Capitaine Sky et le monde de demain
Titre original: Sky Captain and the world of tomorrow
Genre: Science fiction , Expérimental
Année: 2004
Pays d'origine: Etats-Unis / Angleterre / Italie
Réalisateur: Kevin Conran
Casting:
wyneth Paltrow, Jude Law, Giovanni Ribisi, Michael Gambon, Ling Bai, Omid Djalili, Laurence Olivier, Angelina Jolie, Trevor Baxter, Julian Curry, Peter Law, Jon Rumney, Khan Bonfils, Samta Gyatso, Louis Hilyer...
 

Après une attaque de la ville de New York par des robots géants, Polly Perkins, journaliste de son état, va accompagner le légendaire Sky captain à la recherche du responsable de cette attaque et des disparitions des plus éminents scientifiques à travers le monde...

 

 

S'appuyant sur la technique des images de synthèse pour les fonds intégrant de véritables acteurs, ce film est fortement marqué par une esthétique façon années 50 saupoudrée d'éléments de science fiction comme les robots géants volants ou des avions/sous-marins.
L'intrigue est réduite à sa plus simple expression et le déroulement du film est d'une platitude sans égale, les images sont certes belles mais leur artificialité semble contaminer une histoire totalement indigente que ne suffisent pas à relever quelques gags récurrents entre les protagonistes, pour peu on se croirait devant un dessin animé issu d'une émission enfantine du mercredi matin.
Il est difficile d'échapper à l'ennui, même en se délectant d'images parfois fascinantes, les séquences d'action n'étant d'aucun secours tant elles semblent déconnectées d'une intrigue pourtant simple et maladroitement enrobée. Pour tout dire, l'action est elle aussi affligeante de banalité quand on ne nous prend pas tout simplement pour des idiots (cf la séquence de l'éjection sous l'eau).
Le jeu des acteurs n'arrange rien, on est en plein syndrome du fond bleu, on imagine bien : "Alors là Gwyneth tu es sur une passerelle qui va être arrachée par une épée géante en pierre qui te tombe sur la tête, alors tu prends l'air angoissé et tu plonge à partir de la croix tracée sur le sol, comme tu es une bonne actrice, je ne m'inquiète pas pour la crédibilité de la scène...".

 

 

Hélas on y croit pas souvent, une masse de pixel c'est pas bien lourd à l'écran. L'histoire de la pré-production de ce film raconte que le réalisateur aurait d'abord tout fait chez lui sur ses propres ordinateurs avant de présenter des images aux financeurs, ces images ayant été par la suite entièrement retravaillé; on y croit volontiers tant les interactions entre les éléments réels et les acteurs semblent manquer de réalisme par lacune de préparation conjointe.
Les relations entre les personnages ne rencontrent aucun rival dans leur banalité et leur manque de profondeur si ce n'est la superficialité des personnages eux-mêmes, je ne parle même pas du running-gag de l'appareil photo qui achèvera de convaincre ceux qui espéreraient trouver un peu de fraîcheur dans ce film ennuyeux.
Le seul moyen d'apprécier les images à leur juste valeur est de regarder le film en écoutant de la musique, c'est dire si la scénarisation fait peu d'honneur aux qualités graphiques indéniables de ce pétard mouillé.
Les fans d'Angelina Jolie apprécieront tout de même son apparition...

 

 

Note : 2/10

 

Plissken
 
A propos du film :
 
# La totalité du film a été réalisé par ordinateur, les acteurs devant imaginer les décors à la place d'un fond bleu.
Vote:
 
6.08/10 ( 12 Votes )
Clics: 4433

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...