Incantations
Titre original: Bunshinsaba
Genre: Esprits , Epouvante
Année: 2004
Pays d'origine: Corée du Sud
Réalisateur: Byeong-ki Ahn
Casting:
Gyu-ri Kim, Se-eun Lee, Yu-ri Lee, Seong-min Choi, Jeong-yun Choi...
 

Le film démarre par une cérémonie orchestrée par une poignée de lycéennes durant laquelle elles maudissent certaines élèves de leur lycée; il est vrai que pour régler ses comptes, rien ne vaut une bonne malédiction. Manque de chance, les jeunes filles maudites vont périr une à une, victimes d'une sale manie, celle de se mettre un sac en plastique sur la tête avant d'y enflammer de l'essence.
Sur cette joyeuse panique va se greffer une histoire d'élève morte dont on apprendra plus tard qu'elle et sa mère ont été victimes de la vindicte des villageois.

 

 

Film de fantôme coréen, Bunshinsaba officie dans un registre maintenant assez convenu, en général attendu au tournant par la critique qui n'est jamais aussi mordante que quand c'est ce que l'on attend d'elle.
Autant le dire tout de suite, nous ne sommes pas en face de la révélation de l'année, loin s'en faut, on est cependant en présence d'un film relativement divertissant pour peu que l'on passe outre certains défauts.
Cette histoire de vengeance et de culpabilité, dont l'intérêt s'enlise dans pas mal de clichés n'est pas très bien servie par des séquences de terreur assez mal fagotées. Là où la plupart des réalisateurs savent ne pas trop en montrer, Bunshinsaba insiste sur les contacts entre fantômes et vivants, aboutissant à une destruction pure et simple de l'angoisse du revenant et des mystères qui l'entourent. Une revenante d'ailleurs trop fringante pour être effrayante, à vrai dire à peine plus pâle que votre serviteur le matin tôt au réveil et aux cheveux trop propres (on ne peut même pas médire sur un énième film avec une fille aux cheveux sales).
Il faut quand même avouer que la réalisation est d'assez bonne facture et que la première heure est assez agréable et donne bien le change; ce n'est que lorsque le scénario s'embourbe dans les clichés et les approximations que l'on commence à décrocher.
Sans compter certaines maladresses qui rendent des scènes burlesques, qu'il s'agisse du rire à la Fantomas d'un acteur jouant très mal ou de jeunes filles se cachant avec tellement peu de conviction que cela en devient ridicule.

 


L'utilisation du son est, comme souvent dans le genre, importante, ici on peut même la qualifier d'abusive lorsque le dolby fait jaillir vos tympans hors de votre tête à cause d'un chat, d'un oiseau ou d'une feuille qui tombe.
Loin d'être la bouse ultime en la matière, Bunshisaba doit tout de même être réservé aux soirées de disette à moins d'être un fan du genre.

 

Note : 5/10

 

Plissken
Vote:
 
5.33/10 ( 3 Votes )
Clics: 3605
0

Autres films Au hasard...