Nocturne pour Instruments Divers
Genre: Horreur , Thriller-Polar , Autres genres
Année: 2011
Pays d'origine: France
Editeur: Asgard
Collection: Zones D'Ombre
Auteur: Laurent Fétis
Illustrateur: Nemo Sandman
 

Choqué, choquant, voilà les mots qui me viennent à l'esprit alors que je referme ce qui fut pour moi l'une des lectures les plus douloureuses et les plus dures qu'il m'est été donné de lire ces derniers mois. En toute franchise je ne m'y attendais pas. Malgré une bibliographie imposante, puisqu'il est publié dès ses dix huit ans au Fleuve noir, je dois avouer que je ne connaissais pas du tout Laurent Fétis. Pourtant, donc, dès sa majorité, il publie au mythique fleuve dans la collection Gore qui plus est ! Chapeau bas! Aujourd'hui l'auteur nous propose donc un nouveau polar, violent, voire carrément malsain, rudement bien mené, une véritable plongée en enfer qui mélange comme influences le "Seven" de Fincher et la série "Dragon Rouge" de Harris (l'auteur du "Silence des Agneaux", un autre chef-d'œuvre du genre!)

 

New-York peut être vue façon comédie romantique, une ville où il fait bon se promener en amoureux sur un fond de Jazz genre My Funny Valentine chanté par Chet Baker. Mais pour Laurent Fétis et son personnage Jean François dit Jef, ce n'est pas trop ça… Non, ici la musique est indus, genre Ministry, et la rue est un lieu où l'on croise des putes, des macs, ou des gamines vendent leur cul pour quelques dollars et où trainent de sacré fêlés. Non ici on ne fait pas l'amour on baise dans la douleur: "Cuissardes, chaînes et godes ne font que poser des questions et chacun de nous apporte ses réponses". Tout est dit…

C'est dans ce milieu sale à l'extrême, tendant vers le pédo SM, qu'évolue Jef. Bien malgré lui évidement, puisqu'il est journaliste. Il y a un an de cela il a enquêté sur un serial killer, un violeur d'enfants, un type qui aime se masturber avec des bouts de cadavres et dans les plaies de ses victimes. Bref, pour le journaliste c'est une affaire en or et ça lui a value des prix et tout le toutim. Oui, grâce à la souffrance de l'autre Jef est devenu une star sauf que depuis, plus rien. Choqué, traumatisé, bouffé par les remords car peut-être aurait il pu faire quelque chose, aujourd'hui il n'est plus rien. Et de tentatives de suicide en ruptures, Jef traîne son mal-être, sa déprime et n'écrit que des articles minables. Alors son patron décide de le renvoyer sur les lieux des crimes, pour écrire un article du genre: un an après les victimes parlent. Et là, c'est la descente aux enfers, rien n'est fini, tout continue. Est-ce le bon en prison? S'agit-il d'un réseau? Ou peut-être pire que ça? On flirte avec le fantastique, c'est cru, c'est trash. On découvre les pires boîtes SM, les pires tortures. Le ying et le yang comme dit un des personnages "c'est un gode blanc dans le cul d'un noir et un gode noir dans le cul d'un blanc!" Il fallait oser et Laurent Fétis l'a fait mais alors de quelle manière, avec quelle style! Pour moi c'est un bijou!

Parce que par-delà le côté trash du roman, par delà le côté très "silence des agneaux" (oui quand même je trouve ça très prononcé) il y a vraiment dans ce roman de très grandes choses qui font que malgré sa taille, il se lit d'une traite et surtout qu'il reste inoubliable.

