Invincible Bruce Lee
Titre original: Bruce Lee fights back from the grave
Genre: Arts Martiaux
Année: 1976
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Doo Yong-Lee (Umberto Lenzi ?)
Casting:
Bruce K. L. Lea (Jun Chong), Deborah Chaplin, Anthony Bronson, Steve Mack, Jimmy Sato...
 

Depuis la nuit des temps, bon nombre d'énigmes de la nature ne cessent de préoccuper nos astrophysiciens et autres géographes : d'où proviennent exactement les monolithes de l'Ile de Pâques ? Quelle est la véritable cause de la disparition des dinosaures ? Qui a tué le Professeur Ketchup avec le vibro-masseur hydraulique dans les toilettes ? Et surtout, l'interrogation fondamentale : Umberto Lenzi est-il vraiment le responsable de cet antédiluvien "Bruce Lee fights back from the grave" ? La question demeure toujours sans réponse concrète.

Rebaptisé chez nous en vidéo "Invincible Bruce Lee" (Chez l'éditeur America, spécialiste de la "jaquette volante"), le métrage est attribué officiellement à un certain Doo Yong-Lee. Cependant, des affiches d'époque accréditent un fort curieux "Bert Lenzi" à la réalisation. De nombreuses sources diverses annoncent de leur côté que Doo Yong-Lee ne serait en fait qu'un pseudonyme de ce vieux grigou d'Umberto, or, Doo Yong-Lee existe bel et bien et se révèle d'ailleurs être un cinéaste prolifique si l'on se réfère à sa généreuse filmographie.
Par ailleurs, on est en droit de se demander pourquoi Lenzi se serait-il compromis dans une production kung-fu, c'est à dire dans un genre inexploré au cours de sa carrière. S'agirait-il d'un film de commande ? Et le bonhomme n'est-il pas après tout auréolé d'une réputation de touche-à-tout et d'éternel opportuniste ? Bref, c'est le foutoir absolu. Cette part de mystère autour de l'identité exacte du metteur en scène a permis au film d'acquérir au fil du temps une certaine renommée et apparaît comme un objet de convoitise très prisé des amoureux du bis.
Pourtant, une fois abstraction faite de tous les ragots composant sa notoriété, on est loin de se retrouver devant une réussite majeure du genre, aidé en rien par un montage catastrophique, une interprétation cataclysmique et une chorégraphie de combat au ras des pâquerettes.


Bien entendu, point de Bruce Lee dedans, déjà six pieds sous terre à l'époque, mais "Bruceploitation" oblige, un clone du petit dragon en tête d'affiche. Ici, c'est un certain Bruce K. L. Lea (alias Jun Chong) qui s'y colle et qui a la particularité surprenante d'être encore plus mauvais acteur que ses comparses Bruce Li et Bruce Le, pour ne citer qu'eux. Aussi incroyable que cela puisse paraître, malgré cette accumulation de mauvais points, "Invincible Bruce Lee" remplit sa part du contrat en matière de divertissement.
En effet, au cours de sa quête de vengeance pour retrouver les assassins de son meilleur ami résidant à Los Angeles, le personnage principal Wong Han doit livrer bataille toutes les dix minutes approximativement contre des ennemis aux accoutrements parfois ahurissants. A titre d'exemple : un grand black enveloppé dans une cape du plus mauvais goût et armé d'une hachette, un cow-boy adepte du lasso, un catcheur barbu imposant, etc. Les Village People ne sont pas loin.


Evidemment, Wong Han ne fait qu'une bouchée des méchants, en les intimidant au préalable grâce à son cri de guerre (enfin le cri de guerre de Bruce Lee) qui entraîne chez le spectateur le "pliage en quatre sur canapé", une technique de kung-fu très particulière qui consiste à déconcerter son adversaire par une crise de rire incontrôlable.

 

Throma
Vote:
 
0/10 ( 0 Votes )
Clics: 3810
0

Autres films Au hasard...