Prysmes
Genre: Fantastique , Recueils de nouvelles
Année: 2009
Pays d'origine: France
Editeur: Le Calepin Jaune
Collection: Passe Velours
Auteur: Charlotte Bousquet
 

J'avais envie de commencer cette chronique en vous citant des passages du livre, juste pour que vous puissiez les lire à haute voix. Mais cela devenait impossible, il aurait fallu que je choisisse et au final, c'est tout le livre que j'aurai recopié ici. Car c'est ça l'écriture de Charlotte Bousquet : un envoûtement. Une fois commencé, impossible de s'arrêter, on s'extasie devant les phrases, les mots et les situations. Prysmes, comme toutes les oeuvres de l'auteure, se lit à haute voix et dans le silence complet, j'allais dire presque religieusement. Depuis que j'ai découvert l'univers de Charlotte Bousquet, que se soit en fantasy ou bien quand elle parle des vampires, je suis toujours captivé comme aucun autre auteur n'arrive à me captiver. Je n'arrive pas à comprendre comment elle arrive à écrire de cette façon, car le "style Bousquet" c'est inimitable, c'est unique et pour ma part je dirais que c'est fabuleux !

Prysmes c'est encore une fois une pièce d'orfèvrerie, un diamant dans lequel passe toutes les sensations, qu'un feu étrange, celui de l'Espagne peut-être puisque ce recueil de nouvelles s'ouvre sur deux textes se passant dans ce pays, éclaire pour nous offrir un arc en ciel sombre et toute sa palette de beauté. C'est un homme dans une arène affrontant un taureau qui n'est pas celui que l'on croit ("D'or et de sang)", c'est un homme amoureux d'une femme étrange faite des flammes de la passion ("La Bailadora"), ou bien encore la mort et son cortège de regrets ("Plus jamais)...

La mort ?! Oui elle plane sur le recueil, et ce dès la couverture superbe de Jijicé, un mémento mori... La mort comme cette femme qui suit dans un cimetière un oiseau étrange ("Plus jamais"), une nouvelle qui pourrait rappeler le film The Crow... Une femme encore qui a vendu son âme pour un amour et qui voit venir la fin de sa vie plus vite qu'elle ne l'aurait cru ("Ultima Negat").

La nouvelle la plus touchante parle encore de la mort : "La dernière chevauchée". Dans cette nouvelle, on sent tout l'amour que Charlotte Bousquet porte aux chevaux et toute la réflexion que l'auteure mène sur la mort... Superbe ! Une nouvelle que j'ai lue deux fois, pour le plaisir et encore une fois pour la beauté du texte !


Les 11 textes qui habitent ce superbe recueil nous parlent de femmes amoureuses à en mourir, à s'en damner, nous parlent d'hommes blessés ou fascinés par la femme à tel point qu'ils les collectionnent comme des statuettes et qu'ils ne préfèrent n'en garder que les os ("Livides Sculptures", "Le collectionneur") Les os ? On en revient au memento mori... A la mort. Il plane sur les nouvelles de Charlotte Bousquet comme un parfum de gothisme noir et sombre, un parfum de vieux cimetière, de damnation et de malédiction. Dans l'univers de Charlotte Bousquet, il n'existe pas d'innocence. C'est d'ailleurs le titre d'une de ses nouvelles, où une enfant ne sait pas comment s'y prendre pour laisser chanter la beauté nous montrant que l'inhumanité n'habite pas que des vieux corps et peut-être que la seule innocence qu'il existe est dans la beauté naturelle ! ("Innocence")

La mort ! Comme une souffrance, comme la seule certitude, comme un flot de souvenirs vécus pour une dernière fois. Prysmes a la beauté de l'angoisse, a la subtilité du noir dont se drapent les pires instants, l'ouvrage a la beauté enivrante d'une femme qui dance et qui vous hypnotise...


Devant tant de beauté on est en droit de se demander comment Charlotte Bousquet fait pour créer de tels paysages, de tels personnages. Si vous lui demandez, pas sûr qu'elle vous réponde... A moins qu'elle ne l'ait déjà fait ici dans la nouvelle "Sang d'encre". Et si écrire c'était vivre, ou plutôt survivre ? Et si votre sang était fait d'encre et que le seul moyen de survivre (encore !) était de réguler ce flot noir qui coule dans vos veines, qui inonde votre cerveau, qui vous tue et guérit en même temps ? Ecrire pour survivre...

Vous l'aurez compris, Charlotte Bousquet m'a encore une fois subjugué. Et en plus, l'ouvrage est superbe, accompagné de magnifiques et sombres illustrations de Jijicé et Estelle Vals de Gomis, qui illustrent admirablement les textes de l'auteure. Le calepin Jaune édition nous offre ici un livre à ne pas manquer, à n'absolument pas manquer même, pour qui aime la finesse du macabre, pour qui aime plonger avec délices dans des sensations étranges, des parfums enivrants et pour qui n'a pas peur de regarder en face et de soutenir le regard de la mort... 11 nouvelles superbes, 11 nouvelles au style inimitable... Charlotte Bousquet nous offre une fois de plus un petit bijou !

J'ai appris entre temps, que les Editions Du Calepin Jaune allaient être mises en « sommeil »... Mais vous connaissez comme moi l'histoire : n'est pas mort ce qui a jamais dort et même avec le temps la mort peut mourir... Le Calepin Jaune nous a offert des livres superbes et celui-ci ne déroge pas à la règle. Merci à eux et n'hésitez pas, il n'y a que peu de tirages de Prysmes !!


Note: 9/10

Le Cimmerien

Vote:
 
7.80/10 ( 5 Votes )
Clics: 2758
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Fils-Des-Brumes 1 - L'Empire Ultime Fils-Des-Brumes 1 - L'Empire Ultime
Depuis plusieurs siècles, le Seigneur Maître règne par la terreur sur l'Empire-Ultime, un monde recouvert par des brumes que le soleil peine à traverser. ...
Zâa 1 - Le Passeur Zâa 1 - Le Passeur
Michel Quintin nous propose aujourd'hui une série en six volumes, "Zaa", dont les deux premiers reprennent une publication de 2007 de chez Milan jeunesse "Le...
Succubus Shadows Succubus Shadows
Cinquième et normalement avant-dernier tome des aventures de la belle Georgina Kincaid, succube au service de l'enfer, libraire et déprimée chronique, Succ...

Autres films Au hasard...