Histoire de Peter, L' : La résistance
Titre original: The resistance
Genre: Anticipation , Littérature Jeunesse , Science-fiction , Dystopie
Année: 2008
Pays d'origine: Angleterre
Editeur: Naïve
Auteur: Gemma Malley
Traducteur:
Nathalie Peronny
 

Aujourd'hui, la littérature adolescente recèle de véritables petits bijoux. Les collections se sont multipliées et les romans proposés sont d'une qualité bien supérieure à ce qui était offert sous cette étiquette il y a une vingtaine d'années.

A tel point que les adultes (comme moi) peuvent déclarer éprouver (sans honte) un plaisir véritable à délaisser par moment les livres qui leur sont destinés. Une occasion aussi pour eux de pouvoir partager avec leurs enfants.

"La résistance" confirme l'excellente qualité de la série d'anticipation de Gemma Malley aux éditions Naïve.

Ce roman représente une véritable alternative dans une atmosphère saturée ces derniers temps de récits de fantasy ou de fantastiques. Le succès commercial incontesté d'Harry Potter et celui plus récent de Twilight ne sont pas étrangers à cet état de fait.

"La Résistance" se déroule quelques mois après "La déclaration", première oeuvre de l'auteure britannique.

Ce volume nous replonge dans le monde d'Anna, qui suite à sa rencontre avec Peter a vu définitivement modifier sa vision du monde.

En 2150, en Angleterre, la mort n'existe plus, grâce à la Longevité, un médicament qui assure, à ceux qui suivent le traitement, la vie éternelle. Matières premières et ressources énergétiques venant à faire défaut, cette innovation n'a pas tardé à entrainer la mise en place par les autorités d'une politique de natalité drastique.

Pour accéder à l'immortalité, les couples sont dans l'obligation de signer un contrat par lequel ils s'engagent à ne plus avoir d'enfants. Les contrevenants se voient emprisonner et leurs enfants déclarés "surplus". Mis au ban de la société, les meilleurs d'entre eux sont formés pour devenir les domestiques des citoyens légaux.

Tout comme Anna, avec qui il vit désormais, Peter a vu son statut de surplus se transformer en celui d'homme libre à la suite des événements retranscrits dans "La déclaration".

Il a découvert qu'il était le petit fils de Richard Pincent, PDG de l'entreprise qui fabrique la Longévité©. Cet homme puissant et influent lui propose de l'embaucher dans son usine. Bien qu'il éprouve une immense répugnance envers la famille Pincent et la politique qu'elle aide activement à mettre en place (qui lui ont gâché la vie), Peter accepte.

Membre actif du réseau souterrain qui lutte pour que la nature retrouve ses droits et que ceux qui le désirent puissent avoir des enfants, il espère arriver à saboter de l'intérieur Pincent Pharma; c'est sans compter sur les intentions de son machiavélique grand-père.


"La résistance" n'est pas une simple suite, et ce nouvel épisode se révèle, pour ce qui est de sa structure, très différent du précédent.

"La déclaration" met en avant le personnage d'Anna. L'histoire est exposée, de façon originale, en grande partie, au travers la retranscription du journal intime de cette jeune fille, renvoyant à un autre essai du genre ("Le journal d'Anne Frank").

Ce livre s'apparente à un récit initiatique dans une ambiance particulière, celle de Grange Hall, une sorte d'orphelinat assez particulier régit par des adultes sadiques et pervers, adeptes des châtiments corporels. On y trouve des références à des récits plus classiques tels que "Oliver Twist" de Charles Dickens.

L'émoi naissant d'Anna pour Peter est également une des clefs de voute de l'ouvrage. Ceci est moins vrai pour "La résistance", sous titré "L'histoire de Peter".


Cette histoire de Gemma Malley n'est pas sans me rappeler la célèbre dystopie "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley, ce qui est d'autant plus vrai que ce second roman met plus en avant les laboratoires scientifiques de Pincent Pharma.

J'y trouve également un léger soupçon de l'état totalitaire décrit par George Orwell dans "1984", notamment au travers du nouveau personnage de Jude, le demi-frère de Peter, dont on ignore les véritables intentions pendant longtemps. Ses connaissances en informatique vont donner du fil à retordre à Paul le chef de la Résistance.

Une ambiance que l'on retrouve un peu dans "Ceux qui sauront" de Pierre Bordage (Flammarion), œuvre également estampillée littérature jeunesse.

Un récit qui sensibilise sur les droits et les libertés qu'il ne nous faut pas oublier sous peine de se les voir ravir par des gouvernements peu scrupuleux. Une critique de notre société où l'apparence compte plus que d'autres valeurs bien plus nobles. On peut ici faire un parallèle avec "Uglies" de Scott Westerfeld (Pocket Jeunesse).

"La résistance" développe certaines des zones restées obscures dans "La déclaration", tels les effets secondaires de la LongévitéC, et les véritables enjeux du lancement d'une nouvelle version de ce produit. C'est, encore une fois, bien plus qu'une suite linéaire.

En résumé, d'avantage de personnages masculins, plus de suspens et encore plus d'actions, sans laisser pour autant de coté tout l'aspect psychologique qui caractérisait déjà "La déclaration".

Peter, tout comme Anna, doit faire face à un certains nombre de situations qui ne manqueront pas de le tourmenter, le faisant douter. La jeune fille n'est pas non plus épargnée. Des personnages déjà vu réapparaissent donnant une cohérence à l'ensemble et assurant un grand nombre de rebondissements.

Une véritable réussite, qui ravira les vrais et "faux" adolescents. Une série à découvrir incontestablement.


Note : 8/10

Ludo

 

A propos de ce livre :

 

-  Site de l'éditeur : http://www.naive.fr/

Vote:
 
4.50/10 ( 2 Votes )
Clics: 4720
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Manhattan Stories Manhattan Stories
Le genre qui marche le mieux en imaginaire en ce moment semble être le polar ! Si ce mauvais genre n'appartient pas à ceux de l'imaginaire, il est pourtant ...
Le Batard de Kosigan – L'Ombre du pouvoir Le Batard de Kosigan – L'Ombre du pouvoir
Pierre Cordwain de Kosigan est un bâtard et un homme à la tête d'une compagnie de mercenaire, dont les missions lui ont permis de se faire de nombreux enne...
Morts Dents Lames Morts Dents Lames
Pourquoi lire Morts dents lames aux éditions La Madolière ? Tout d'abord pour l'illustration de couverture réalisée par le talentueux Bastien Lecouffe Dehar...

Autres films Au hasard...