Nereliath
Genre: Fantasy , Heroic Fantasy , Pirates
Année: 2010
Pays d'origine: France
Editeur: Asgard
Collection: Reflets d'Ailleurs
Auteur: Simon Sanahujas
Illustrateur: Alödâh
 

La naissance d'une nouvelle maison d'édition est toujours un moment de grande émotion, surtout quand son premier bébé est d'une telle qualité ! Si l'on me demandait aujourd'hui pourquoi j'aime la littérature, pourquoi j'aime l'imaginaire, je répondrai : parce que Nereliath. Ou si l'on me demandait encore qu'est-ce que pour moi l'héroïc fantasy (genre que j'aime par-dessus tout) je vous répondrais à nouveau : Nereliath ! Lorsque que gamin je découvrais Elric, Aragorn et bien sûr et surtout Conan, tout autour de moi s'arrêtait, le monde pouvait s'écrouler, j'étais en Cimmérie, j'étais à Ménilboné, et je peux aujourd'hui rajouter à mes plus beaux voyages : Nereliath! Désolé, je ne vous ai ramené aucune "carte postale", mais l'on ne ramène pas ce genre de choses de Nereliath, on ramène le parfum d'une femme à peine entrevue, la sueur récoltée au cours d'un rude combat, le gout de l'immensité, de l'aventure infinie! Ca se vit tout simplement et tant qu'il y aura des livres de la sorte, il y aura de la vie!

Le héros s'appelle Karn et par un malencontreux hasard il se trouve sur le mauvais bateau au mauvais moment. On est dès le début plongé en plein cœur d'une scène d'action, un abordage, un monstre marin et voilà le pauvre Karn jeté à la mer. Ca donne le ton et surtout dès le début on comprend que la plume de Simon Sanahujas n'est pas là pour nous parler poésie fleur bleue, mais que c'est le glaive qui va parler bien plus souvent que le reste.
Après cet abordage, Karn est très vite repêché par des pirates et il s'en va gouter un peu au plaisir de la liberté, de cette liberté qui gonfle les voiles des navires et vous offre l'illusion de décrocher l'horizon, de cette liberté qui même à fond de cale plié en deux en train de suer sur des rames, vaut tout l'or du monde. Mais ce trésor là ne suffit pas à notre aventurier! Bientôt tous les royaumes des mondes connus envoient en pleine mer des bateaux à l'endroit même où Karn a été attaqué par ces monstres marins et voilà ce dernier promu chef d'équipage conduisant L'Inaliénable (le bateau pirate) dans une formidable et génialissime course au trésor! Néréliath devient le croisement improbable entre Pirate des caraïbes et 300, comme si Jack Sparrow avait été remplacé par Schwarzenegger lui-même! Action, aventure, mystère tout y est! Il n'y a pas de mots pour dire ce que j'ai ressenti à la lecture de ce roman absolument époustouflant et spectaculaire. Je n'avais pas lu ce genre de choses depuis ma découverte d'Howard qui bien sûr est la principale source d'inspiration de Simon Sanahujas. C'est un magnifique roman d'aventures avec tout ce qui se fait de mieux dans le genre, des gros méchants, des durs, des femmes, de la baston, du mystère, bref du grand art! Sitôt le livre ouvert impossible de le refermer. Je suis redevenu le temps de la lecture un gamin, je vivais d'improbables péripéties. Nereliath ne se lit pas, il se vit. On le prend en pleine tête, il vous bouge, vous remue et vous invite à un fabuleux voyage immobile.
Le roman doit beaucoup à l'écriture de Simon Sanahujas, une écriture qui sent le mauvais vin, la sueur, les femmes faciles, une écriture de mec mais qui n'est pas non plus sans une certaine poésie et sans une intelligence absolument folle! Alors oui, c'est très clairement inspiré par Howard, peut-être trop parfois même si moi ça ne pas gêné plus que ça, au contraire, c'est souvent violent, les corps sont déchirés, coupés en deux mais on est dans la vraie héroïc fantasy et ça c'est bon car c'est rare, voire quasi introuvable à part chez Howard lui-même bien sûr et chez Gemmell. Et sincèrement, Simon Sanahujas est avec Nereliath de la même trempe que ceux susnommés. C'est vous dire la qualité!
De la vraie héroïc fantasy disais-je donc, soit un vrai héros comme vous et moi ou presque. Pas de magie, pas de pouvoirs, seulement un homme livré à ses pulsions, ses désirs, ses doutes et ses incertitudes avec pour seul aide son glaive. Ne parlons pas des dieux, ni de la destinée. Non, le chemin que l'on doit se tracer dans la vie ne peut être dû qu'à nous-mêmes. Et alors tout revient à la sempiternelle question, qui est au final peut-être toujours celle que se pose le vrai héros, qui suis-je?
Et cette question devient double pour le lecteur. D'abord car il y à l'origine mystérieuse de Karn. D’où vient-il ? Comment est-il arrivé là ou il est ? En un mot qui est-il? Qu'est-ce qui fait le héros?
Les dieux peut-être, ou du moins des créatures mythologiques comme on peut en croiser dans bon nombre de romans de fantasy? Alors certes il y a un personnage un brin particulier, peut-être celui qui organise en coulisse cette chasse au trésor, cette quête, mais au final comparés à la volonté du héros, les dieux ou les pseudos dieux ne sont rien et à la fin de cette aventure ce que l'on peut retenir c'est que dans toutes les situations on est toujours seul avec soi-même. C'est la "morale" de Nereliath, roman crépusculaire et Howardien s'il en est (c'est aussi ça Conan, la solitude du héros), c'est aussi la preuve que l'on peut écrire une fantasy "populaire", simple et efficace sans toute fois oublier que derrière toute ces aventures, que cela soit celles d'Elric, de Frodon, de Conan ou de Karn c'est nous que les auteurs interrogent, c'est notre vie qu'il mettent en scène et notre société qu'ils mettent à mal.

