Notre Reine des Neiges
Titre original: Our Lady of the Snow
Genre: Fantasy
Année: 1998
Pays d'origine: Angleterre
Editeur: Nestiveqnen
Auteur: Louise Cooper
 

Nanta est une jeune femme comme les autres, sans doute un peu plus belle et docile, peut-être, mais elle coule à l'Académie des jours heureux, passés avec d'autres jeunes femmes dans l'austérité et la discipline et voués à la pratique du chant. Pour Nanta, c'est l'existence paisible qu'elle aime, loin des tracas de la vie extérieure et des cours, toute de musique, de chant et de stricte obéissance.
C'est pourquoi elle ne saisira pas la raison de son retrait de l'Académie afin de lui faire intégrer le Sanctuaire, lieu saint entre tous, dévoué au culte exclusif de la Reine des Neiges, déesse toute puissante.
Nanta a été élue parmi de nombreuses jeunes femmes de la noblesse du Royaume par les plus puissants de Vyskir, choisie en grande partie pour sa docilité et sa complaisance à l'ordre. Car elle doit en effet être à son insu le jouet d'une infâme machination organisée par la famille de l'Empereur et par les plus hauts ecclésiastes afin de masquer le plus terrible des secrets royaux qu'elle sera peu à peu amenée à découvrir. Presque malgré elle, Nanta va ainsi être faite Impératrice après une stricte éducation au Sanctuaire car son rôle sera d'épouser le Prince Osiv, l'aîné de L'empereur Arctor IX mourrant, et donc appelé à régner dans un futur très proche.
Mais voilà , ce mariage ne sera qu'une vaste mascarade sensée conserver les apparences d'un règne hors norme car le Prince Osiv est incapable de régner sur le royaume de Vyskir : atteint par une grave maladie congénitale, le futur Empereur est en effet un idiot, un enfant de cinq ans dans un corps d'homme, incapable de grandir et d'évoluer mentalement; un enfant qui ne rêve que de sucreries, de câlineries, de jouets et qui bave lorsqu'il est sur le point de faire un caprice, et ce notamment au cours des longues et ennuyeuses cérémonies officielles.
Alors comment sauvegarder les coutumes et l'honneur royal ? Comment masquer la tare du Prince appelé à régner et lutter contre les invasions en cas de suspicion de déficience de l'Autorité impériale ? En lui faisant épouser une jeune femme docile bien sûr, en sacrifiant l'existence de cette femme en la condamnant à un simulacre de mariage et en lui conférant une puissance uniquement d'apparence puisque c'est le Prince Kodor, le cadet de L'Empereur, qui règnera en fait sur le Royaume, accompagné de sa nouvelle femme, la redoutable et ambitieuse Pola.
Nanta, si elle ne se révolte pas, sera donc toute sa vie confinée dans ses appartements impériaux, condamnée à jouer les bonnes d'enfants avec un adulte privé de maturité, privée à jamais d'amour et de liberté...
Mais Nanta fait pourtant d'étranges rêves, des rêves dans lesquels la Reine des Neiges lui apparaît, morte, étendue dans son linceul de glace. Les lutins des glaces, messagers et serviteurs invisibles de la Dame, viennent aussi la visiter pour l'avertir d'un péril imminent en l'absence de la dame des neiges. Mais privé de la déesse, pourquoi le culte continuerait-il à s'accomplir ? Et que signifie pour les humains la mort d'une déesse immortelle? Et pourquoi Nanta est-elle le réceptacle d'un tel savoir ?

L'intrigue de Notre Reine des Neiges est donc considérablement complexe, toute de mystère, de révélations, de machinations, de magie et de poésie. Cet ouvrage de Fantasy est en effet totalement atypique par rapports à ses homologues et l'on est entraîné au fil des pages dans un cercle infernal de révélations et d'engourdissement, à l'image de ce climat tout de neige et de froidure où les âmes se perdent à jamais et où les aurores boréales éveillent les sens à une magie au-delà de la compréhension humaine.
Cet ouvrage est vraiment d'une rare beauté, le style est délicat et envoûtant et jamais on ne s'ennuie alors que le sujet se déploie quant à lui très lentement, dans une délicatesse et une élégance qui pourraient lasser si Louise Cooper n'était pas une aussi grande conteuse. Plus l'ouvrage avance, plus la magie et la féerie se développent, et l'on passe à pas feutrés d'intrigues de cour complexes à la poésie envoûtante de la Reine des Neiges et de sa cour où notre coeur ne peut s'empêcher d'errer dans l'univers verglacé des contes d'Andersen et surtout au sein de l'imagerie du conte du même nom.
Les vastes étendues de neiges et de glace sont à l'image de la froideur des coeurs des plus grands du royaume et le pouvoir, aux mains des ecclésiastes avides de gloire et d'une magie hors de leur portée, crée une dichotomie parfois un peu manichéenne entre pureté de la magie des immortels et concupiscence humaine, mais cela marche. On est réellement emporté loin, vraiment très loin, dans un univers de fantasmes où l'imagerie nordique et les légendes scandinaves se déploient à merveille, loin des archétypes de la Fantasy et de la magie habituelle.
Universellement reconnue pour sa trilogie Le maître du temps, Louise Cooper signe ici un excellent roman qui n'a pas à pâlir de la comparaison et qui me paraît l'ouvrage idéal pour quiconque souhaiterait se réconcilier avec la Fantasy et pour quiconque voudrait se départir de l'image "héroic fantasy" des clichés habituels du genre.
A lire donc absolument pour un dépaysement total et une plongée au coeur d'un univers merveilleux emplis de grâce et de beauté.

Note : 9/10

 

Chaperon Rouge

 

A propos de ce livre :

 

- Site officiel : http://www.nestiveqnen.com/

Vote:
 
7.29/10 ( 7 Votes )
Clics: 3022

2 commentaire(s) pour cette critique

Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Sang des morts, Le Sang des morts, Le
Un informaticien atteint de nombreux tocs se fait enlever par une mystérieuse femme, lui annonçant qu'elle le protège alors qu'il se rend chez son employeu...
Transition Transition
  Un petit groupe d'individus, pilotés par le Concern,  a enfin trouvé le moyen de voyager dans le temps et dans l'espace : non seulement notre réalité n...
Mystère du Chêne brulé, Le Mystère du Chêne brulé, Le
Le calme semblait être revenu dans les bois des Monts-Noirs et le couvent de Sainte-Radegonde connaît un ère de paix sous la direction pleine de piété de...

Autres films Au hasard...