Monstres du Kung-Fu, Les
Titre original: The Crippled masters
Genre: Arts Martiaux
Année: 1982
Pays d'origine: Hong Kong
Réalisateur: Joe Law
Casting:
Jackie Conn, Frankie Shum...
 

Si Tod Browning et Bruce Lee avaient eu l'occasion de se rencontrer et de tailler le bout de gras à propos de projets de films en commun, autour d'un succulent boeuf au bourguignon dans une cafétéria Flunch quelconque (et pourquoi pas ?), sans doute auraient-il donné naissance à un ersatz de Les monstres du kung-fu. Ou pas, remarquez.


Dès le générique de début, le spectateur a l'intime conviction qu'il s'apprête à visionner un spectacle peu ordinaire. Tandis que les crédits défilent à l'écran, Jackie Conn et Frankie Shum, alias The crippled masters (en clair "Les Maîtres Infirmes"), vedettes du film, exécutent une démonstration spectaculaire de leurs talents en arts martiaux.
Tous les deux estropiés (l'un né sans bras et l'autre cul-de-jatte), ils font preuve d'une dextérité et d'une souplesse à faire crever d'envie n'importe quelle émission beauf sensationnaliste de TF1.
Le plus manchot des deux est aussi à l'aise avec un sabre qu'avec une lance, qu'il parvient à faire tournoyer sans problème grâce à ses moignons protubérants.
Quant au cul-de-jatte, son handicap le rend extrêmement agile.
Freaks en plein territoire Mandchourie donc.

 

 

L'histoire, mince et itérative à volonté, n'est de toute évidence qu'un odieux prétexte pour exploiter un maximum leurs prouesses martiales et filmer sous tous les angles leur anatomie si particulière. Jackie, homme de main (...) d'un seigneur local, commet une grave erreur, ce qui lui vaut la douloureuse correction d'avoir les bras tranchés. Migrant dans la nature, il apprend progressivement à s'accoutumer à sa nouvelle existence de manchot. Pendant ce temps, Frankie, sbire lui aussi du même tyran, subit à son tour une punition corporelle : ses jambes sont dissoutes dans de l'acide. Il va sans dire que désormais, impossible pour lui d'arriver à pied par la Chine.
Bref, Frankie et Jackie tombent rapidement orteil à pouce en pleine forêt. Là-dessus, l'incontournable "vieux-maître-qui-va-enseigner-les-38-secrets-mortels-du-kung-fu-au(x)-gentil(s)" déboule. Celui-ci, contorsionniste acharné, pionce dans un panier en osier. Ne me demandez pas pourquoi.
Survient ainsi le meilleur passage du film : l'entraînement de Jackie et Frankie et l'enseignement que leur apporte le vieux, qui consiste à leur apprendre à tirer profit au mieux de leur handicap. Jugés aptes au combat, les deux acolytes se mettent en quête de leur ex-employeur pour le supprimer.
Dès lors, les combats se multiplient, tour à tour jubilatoires puis répétitifs. En clair, l'effet de surprise d'assister à des chorégraphies d'authentiques infirmes s'estompe au bout de la deuxième bastonnade. Fort heureusement, la confrontation ultime entre le seigneur despotique et les deux héros s'avère quasi-anthologique.

 

 

Pour terrasser leur ennemi, Jackie et Frankie emploient une technique inédite, dite du "Clipo humain" (vous savez, ces jouets en plastique pour enfants, qui s'assemblent et se désassemblent à profusion). Frankie grimpe sur le dos de Jackie et ils "s'assemblent" donc. Les bras derrière, les jambes devant. Mais rien de sexuel.
Voilà. Le méchant est terrassé et devant une telle oeuvre, le verdict est sans appel : les bras m'en tombent.

 

Throma
Vote:
 
4.50/10 ( 6 Votes )
Clics: 6847

1 commentaire(s) pour cette critique


Autres films Au hasard...