Dois-je rajouter quelque chose?! Non, vous l'aurez compris, Nereliath est une lecture obligatoire, un classique de l'Héroïc Fantasy ! Une nouvelle maison d'édition vient de naître, les éditions Asgard, et avec elle un nouveau héros, Karn, symbole de liberté et de bravoure. C'est aussi ce que je souhaite à Asgard, quelle garde ce ton, cette liberté là car aujourd'hui faire des livres n'est peut être pas si simple que cela et oser publier ce genre de roman et bien ça aussi c'est héroïque! J'ai aimé Nereliath, j'y retournerais encore et encore! A noter qu'en plus d'un roman, le livre s'accompagne de deux nouvelles, qui montrent que Simon Sanahujas est tout aussi habile sur le long que sur le court format. Mention spéciale à la nouvelle "A force d'imagination" et à sa fin bluffante avec un personnage complètement halluciné.
Bref, même quand c'est fini ça continue encore et franchement je ne suis pas prêt d'oublier ce roman!  Un coup de maître et le fan d'heroïc Fantasy que je suis est comblé!

Note : 10/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'auteur : http://sanahultivers.over-blog.com/

- Site de l'éditeur : http://www.editions-asgard.com/

Vote:
 
8.00/10 ( 26 Votes )
Clics: 4898
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Monster High Monster High
  Vendu à 6 millions d'exemplaires aux USA, Monster High débarque en force en France, accompagné de poupées à l'effigie des héroïnes, mais aussi d'acce...
Passages Passages
Lucie Chenu a de nombreuses casquettes, aussi bien écrivaine de talent (la preuve en est son magnifique recueil de nouvelles Les enfants de Svetambre qu'anth...
Ceux des eaux mortes 1 - L'or et la toise Ceux des eaux mortes 1 - L'or et la toise
Le grand mérite de "l'or et la toise" est d'être ancré dans un véritable univers de conte populaire. On y croise un ogre mangeur d'hommes, une paire de ba...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...