe et génocide bosniaque se croisent dans un thriller démoniaque à la chute trop didactique.
"Ad Vitam Aeternam" peut se prendre comme un hommage au Dracula de Stoker puisqu'on y retrouve une histoire de vampire et le côté épistolaire. Sentiment et manipulation vont se mélanger sans qu'on sache qui est la proie ou la victime ? Le rebondissement final nous le révélera de manière surprenante.
"La corne du "nous propose l'histoire d'un toréador dont la relation avec la femme s'envenime depuis qu'il a été blessé lors d'une corrida. Si ce n'est une référence à une toile de Goya, ce texte est malheureusement sans surprise.
Dans "Courant d'air", une ballade en bateau va tourner à la tragédie, surtout que les noyés sont revanchard. Un texte fantastique qui n'est pas sans évoquer les histoires maritimes de Lovecraft et où un élément aussi simple que le vent devient une menace surnaturelle.
Dans "Sérial qui pleure", un homme est bien décidé à rendre une visite meurtrière à sa voisine, mais il y a parfois une punition pire que la prison. Le vrai psychopathe de l'histoire n'est pas forcement celui qu'on croit au début. Un texte qui évoque vaguement la cruauté des contes de la crypte et trouve sa conclusion dans un final troublant.
Et pour finir cette chronique, deux chroniques courtes : "Carnaval" où une rupture tourne mal et le roi de la fête ne sera pas fait que de paille ainsi que "Business World" ou la dénonciation un peu facile des dégâts que peut entraîner le stress. Deux nouvelles classiques et courtes, gentiment cruelles, mais au final anecdotiques.

Un peu moins réussi que petits papiers meurtris, Vue sur ténèbres souffre surtout de ne proposer pratiquement que des nouvelles à chutes, mais également d'un fantastique un peu moins malsain, s'introduisant de manière plus directe dans le quotidien. Pourtant, certains textes comme Gourmandise ou Courant d'Air sont plutôt réussis et propose des émotions efficaces à défaut d'être originales.

Note : 7,5/10

 

Stegg

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'auteur :  http://blogoscriptorium.wordpress.com/

- Site de l'éditeur : http://www.editionschloedeslys.be/

Vote:
 
7.75/10 ( 4 Votes )
Clics: 2638
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Destin des Morts, Le Destin des Morts, Le
Et voici un nouveau roman fantastique chez Lokomodo qui s'intéresse donc aux maisons hantés et en possède quatre de différentes tailles, enfin quatre maison...
Rubedo, La conspiration des lumières Rubedo, La conspiration des lumières
  Depuis quelques années et plus particulièrement le "Da Vinci Code" de Dan Brown, le thriller ésotérique à la côte dans les librairies. Ce style de rom...
October Daye 1 - La Malédiction de la rose October Daye 1 - La Malédiction de la rose
Je ne vois pas plusieurs façons de le dire, donc je serai directe : je n'ai pas vraiment apprécié ce roman.   Pourtant, le prologue était sympa et assez ...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...