Ange de la nuit 2, L' - Le choix des ombres
Titre original: Shadow’s Edge,
Genre: Fantasy
Année: 2009
Pays d'origine: USA
Editeur: Bragelonne
Auteur: Brent Weeks
Traducteur:
Olivier Debernard
 

Il y a quelque temps, je découvrais ce qui était pour moi une véritable révélation, une claque en matière de fantasy, un véritable chef-d'œuvre sombre, noir, torturé, violent, intelligent, bref une œuvre immanquable : le premier tome de la trilogie de "l'Ange de la nuit"!  Je ne vivais plus alors qu'avec l'idée de pouvoir un jour lire la suite. J'ai guetté des jours entiers, tel le drogué de base, les rayons de mes libraires préférés en attendant cette suite des aventures d'Azoth, devenu Kylar, le pisse culotte puis la légende, c'est-à-dire l'Ange de la nuit, le tueur implacable, celui qui libérera les peuples. Il est là ce second tome, "Le choix des ombres", je l'ai lu et même si j'émettrai quelques petites réserves, cette trilogie reste l'une des meilleures que j'ai pu lire ces dernières années, un vrai bijou, et maintenant j'attends avec la plus grande fébrilité le dernier tome qui devrait bientôt arriver. Mais pour l'instant je m'en vais vous parler de ce chef-d'œuvre, second tome donc des aventures d'un jeune gamin devenu le plus grand des pisses culottes, une légende de la nuit, un tueur implacable...


Quand débute ce second tome de l'œuvre de Brent Weeks, Kylar Stern a renoncé à sa vie d'assassin. Il faut dire que les choses ont changées autour de lui et pas qu'en bien. Le pays a été envahi par les armées de celui qui se fait appeler le roi-dieu, Garoth Ursuul. Kylar fuit avec sa femme, Eléne, la ville de Cénaria. Déjà avant l'invasion, Cénaria était atroce, divisée en deux,  avec d'un côté les riches et de l'autre côté le dédale, des rues sales ou règnent la prostitution, le meurtre et où survivre est un effort de tous les jours. Ce coin de la ville est sous le contrôle du Sa'Kagué, groupuscule étrange qui essaie de contrôler ce bouge atroce et des milices qui le peuplent. Mais maintenant que reste-t-il de cette organisation alors que la ville est contrôlée par les armées de Graoth Ursuul, des hommes qui ont pour passion la torture, qui ne jouissent qu'en frappant et violentant femmes et enfants? Kyllar s'en fiche, il part avec Eléne, une jeune femme qu'il a rencontrée dans le premier tome, une jeune femme défigurée qui a été violentée et que Kyllar aime et à qui il a juré de changer. A-t-il d'autres choix? Son maître, ami et père adoptif Durzo Blint est mort et ce qui avait été un drame dans le premier tome laisse ici notre Kyllar orphelin et rongé par le remord. Mais qui sont aussi ces étranges hommes qui sont apparus et qui sont à la quête d'une épée magique? Et quelles sont ces nouvelles facultés que possède Kyllar? Oui, il n'est plus ce qu'il était, il a compris dans la mort et la souffrance qu'il était l'Ange de la nuit, qu'il possédait l'un des ka'kari, artefact puissant qui, si l'on s'en empare, donnerait à son possesseur une force surhumaine et qui couplé à d'autre Ka'kari permettrait de posséder une magie destructrice comme jamais vue! Oui tout cela peut paraître un brin complexe dit comme cela dans une chronique, mais ça ne l'est pas si vous avez bien lu le tome 1 et au contraire c'est passionnant car il se met alors en place de nouvelles conspirations, de nouveaux mystères qui vont déclencher dans ce tome encore bien des horreurs et bien des abominations (je pèse mes mots certains passages sont véritablement violents!). Pour l'heure, Kyllar essaie de mener une autre vie, d'oublier ces pouvoirs et son passé. Mais ce que vous êtes réellement vous rattrape toujours, et d'autant plus quand le sort du monde est entre vos mains!

Il est évident qu'après un premier tome comme celui que venait de nous offrir Brent Weeks, le passage au tome 2 pouvait s'avérer un peu difficile, d'autant que dans ce second tome l'auteur fait des choix narratifs un peu déstabilisants. Il était difficile de maintenir toute la pression qu'il avait réussi à créer dans son premier chef-d'œuvre. Et bien c'est en grande partie réussi ici. Brent Weeks fait le choix de laisser Kylar un peu de côté, ce qui est troublant, pour s'attacher à d'autres personnages qui étaient apparus à la fin du tome précédent ou bien même qui était secondaires. Le personnage qui l'emporte ici c'est Logan le roi déchu que tous croient mort et que le peuple pourtant attend encore. Logan passe la moitié du récit dans une geôle étrange et atroce. Un trou que l'on appelle tantôt la bouche de l'enfer ou le trou du cul du diable. Ca vous donne une idée du lieu et une idée du style Brent Weks ! Oui, l'auteur ne recule devant rien et même sur certains passages, les Clive Barker ou Graham Masterton peuvent aller se rhabiller. L'horreur est omniprésente et "Le choix des ombres" tient ses promesses en matière de scènes chocs. Logan, pour survivre, va devoir tuer mais aussi manger ses congénères, boire de l'urine, le tout pour survivre dans cet étrange trou qui semble être habité par d'autres abominations et pas toutes humaines. Brent Weeks a un style bien particulier et il s'avère un grand, très grand dialoguiste. Il ne recule devant rien tant dans l'absurde atrocité que dans le choix de ses mots qui nous plongent dans un monde sombre que je qualifierais de dark fantasy.

