Nikos the impaler
Genre: Gore
Année: 2003
Pays d'origine: Allemagne
Réalisateur: Andreas Schnaas
Casting:
Joe Zaso, Felissa Rose, Andreas Schnaas, Antonio Tomahawk, Frank Franconeri...
 

Barbare sévissant en Roumanie il y a mille ans de cela, Nikos est finalement exécuté par les villageois non sans avoir promis de revenir se venger un de ses jours... De nos jours, à New York, une exposition retraçant les horreurs de la Roumanie a lieu. Une classe et leur prof d'histoire se rendent sur les lieux dans le cadre de leur cours. Le masque de Nikos qui y est exposé et est malencontreusement aspergé de sang, ce qui a pour effet de ramener à la vie notre larron qui, après un siècle de sommeil, est en pleine forme pour désosser du quidam...

 

 

Bon, il est un fait certain, c'est que venant de la vague gore allemande, Andreas Schnaas n'a rien à envier à des Buttgereit ou autres Ittenbach, ce qui veut dire faire un film avec l'équivalent du budget soda de L'attaque des clowns (ou clones je sais plus...). Donc recours à toutes les petites ficelles et autres débrouillardises à deux sous pour nous pondre un spectacle hautement jubilatoire et gore à souhait. Nikos est divisé en plusieurs parties ; une très courte mettant en scène les villageois roumains vindicatifs lui mettant une rouste, l'autre dans la salle de classe et le musée où on assiste à son réveil et à quelques rectifications de portrait à coups de machette et autres objets contondants puis, et c'est bien la meilleure partie à mon sens, la joyeuse ballade de notre guerrier dans New York où là aussi il nous montre que même si Jason est déjà passé il restait encore du boulot à faire dans cette ville.
Le réalisateur connaît ses classiques et nous gratifie de quelques références à pas mal de perles du genre telles que L'enfer des zombies ou encore Antropophagous, ce qui n'est peut-être pas gage de qualité mais au moins ça fait plaisir à voir. On notera aussi un petit caméo de ce bon vieux Lloyd Kaufman himself qui par la même occasion fait la promo de quelques films Troma ainsi que de l'atomique Debbie Rochon qui pour une fois ne déballe pas la marchandise... Mais rassurez-vous il y a du plan nichon et fesse quand même.
Pour en revenir au film à proprement parler, je ne le conseille bien évidemment pas au spectateur lambda, mais le fin gourmet y trouvera certainement son compte en tripes, cervelle et hémoglobine. Notons que le jeu de certains acteurs frôle le ridicule voire même la lobotomie mais ne soyons pas trop sévère car malgré son budget étriqué Schnaas nous offre quelques plans très sympas et du bricolage qui fait mouche. Et puis, ça fait quand même plaisir de voir de l'éclatage de crâne contre un mur, du découpage à coups de machette. Enfin, faut aimer le genre quoi, sinon on risque de trouver ça de très mauvais goût.

 

 

Il y a aussi le final qui part légèrement en vrille avec l'apparition de ninjas, d'une Elvira au rabais et même de Hitler et Eva Braun (apparition qui m'a fait bien rire car elle n'hésite pas à payer de sa personne mais vous verrez en le visionnant), qui sortent de vhs provenant du vidéoclub du coin où justement Nikos aime se détendre en dessoudant de la populace. Bref, en un mot comme en cent : "A great movie for a great gourmet".

 

Jack Deth
Vote:
 
6.43/10 ( 7 Votes )
Clics: 5244
0

Autres films Au hasard...