Victor Crowley (Butcher IV)
Titre original: Hatchet IV
Genre: Gore , Horreur
Année: 2017
Pays d'origine: États-Unis
Réalisateur: Adam Green
Casting:
Kane Hodder, Parry Shen, Laura Ortiz, Dave Sheridan, Krystal Joy Brown, Felissa Rose...
 

Dix ans après les événements du premier film, et afin de trouver les fonds nécessaires pour réaliser un long-métrage sur la vie du psychopathe, une équipe de tournage décide d'en réaliser la fausse bande-annonce. Dans le même temps, un avion qui se dirige sur place, transportant à la fois une équipe de télévision mais aussi l'un des deux survivants du dernier massacre, s'écrase dans le célèbre marécage.

 

 

Ce quatrième opus est dédié à Wes Graven et George Romero.
Très affecté par le décès de Wes Graven (1939-2015), le réalisateur Adam Green semble bien maussade lorsqu'il rencontre George Romero (1940-2017) lors d'un festival. Ce dernier essaye de lui remonter le moral et l'encourage à réaliser un nouvel opus de sa franchise Butcher. Selon Romero, seul le public a le droit de mettre fin à une franchise et donne pour exemple la standing ovation que le film de Green à reçu pendant sa projection lors du même festival.
Green se remet donc au travail et lance la production du film dans le secret le plus absolu. L'idée est de le sortir pour le dixième anniversaire du premier épisode. Pari réussi à ce niveau puisque personne ne semblait au courant du projet. Si l'aspect thérapeutique de l'œuvre s'est avéré fructueux, il n'est en rien un gage de qualité. Bref, qu‘en est-il de sa qualité ?

 

 

Force est de constater que Adam Green ne se préoccupe pas tant de l'histoire, et préfère avant tout satisfaire ses fans de base. Pour ce faire, il a donc à nouveau recruté Parry Sheen (Andrew), rescapé de l'opus précédant et qui est apparu dans tous les autres épisodes, dans des rôles divers.
Le personnage apparaît ici comme une sorte de sidekick, qui essaie de rentabiliser ses malheurs grâce à un livre qu'il vient d'écrire ; cependant, il est toujours considéré comme un meurtrier. Du coup, il doit parfois affronter des fans borderline (voir l'hilarante séance de dédicace), et son appât du gain l'entraîne là où jamais il n'aurait dû retourner !
Le film démarre plutôt bien, mettant en scène une pauvre fille qui se fait démembrer juste après une demande en mariage elle aussi désopilante. Malheureusement, il faut ensuite attendre près d'une vingtaine de minutes pour avoir droit à une autre scène sanglante. Cette construction en montagnes russes est le point faible de Hatchet IV, qui de surcroît est très bavard, encore que les dialogues fassent la part belle au second degré, lequel tend vers la satire sociale (cf. le clone d'Opra Winfrey, les poupées souvenir Victor Crowley).

 

 

Pour son casting, Adam Green ne change rien par rapport aux épisodes précédents et continue de jouer la carte du geek assumé, avec des noms au générique comme celui de Kane Hodder (qui reprend le rôle-titre) ; l'acteur-cascadeur est surtout connu pour avoir interprété le fameux Jason Voorhees dans la saga des Vendredi 13, ce de l'opus VII jusque "Jason X".
Sont aussi de la partie la cultisme Felissa Rose (vedette de Sleepaway Camp) ou la très bis Tiffany Sheppis (qui débute sa carrière chez Troma, enchaîne des direct to video, joue dans "Sharknado 2" avant de finir dans la série télé "12 Monkeys"). Le réalisateur rallonge son casting en allant puiser dans les courts métrages, la télévision et les seconds rôles du grand écran : on retrouve donc des noms comme Laura Ortiz ("Les Gardiens de la Galaxie", "La Colline a des yeux"), Kristal Joy Brown ("Castle", "Law and Order") ou Katie Booth ("Tell me How I Die") ainsi qu'une petite surprise lors du générique final puisque la belle Danielle Harris reprend son rôle de Marybeth Dunston dans un caméo qui anticipe une éventuelle suite !

 

 

Comme la série des "Vendredi 13", laquelle est vite tombée dans la routine, la franchise d'Adam Green a fini de surprendre (certains disent juste après le générique du premier). Reste quoi qu'il en soit, pour les amateurs de la franchise, le plaisir de retrouver le personnage principal et quelques meurtres assez croquignolets. À ce sujet, la palme revient sans conteste au fist-fucking réalisé avec un bras arraché tenant un GSM (téléphone mobile) !

Signalons également que Victor Crowley (alias Butcher IV ou Hatchet IV) bénéficie d'une magnifique photographie et que les scènes nocturnes y sont de fait d'une netteté incroyable, chose rare pour un si petit budget.
Bref, si vous n'avez réussi à passer le cap du premier opus, inutile de visionner celui-ci ; mais pour les autres, ceux qui ont su goûter aux joies du gore pince-sans-rire, le vieil adage "on ne change pas une formule gagnante" résume parfaitement le film !



The Omega Man

 

En rapport avec le film :


# Hatchet (Butcher)


# Hatchet II (Butcher 2)

 

# Hatchet 3 (Butcher 3)

Vote:
 
5.00/10 ( 1 Vote )
Clics: 596
0

Autres films Au hasard...