Erotisme à l'étude
Genre: Erotique , Drame
Année: 1972
Pays d'origine: France
Réalisateur: Jean-Marie Pallardy
Casting:
Claude Sendron, Evelyne Scott, Angela Hansen, Reine Thirion, Georges Guéret, Jacques Insermini...
Aka: Dossier érotique d'un notaire / Soirées privées (remontage porno pour sortie en salles X) / Classex (commercialisation vhs du même remontage)
 

Michèle vit avec son père et sa soeur dans un village de province d'apparence tranquille. Elle est lesbienne et entretient une liaison orageuse et passionnée avec Evelyne. Cette dernière est quant à elle bisexuelle. C'est aussi une femme vénale venant de mettre le grappin sur Maître Sendron, le notaire du faubourg. Un notable qui, malgré une soixantaine bien tassée, n'en est pas moins vert. Attiré par les jolies femmes, jeunes de préférence, il organise régulièrement quelques réunions "spéciales" qui se terminent en partouzes. Mais les rumeurs et les ragots vont bon train dans les hameaux. Et, le temps passant, les villageois ne voient pas d'un bon oeil le fait que Sendron soit toujours célibataire. On lui prête des moeurs dissolues, des tendances pédophiles, ce qui pourrait bientôt lui porter préjudice, autant dans sa vie privée que professionnelle. Le notaire comprend qu'il doit très vite se marier, et Evelyne semble être la candidate idéale. Seulement Michèle ne l'entend pas de cette oreille. Extrêmement jalouse, elle refuse de perdre Evelyne, et menace de discréditer Sendron si son amie venait à la quitter.

 

 

Avril 1972 : le meurtre sordide d'une adolescente de quinze ans défraie la chronique à Bruay-en-Artois, commune du nord de la France. Le suspect principal de cette affaire est un notaire de la ville. Après plusieurs procès et rebondissements, celui-ci sera finalement innocenté, et l'assassin jamais découvert. "Dossier érotique d'un notaire" est le deuxième film de Jean-Marie Pallardy, réalisé peu de temps après "L'Insatisfaite". Il s'est évidemment inspiré de ce fait divers comme support dramatique, en y intégrant pas mal de sexe, un érotisme grivois, paillard, qui sera la marque de fabrique de ce réalisateur qui avait commencé sa carrière dans le show-biz en tant que mannequin, avant de se lancer dans le court-métrage.
Sorti en 1973 sous le titre "Erotisme à l'étude", le film ne reste qu'une semaine à l'affiche avant d'être retiré, suite à une plainte des principaux protagonistes de l'affaire de Bruay-en-Artois. Le réalisateur a aussi des démêlés avec la censure. Aujourd'hui, l'érotisme de cette oeuvre paraît bien désuet ; mais si l'on se replace dans le contexte de l'époque, l'homosexualité, les moeurs dissolues (sadomasochisme, partouzes...) étaient des sujets sulfureux.
Pour son deuxième long métrage, le cinéaste refait appel (pour des seconds rôles) à deux acteurs que l'on retrouvera ensuite dans presque toutes les oeuvres de Pallardy : Georges Guéret et Jacques Insermini. Un duo presque inséparable, puisqu'il figure également dans "Les Félines" de Danièle Daert, ou encore "Femmes impudiques", de Claude Pierson. Jacques Insermini flirtera même avec le hard en plusieurs occasions, entre autres devant la caméra de Claude Mulot, dans deux films cultes : "Mes nuits avec Alice, Pénélope..." et "Shocking !".

 

 

Les premiers rôles sont confiés à des acteurs inconnus à l'époque, et qui le resteront à l'exception de Claude Sendron (qui conserve son nom dans le film) et Evelyne Scott. Tous deux feront par la suite une carrière assez similaire, jouant dans bon nombre de productions Eurociné (avec Pierre Chevalier pour Sendron, et Jesus Franco pour Evelyne Scott). Enfin, au détour d'une scène, on reconnaîtra Jean Luisi, qui fut lui aussi un acteur fidèle à Jean-Marie Pallardy. Au regard du film, on se rend compte que "Dossier érotique d'un notaire" souffre d'un jeu d'acteurs dans l'ensemble médiocre. Deux des rôles principaux notamment, celui de Michèle, et celui du notaire sont concernés. Si Claude Sendron a la gueule de l'emploi, à savoir le profil idéal d'un vieil obsédé sexuel au regard libidineux, il s'avère par contre que c'est un bien piètre acteur. Il en résulte des dialogues récités sans conviction, ajoutés à des sous-intrigues potentiellement intéressantes mais abandonnées rapidement, comme les magouilles immobilières concernant le notaire et ses clients. Le réalisateur se concentre la plupart du temps sur le triumvirat Michèle / Evelyne / Sendron, ce qui aurait pu être une bonne idée si les acteurs en question avaient été au niveau de leurs personnages.
Cela dit, la direction d'acteurs n'est pas ici la principale préoccupation de Pallardy. Il profite du cadre mis à sa disposition pour raconter son histoire, plus ou moins adroitement. On doit reconnaître par contre sa maîtrise de la caméra, et cette habileté se voit lors de certaines scènes, notamment lors de travellings dans les rues du village, où Michèle déambule, vêtue d'un short moulant et parée d'une ceinture en forme de cartouchière. Des plans, tournés en hauteur, permettent au spectateur de se baigner dans l'ambiance de ce village ; et la musique, alternant flute de pan et cithares indiennes, crée une véritable atmosphère.
Si le film est loin d'être parfait, Pallardy n'a pas loupé son final, à la fois glauque, sombre et cynique, laissant le spectateur sur une note positive.

 

 

Note : 6/10

 

Flint
 
A propos du film :
 
# Il est à noter que "Dossier érotique d'un notaire" fut remonté à la fin des années soixante-dix avec des scènes additionnelles pornographiques sous le titre "Soirées privées", pour sa distribution dans les salles de cinéma spécialisées, et "Classex" pour une commercialisation en vhs.

En rapport avec le film :

# La fiche dvd du Chat qui fume du film "Dossier érotique d'un notaire"
Vote:
 
6.50/10 ( 6 Votes )
Clics: 8982
0

Autres films Au hasard...