Showdown
Titre original: La Morte non ha sesso
Genre: Giallo
Année: 1968
Pays d'origine: Italie / Allemagne de l'ouest
Réalisateur: Massimo Dallamano
Casting:
John Mills, Luciana Paluzzi, Robert Hoffman, Renate Kasché, Tullio Altamura, Carlo Hinterman...
Aka: Le Tueur frappe la nuit / Das Geheimnis der jungen Witwe (Allemagne) / A Black Veil for Lisa
 

Le chef de la brigade des stups d'une grande ville allemande enquête sur un mystérieux assassin au couteau qui élimine les suspects qu'il s'apprête à arrêter. Ses supérieurs sont plutôt mécontents de ses résultats, notre flic ayant du mal a boucler son enquête en raison de la jalousie maladive que lui inspire sa femme, une splendide créature au passé trouble...

 

 

Considéré comme un maître du thriller a l'italienne en raison de ses deux chefs d'oeuvre que sont "Mais qu'avez-vous fait à Solange ?" et "La Lame infernale", Massimo Dallamano prouve ici une fois encore qu'il excelle dans le domaine. Nous sommes en 1968 , la vague des giallis purs et durs n'a pas encore submergé les écrans et "Showdown" apparaît comme un mélange hybride entre le polar traditionnel et le giallo. Afin de ne pas trop en dévoiler on dira seulement ici que le film de Dallamano, dont l'histoire est a priori une enquête policière dans le milieu de la drogue, renferme une implacable machination qui le renvoie directement au genre qui nous intéresse, j'ai nommé le giallo.
Pour une fois la jaquette de l'édition vidéo française ne ment pas : c'est bien une série noire, très noire a laquelle nous sommes conviés. Epoque et co-production italie-allemagne obligent, "Showdown" présente une série de meurtres au couteau rondement menée par un assassin présentant tous les stigmates du criminel qui hantait les krimis des années cinquante-soixante et les films de Bava : chapeau, imperméable noir et gants de cuir. Luxe suprême, Dallamano prend plaisir à ne filmer que ses yeux qui brillent dans le noir lugubre (voir a ce titre la superbe illustration de la jaquette vidéo). Commençant comme un krimi horrifique, continuant comme un polar avant de finir comme un véritable giallo tendance machination, "Showdown" est un film surprenant tout en étant finalement très classique. Surprenant dans ses ingénieuses révélations et multiples rebondissements, classique dans sa forme : celle de ces agréables suspenses de la fin des années soixante.

 

 

Hitchcockien en diable et très ironique, "Showdown" est peut-être le meilleur exemple du cinéma de l'entre-deux-genres (et non de l'entre-deux-guerres ) a savoir la toute fin du Krimi et le giallo naissant, mais aussi le polar-giallo, genre hybride dont Dallamano s'avèrera un des meilleurs auteurs par la suite, comme en témoignera sa "Lame infernale" en 1974.
L'amateur reconnaîtra d'ailleurs sa patte : réalisation soignée, direction d'acteurs sans faille, crimes violents et surtout ce parfum d'immoralité qui plane sur les oeuvres du Monsieur. Ses personnages sont névrosés et pourris, seul un assassin est ici capable de connaître l'amour et Dallamano n'hésite pas a en faire son plus gros défaut ! Lorsque vous aurez vu "Showdown", vous pourrez rajouter un troisième film au dytique "Solange" - "Lame infernale" et remercier ce sacré Massimo de vous avoir offert un magnifique tryptique giallique (!). Délicieusement ancré dans les années soixante, "Showdown" rentre dans la catégorie des petites perles noires qu'ont engendré cette décennie trop souvent oubliée des amateurs de cinéma bis. Pour finir, mention spéciale a l'excellente bande-originale de Gianfranco Reverberi, entraînante et nerveuse a souhait.

 

 

Xawa
 
A propos du film :
 
# La version américaine du film ne comporte pas, semble t'il, la même partition musicale.

# La traduction littérale du titre d'origine est "La Mort n'a pas de sexe".
Vote:
 
8.75/10 ( 12 Votes )
Clics: 4716
0

Autres films Au hasard...