Sukran
Genre: Uchronie , Science-fiction , Thriller-Polar
Année: 1989
Pays d'origine: France
Editeur: Gallimard
Collection: Folio SF
Auteur: Jean Pierre Andrevon
 

Depuis un certain temps, Roland Cacciari traine la savate dans un Marseille futuriste à moitié envahi par les eaux et faisant ressembler la ville phocéenne à une Venise  sombre. Depuis la fin de la croisade occidentale au Moyen-Orient qui s’est soldée par un échec et de nombreux morts, Roland joue du guitarion devant les Fast Food et les bars mal famés. Un soir, alors qu’il s'en retourne vers son appartement minable, il est témoin d'une bagarre entre une jeune prostituée et des magrébins. Il faut dire que dans ce monde les tensions entre communautés sont vives et l'on ne se mélange pas. Roland décide d'intervenir et de défendre la jeune femme. Mais bientôt, surgissant de l'ombre, Potemkine et sa bande, des genres de Skinhead. Le géant Potem remarque alors Roland, car il faut dire que tout frais revenu du front et de cette absurde Croisade, le jeune garçon sait se battre...

A la suite de cela le jeune homme est engagé par Legueldre un riche industriel. Son job consiste en la surveillance d'entrepôts. Dans un premier temps Roland se montre très zélé et il devient chef de la surveillance. Mais qu'est-ce qui se cache derrière ces entrepôts ? Mais ça bouge, ça à l'air vivant !? Et pourquoi, à plusieurs reprises, tente-t-on d'assassiner Roland ? A tous les coups, cette affaire n'est pas claire... Et puis Roland n'est pas toujours le bienvenu, surtout quand il croise le chemin de ce Krüger, un type fait de métal et de rajouts plus robot que homme et au passé sombre. Bientôt Roland comprend qu'il a mis les pieds dans un engrenage plutôt malfaisant et malsain et qu'après tout il vaut peut-être mieux être musicien itinérant qu'un salaud...


Encore une fois les écrits de Jean Pierre Andrevon font mal, très mal, il vous retourne l'estomac et c'est un vrai brûlot antiraciste que nous livre ici l'auteur. Mais comme à son habitude, Andrevon fait preuve d'une intelligence et d'une analyse phénoménales où rien n'est tout noir, ou rien n'est tout blanc mais où le monde est gris et va mal...

Sukran est construit comme un vrai polar tant dans le ton que dans les actions musclées et bientôt Roland découvre, le lecteur avec lui, une vérité atroce qui pourrait bien plonger le monde dans une nouvelle guerre mondiale dans laquelle seuls les gouvernements et les industriels trouveraient leur compte. Etrangement Sukran, pourtant publié bien avant le 11 septembre, semble prophétiser la catastrophe à venir et très vite le roman fait froid dans le dos et même effrayera le lecteur le plus endurci...

Andrevon, nous livre ici une œuvre passionnante, oscillant donc entre polar et science-fiction, manipulation des corps et des esprits, apparition de zombies et scènes d'actions digne d'un grand film Hollywoodien. D'ailleurs, l'auteur n'hésite pas à ponctuer son récit de références cinématographiques plutôt bienvenues. Le ton employé rappelle les auteurs les plus contemporains de roman policier et on suit avec le plus grand plaisir les difficultés du personnage principal. On y retrouve même des femmes fatales, des histoires d'amour qui vous apportent surtout des bleues au cœur et des vraies "tronches" de bandits. Au début je craignais surtout pour le cadre et je n'imaginais pas que la première ville du sud pouvait offrir un cadre aussi superbe à un roman de SF. Je me trompais, et au milieu des odeurs de Kebab et autres, Andrevon nous décrit une ville étrange qui rappelle les pires moments de la French Connection en tristement plus raciste.


Au final, Sukran, s'avère être une lecture à la fois facile et touchante, un roman d'action et en même temps une œuvre de politique fiction qui passionne par le ton employé, loin des clichés généralement utilisés par les auteurs écrivant ce genre de récit. Une lecture à la fois intelligente et sérieuse, mais qui ne lasse pas, n'ennuie pas, qui permet de passer un bon moment pour qui aime la littérature policière et la science fiction et en même temps Sukran fait réfléchir sur le devenir du monde, sur les manipulations politiques et ce fichu racisme qui vient abîmer nos vies et notre quotidien. Du grand Andrevon !

Ah et au fait, comment dit on merci en arabe ? Ah oui, Sukran monsieur Andrevon!


note : 9/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'auteur : http://jp.andrevon.com/

- Site de la collection : http://www.gallimard.fr/foliosf/

Vote:
 
6.00/10 ( 3 Votes )
Clics: 2977
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Lavandières de Broceliande, Les Lavandières de Broceliande, Les
  Dans "les lavandières de Brocéliande" Edouard Brasey revisite avec maestria le genre du "roman terroir" pour, presque, en faire un roman policier : au cou...
Retour à Salem 1 - L'Ordalie Retour à Salem 1 - L'Ordalie
De nos jours aux Etats-Unis, Kathleen part en guerre contre les policier responsable de la mort de sa mère et n'hésite pas à user la magie vaudou pour arri...
Succubus Shadows Succubus Shadows
Cinquième et normalement avant-dernier tome des aventures de la belle Georgina Kincaid, succube au service de l'enfer, libraire et déprimée chronique, Succ...

Autres films Au hasard...