On se tue, on se viole, on se torture et l'auteur réussit particulièrement bien ses personnages méchants ou tourmentés. Il en est deux qui sont passionnants : le roi dieu, Garoth Ursuul qui, avec la description que nous en fait Brent Weeks, devient une sorte de monstre humain et Vi la pisse culotte plus ou moins possédée et qui cherche la rédemption. Ce thème semblant être d'ailleurs la base de ce tome. Un personnage torturé qui amène le lecteur à réfléchir sur le bien, le mal, le beau et le laid. Passionnant et intelligent. Garoth Ursuul, nouveau roi, monstre donc, permet à l'auteur de se laisser aller dans l'horreur la plus froide et la plus malsaine avec viols et torture à l'appui encore une fois.

Mais bien évidemment il n'y a pas que ça dans "Le choix des ombres". Brent Weeks délaisse un peu le côté suspens et "Twist" sans fin qu'il y avait dans le premier tome pour nous plonger dans une fantasy barbare (malgré le début un peu gentillet), guerrière et pourquoi pas héroïc fantasy. Les dernières pages sont dignes d'un Howard ou d'un Gemmell avec le style Weeks en plus! Une bataille va faire rage. On est donc sur le champ de bataille où sorciers et créatures démoniaques luttent de concert. La description de Brent Weeks rend bien sûr compte du choc des lames et des armures mais aussi du goût du sang, de l'urine car les hommes qui ont peur se pissent dessus (c'est lui qu'il dit!) et de la sueur... Un combat qui n'est pas fait que de courage! Superbe!

Surtout que dans ce tome c'est surtout sur les combats et l'action que Brent Weeks se concentre et il le fait génialement bien. Il n'y a que chez les grands auteurs que l'on retrouve cela!

Mais bien sûr derrière, avec ces scènes de violences démesurées et  de grandes batailles, Brent Weeks n'en délaisse pas pour autant les intrigues et surtout les mystères autour de la magie et de cette épée étrange, artefact convoité par tant de monde. Et puis qu'est vraiment la magie de Kyllar? Et si d'autres possédaient son pouvoir ? C'est tout une étrange mythologie que Brent Weeks recrée pour nous, devant nos yeux ébahis!


Il va pour moi être l'heure de conclure tout en sachant que je ne peux pas vous en dire plus mais j'espère quand même vous avoir donné envie de lire cette trilogie époustouflante à la fois dark, héroïc, magique, une fantasy qui se joue des codes, des cadres établis par le genre et qui plaira autant aux amateurs de fantasy bien sûr mais aussi d'horreur ou bien d'œuvres plus complexes. Il y a tout chez Brent Weeks et tout est bon! Il y a des scènes fortes, très fortes, comme cette nuit sanglantes où toutes les prostitués de la ville égorgent les hommes, il y a des grandes batailles et de grand sentiments qui posent bien des questions et qui donnent bien des bleus à l'âme. Et si Brent Weeks avait tout simplement écrit l'œuvre de fantasy quasi parfaite ? Seule réserve sur ce tome, c'est que l'on suit beaucoup de personnages et beaucoup d'aventures différentes et j'aurai préféré pour ma part un peu plus de détails. Mais bon "L'ange de la nuit" reste pour moi la grande réussite en matière de fantasy actuelle!

 

Note : 9/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- site de l'auteur : http://www.brentweeks.com/

- Site de l'éditeur : http://www.bragelonne.fr/

Vote:
 
8.17/10 ( 12 Votes )
Clics: 3853
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Chimères d'Albâtre Chimères d'Albâtre
Lire "Chimères d'Albâtre", c'est pénétrer une nuit sombre au goût de sang, c'est avancer dans des forêts étranges et rencontrer des femmes mystérieuse...
Âmes de verre Âmes de verre
Si depuis "Neverwhere", Londres semble être devenu la capitale européenne de la fantasy urbaine, peu de villes de cette grande région semble avoir inspiré...
Hide-Out Le Sanctuaire Hide-Out Le Sanctuaire
Christopher Kidd croit avoir trouvé un havre de paix auprès de Jeremiah Jones et de ses deux enfants dont sa fille qui ne le laisse pas indifférent, mais p...

Autres films Au hasard...