Il y a tout d'abord cette écriture formidable, cette façon de rendre les flash-back compréhensibles, intelligents et par là même de jouer avec la mémoire du personnage pour poser peu à peu son histoire, pour nous amener lentement vers certaines conclusions. C'est une écriture qui se joue de l'espace et du temps qui met à nue l'âme humaine et surtout ses travers les plus sombres. Car les choses sont atroces mais toutes ces choses là attirent aussi, nous rongent, nous habitent…

Dans ce jeu de l'espace et du temps, dans cette atmosphère sombre, il y a un décor, une ville qui n'est pas idéalisée comme c'est souvent le cas, non, c'est le théâtre de tous les extrêmes, c'est une visite dans une ville des plus glauques et, même si le mot n'est peut être pas le plus exact, j'ai adoré cette ambiance, pesante certes, mais attirante aussi. C'est la toute la force de Laurent Fétis! Si l'on pousse la porte d'un club de strip-tease, il faut aller jusqu'à la porte du fond. Et là, c'est la vérité qui éclate au grand jour, on en veut plus, toujours plus… Pour le pire parfois. C'est atroce et je dirai même qu'il n'y a pas de mot et la ballade dans New York en compagnie de Laurent Fétis est inoubliable…

Bien sûr, "Nocturne pour instruments divers" est aussi avant tout un polar bourré de suspens, de personnages hauts en couleur, comme cette maîtresse-femme qui n'officie que par le net ou bien ce tueur en série particulièrement féroce mais c'est aussi une vaste réflexion sur nos médias. Un journaliste raconte l'horreur, dit l'horreur, pour certains la filment, la photographient (par exemple pendant les fameux tsunamis où certains ont photographié les gens en train d'agoniser) mais jusqu'ou peut-on aller? Doit-on suivre l'horreur jusqu'au au bout et parfois sans rien faire? Peut-on agir et jusqu'ou encore une fois? Ou s'arrête le vrai, le faux, qu'est-ce que le mal et qui l'orchestre? Vous l'aurez compris, "Nocturne pour instruments divers" est à la fois un roman troublant mais aussi, comme souvent dans le cas des œuvres dites "choquantes", un vaste terrain de réflexion et un tel roman mériterait plus qu'une simple chronique pour être analysé!

 

Que dire pour conclure ? il faut absolument avoir lu ce roman, que vous soyez fan d'horreur et de fantastique ou bien de polar ou bien tout simplement si vous voulez découvrir une autre littérature, vous mettre en péril peut-être, aller voir de l'autre côté, braver les interdits. C'est superbement écrit, c'est sombre mais passionnant, c'est un voyage en enfer, une ouverture sur l'âme humaine, c'est un grand roman et se fut pour moi une claque qui m'a empêché de dormir, qui m'a torturé et que je n'oublierai jamais. C'est un mélange étrange, c'est servi par un verbe absolument génial et original. "Tout commence par le sexe, tout finit par lui". Dit-moi avec qui tu couches et comment tu couches et je te dirais qui tu es…"

Merci Monsieur Fétis pour cette œuvre rare!

 

Note :10/10

 

Le Cimmerien

 

A propos de ce livre :

 

Site de l'auteur : http://laurentfetis.canalblog.com/

Site de l'éditeur : http://www.editions-asgard.com/

Vote:
 
7.00/10 ( 7 Votes )
Clics: 2914
0
Écrire un commentaire pour ce livre Écrire un commentaire pour ce livre
Les utilisateurs non-enregistrés ne peuvent pas poster des commentaires. Veuillez vous connecter en cliquant sur LOGIN...
En librairie En librairie...
Xénome Xénome
Après le cyberpunk et sa peur de l'informatique, il semble qu'une nouvelle menace se présente, celle de la manipulation génétique comme l'a montré "la Fi...
Code de Cambridge, Le Code de Cambridge, Le
Tony Gheeraert est professeur de Lettres à l'université de Rouen et ancien élève de la très prestigieuse Ecole Normale Supérieure. Une bien vilaine rume...
Passages Passages
Lucie Chenu a de nombreuses casquettes, aussi bien écrivaine de talent (la preuve en est son magnifique recueil de nouvelles Les enfants de Svetambre qu'anth...

Autres films Achat en ligne
Autres films Au hasard...