Utopiales 2010
Genre: Anthologie , Science-fiction
Année: 2010
Pays d'origine: France
Editeur: ActuSf
Collection: Les 3 Souhaits
Auteur: Collectif
Traducteur:
Collectif
 

Le thème du festival des Utopiales de l'année dernière était les frontières et c'est donc le sujet de l'anthologie éditée par ActuSF à cette occasion. Ça tombe bien car ce thème fait partie de ceux propres à la science-fiction, que ce soit celles de l'espace qui restent à franchir, celles que l'humanité doit (ou pas) dépasser pour évoluer, celles qui marquent les différences entre les individus, humains ou pas. Un thème riche qui permet de nombreuses interprétations et textes dont ceux que les huit auteurs vont nous proposer dans cet ouvrage.

S'il est logique de parleur du premier texte, celui de Vincent Gessler, pour commencer, il sera aussi idéal de parler en même temps du dernier texte, celui de Justine Niogret, car les deux ont beaucoup en commun, pas forcément au niveau de l'histoire où il est question d'un inspecteur de l'OMU qui va se faire kidnapper par les membres d'un peuple sur lequel il était venu enquêter pour le premier, et d'un mineur dont le peuple vit sous terre et qui va chercher à remonter à la surface pour le second. Ils ont cependant en commun le fait de proposer des histoires assez classiques, écrits avec une plume qui les transcende et qui rend leur finals tout simplement bouleversants.
Par ailleurs, La fête de la Comête de Juan Miguel Aguilera et le Chasseur de Jaguar de Lucius Shepard parlent tous deux aussi de frontières qui se trouvent dans notre monde mais de celles qu'on ne voit pas sur les cartes et qu'il vaut probablement mieux ne pas franchir. Il s'agit en effet de deux beaux textes fantastiques, l'un contant un combat d'escrime entre deux étudiants dans une Autriche proche de la seconde guerre mondiale et dont l'enjeu ne sera pas celui que l'on croit. Le second s'intéresse à un fermier d’Amérique du sud qui, pour éponger une dette, va devoir chasser un Jaguar, mais l'animal n'est pas uniquement ce qu'il pense. Quoique complètement différents, ces deux textes mettent donc en scène des frontières surnaturelles, dont on ne sait s'il est bon ou pas de les franchir.
Pendant qu'on parle d’Amérique du sud,  il faut aussi s'attarder sur le texte de Thomas Day, La Ville Féminicide, qui s'intéresse à Juárez et à ses fameuses disparues. L'auteur nous livre ici l'histoire d'un américain, criminel et psychopathe, dans une ville où la violence est reine au détriment de ses habitants. La frontière ici présente sera celle qui sépare l'humain du monstre, ou en tout cas du monstrueux, un texte qui fait froid dans le dos grâce à une ambiance malsaine et sans espoir.
Dans le même style de frontière, la nouvelle de Peter Watts est également intéressante puisqu'elle raconte l'histoire d'une entité extraterrestre, coincée dans des glaces et qui va chercher à communiquer avec des hommes, mais ces derniers ne vont pas tarder à s'entretuer. Comme le titre l'indique, La chose est une relecture du The Thing de John Carpenter, mais du point de vue de l'alien. Du coup, ce sont les hommes qui se retrouvent dans le rôle du monstre ! La monstruosité peut donc être de notre coté, de notre différence avec d'autres formes de vies.
Ensuite vient "le vieux cosmonaute et l'ouvrier du bâtiment rêvent de Mars" de Ian McDonald et dont on pourrait penser qu'il va nous parler de la frontière entre le terre et Mars, seulement il y sera question d'une autre frontière, plus en rapport avec la physique quantique, et il sera plus question d'une Mars rêvée, imaginée, fantasmée, que d'une Mars explorée et conquise. Un texte tout en finesse qui n'est pas sans évoquer le Brasyl du même auteur d'un certain point de vue.
Pour finir, Iil y a le Reviens, Carol ! De Larry Niven. Il y sera ici plutôt question d'un frontière non dite, sans matérialisation, dans cette histoire qui nous conte les aventures d'une classe d'étudiants qui va apprendre à se télétransporter. Les frontières à ne pas dépasser sont donc ici plutôt celles de l'être humain et des capacités qu'il ne devrait pas franchir, au péril de sa vie.

Pour cette anthologie, on peut dire que le thème est brassé un peu dans tous les sens et qu'il pourra laisser certains lecteurs un peu perplexes devant certains textes, mais au final, Utopiales 2010 propose des nouvelles très riches que ce soit sur le fond et sur la forme, sur le style et la façon d'aborder certaines problématiques, et qui faute de pouvoir faire le tour d'un sujet aussi large, arrivent à l'aborder de belle  manière. Si vous hésitez encore, sachez que franchir la frontière de la couverture de cette anthologie pour la lire ne vous fera pas prendre de grands risques et qu'elle devrait vous plaire si vous aimez la SF !

Note : 8/10

 

Stegg

 

A propos de ce livre :

 

- Site de l'éditeur : http://www.editions-actusf.com/

Vote:
 
8.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 2560
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Astronef aux enchères Astronef aux enchères
Astronautes, soldats, mercenaires, pirates, scientifiques, espions, médecins ou encore pilotes : les métiers possibles dans l'espace et par conséquent dans...
Scribuscules Scribuscules
Revoici Jacques Fuentealba dans un genre qu'il apprécie tout particulièrement, celui des micronouvelles et cette fois dans un style qui n'est oas sans rappell...
A l'ombre des falaises A l'ombre des falaises
Cornouailles, début du XXème siècle, Elisabeth, jeune aristocrate qui vient de perdre son père, vit avec une mère excentrique mais très religieuse et une ...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...